«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Je préserve la qualité de l'air

Crédits photo : Mairie de Paris
[04/09/2013]

Quelques gestes simples à accomplir pour améliorer la qualité de l'air que nous respirons...

 

 

Pour diminuer la pollution extérieure

J’évite de prendre une voiture

- Je me déplace en ville à pied, en vélo, ou en transports en commun (une voiture pollue 10 à 20 fois plus qu'un bus par personne transportée). A Paris, la vitesse moyenne du métro est de 27 km/h et celle d'une voiture de 18 km/h. Gagnons du temps en laissant la voiture au garage.
- Pour des trajets inférieurs à 2 km, je marche à pied, c'est très bon pour la santé !
- Si je dois conduire, j’adopte une conduite économique (j’économise jusqu’à 40 % de carburant) et je pratique le covoiturage (avec mes collègues, les voisins, pour emmener les enfants à l'école...)
- J’utilise le moins possible le système de climatisation des  voitures.
- Pour les grands déplacements, je privilégie si possible le train plutôt que l'avion (jusqu’à 70 fois plus polluant)

Sur la route
. Je choisis une voiture légère qui consomme et pollue moins.
. Si j’ai beaucoup de bagages, j’opte pour une remorque plutôt qu'une galerie de toit qui augmente la consommation d'essence.

Entretien du véhicule
. Je vérifie régulièrement l'état de mes pneus (mal gonflés, ils s'usent plus vite et augmentent la consommation de carburant)
. Attention aux déchets toxiques (huiles de vidange, solvants, acides de batteries...), je les amène à la déchetterie...(un litre d'huile de moteur pollue un million de litres d'eau !)

Pour limiter la pollution intérieure


- Je ventile, j’aère les locaux et je n'obstrue pas les ventilations haute et basse réglementaires !
L’air confiné, non renouvelé, favorise l’accumulation des polluants, la quantité d’humidité, le développement des microorganismes. Ventiler chaque jour permet d’évacuer l’air pollué, vicié, et de le remplacer par un air extérieur neuf contenant beaucoup moins de polluants.
- Je choisis des produits, pour l’hygiène, le bricolage et le ménage, moins toxiques, moins polluants, labellisés et je les utilise modérément et fenêtres ouvertes !
- Je vérifie mes installations : chaudières, chauffe-eau. Mal réglées, elles consomment davantage et deviennent sources de pollution qui peuvent être mortelles quand il s’agit de chauffage avec combustion, au gaz ou au bois.
- Lors d’achat de mobilier et objets d’intérieur/de décoration, je choisis les matières naturelles, non traitées, plus saines (éviter les bois agglomérés, vernis, peints). Je limite les textiles d’ameublement et moquettes (de véritables « nids » à poussières, acariens, poils d’animaux… polluants car très allergisants)
- Je limite les parfums d’intérieurs (aérosols, combustions diverses etc.) en préférant une bonne aération et des plantes d’intérieur parfumées.
- Je choisis des plantes d’intérieur qui assainissent l’atmosphère : caoutchouc, lierre, chlorophytum, dracaena, schefflera, spathiphyllum, ficus benjamina…

Des fiches pratiques sur Le site des Acteurs du Paris durable  pour savoir comment améliorer la qualité de l'air intérieur.

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris