«« retour

DISCOURS

Conseil de Paris : Discours d'ouverture au débat sur le Paris Saint-Germain

13/12/2006

Conseil de Paris – Séance du mercredi 13 décembre 2006.

 

Débat sur le Paris Saint-Germain.

 

 

Mes chers collègues,

 

Le 23 novembre dernier, comme nous le savons, des événements dramatiques se sont produits aux abords du Parc des Princes, à l’issue d’un match de coupe d’Europe, opposant le Paris Saint-Germain au club israélien de l’Hapoël Tel-Aviv.

Cette tragédie apparaît comme le point d’orgue d’un phénomène de violence à caractère raciste et antisémite, qui gangrène l’environnement du PSG comme celui d’autres clubs, français ou étrangers.

Le temps est venu de mettre un terme à cette réalité insupportable. Il est plus que jamais nécessaire d’éradiquer ces comportements, qui sont aux antipodes des valeurs du sport.

Au lendemain de ces événements, j’ai demandé au préfet de police de bien vouloir réunir d’urgence le comité de pilotage du Contrat Local de Sécurité que nous avions conçu en juin 2004 et signé notamment avec le Ministère de l’Intérieur, le Procureur de la République et le président du PSG. Au cours de cette réunion, la décision a été prise de fermer à titre conservatoire la Tribune Boulogne, qui accueille les individus les plus notoirement racistes et violents. En dépit de cette mesure, que nous avons soutenue dès l’origine, le dispositif arrêté dans la perspective du match suivant, nous a semblé insuffisant. Et effectivement, le préfet de police a finalement annoncé le report à une date ultérieure, de cette rencontre prévue face à Toulouse.

Sage décision face à la gravité de la menace, qui venait confirmer, a-fortiori, la nécessité de mesures nouvelles et beaucoup plus volontaristes. Ainsi, lors d’une nouvelle réunion du CLS, qui a eu lieu hier, la fermeture de la Tribune Boulogne a été confirmée, jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes pleinement solidaires du Préfet de police dans l’application, lourde mais nécessaire, d’une telle mesure.

Par ailleurs, nous considérons qu’il n’y a pas d’autre solution que d’interdire l’accès au stade des quelques centaines de soi-disant supporteurs, parfaitement identifiés par la police, et qui sont à l’origine de ces dérives révoltantes.

Je souhaite en effet que la totalité des personnes concernées fasse effectivement l’objet de telles interdictions.

De plus, sur la base du décret d’application de la loi du 5 juillet 2006, il doit être fait usage, si nécessaire, de la possibilité de dissoudre les associations de supporteurs, qui ne respecteraient pas cette orientation.

Dans ces conditions, nous invitons l’Etat à mobiliser des moyens sensiblement accrus, afin de réprimer tout comportement raciste et antisémite.

Pour ce qui concerne le club lui-même, je veux d’abord souligner la clarté des engagements pris par Alain Cayzac, Président du Paris Saint-Germain, dont je sais la volonté sincère de combattre des agissements ainsi qu’une idéologie qui dénaturent l’image du club.

En effet, lors de la réunion du Comité de suivi, que j’ai présidée le 30 novembre, celui-ci a clairement exprimé sa volonté de mettre en œuvre les dispositions précises demandées par la Ville.

Concrètement, les abonnements devront désormais être vendus exclusivement par le club, la carte d’abonné fera figurer la photo de son détenteur ainsi que son identité et l’accès à la Tribune Boulogne impliquera d’ailleurs un contrôle préalable. En outre, le PSG s’est engagé à résilier immédiatement l’abonnement de tout individu faisant l’objet d’une interdiction de stade. 

Dans ce cas de figure, aucun nouvel abonnement ne pourra intervenir avant plusieurs années, et dès que possible, un système de contrôle complet de la billetterie sera évidemment mis en place.

Nous souhaitons accompagner le Paris Saint Germain dans sa capacité à relever un défi aussi essentiel. Au cœur de la crise sans précédent qu’il affronte, nous considérons que le désengagement ou l’indifférence seraient les réponses les plus inadaptées.

Dans cet état d’esprit constructif, je souhaite donc que la Convention liant la Ville au Paris Saint-Germain soit améliorée et renforcée, en y intégrant l’ensemble des engagements ciblés que je viens d’évoquer. Bien entendu, nous proposons de lier les versements de notre subvention au club, à l’application de toutes ces nouvelles dispositions.

Je tiens à remercier les représentants des groupes politiques de notre assemblée, qui se sont exprimés dans le cadre de notre comité de suivi, contribuant à l’élaboration de ce dispositif inédit.

L’ensemble des points que je vous ai exposés, fait l’objet d’un vœu soumis aujourd’hui à votre examen. Celui-ci reprend la totalité de nos demandes et traduit l’exigence de notre collectivité.

Notre fidélité aux valeurs de Paris impliquent aujourd’hui des actes forts contre l’inacceptable. Car au nom des Parisiens, je veux dire notre ras-le-bol face à des comportements indignes et répugnants. Chacun - Ministère de l’Intérieur, Ligue professionnelle, club et collectivités locales -  doit désormais assumer ses responsabilités, à la mesure de l’enjeu sociétal et même philosophique auquel nous faisons face.

Festival
Cinéma au clair de lune

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Paris Plages : la Villette au fil de l'eau...

    >>Toutes les vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter