«« retour

DISCOURS

Conseil de Paris : communication sur le bilan des activités proposées à Paris durant l'été

23/09/2002

Contrairement à une idée largement répandue, Paris n'est pas une ville " désertée " durant les mois de juillet et août. Bien que la période estivale soit considérée comme une saison " basse " dans le domaine touristique, plus de 2.5 millions de touristes ont été accueillis à Paris durant l'été 2002. Par ailleurs, de nombreux Parisiennes et Parisiens ne partent pas du tout en vacances en été, ou ne partent qu'une semaine ou deux, par choix ou par obligation : parmi eux, des personnes démunies, des personnes âgées à la santé défaillante, des chômeurs mais aussi des jeunes sans ressources.

La Mairie de Paris a donc un devoir de solidarité envers eux. C'est pourquoi de nombreuses initiatives spécifiques ont été prises, allant de la distribution de repas à l'opération Ville Vie Vacances, en passant par les centres de loisirs ou les activités pour les seniors.

L'opération Paris-Plage, notamment, a contribué à offrir aux Parisiennes et aux Parisiens, mais aussi aux touristes, un espace de loisirs inédit et unique. Au-delà de cet événement dont le retentissement médiatique a été fort, il convient de ne pas oublier le très grand succès de la programmation culturelle de cet été, assez variée pour que toutes les sensibilités puissent se sentir concernées, comme l'illustre par exemple la fréquentation de Paris Quartier d'été ou du Cinéma au clair de lune.


Enfin, la Municipalité a veillé à améliorer l'accueil des touristes à Paris, notamment grâce aux 170 ambassadeurs du tourisme.

L'heure est donc non seulement au bilan de ces différents dispositifs et initiatives, mais aussi et surtout au débat prospectif, clair, serein et sans concession, afin de permettre à tous les élus de formuler suffisamment tôt des critiques et des suggestions qui contribueront à améliorer l'ensemble, dès l'été 2003.

Tel est bien l'objet de cette communication, qui vise à la fois à rendre des comptes et à laisser s'exprimer l'analyse et la créativité de chacun.


1. Un devoir de solidarité

1. A. Des actions concrètes en direction des plus démunis

Les Parisiennes et les Parisiens les plus démunis sont doublement frappés au cours de la période estivale : non seulement ils ne peuvent malheureusement partir en vacances mais certains services chargés de leur procurer de l'aide sont fermés en juillet et en août, notamment en raison de la diminution du nombre de bénévoles mais aussi des baisses d'effectifs dans les services publics.

C'est pourquoi la Ville de Paris s'est fortement mobilisée cet été, afin d' augmenter et d'améliorer les mesures de soutien en leur faveur.
Sur un sujet aussi sensible, l'humilité est forcément de mise, tant la demande sociale et humaine s'exprime de façon à la fois considérable et urgente.
Aucun des acteurs concernés ne peut prétendre aujourd'hui offrir une réponse globale adaptée à l'ampleur des attentes, et à leur spécificité.
Volontarisme et esprit de partenariat contribuent cependant à des avancées significatives, comme l'illustrent les faits. Ainsi, même si l'hébergement, l'aide alimentaire et l'accès aux soins des plus démunis incombent à l'Etat, la Ville de Paris a veillé à contribuer puissamment au dispositif mis en place en synergie avec la DASS et le monde associatif.

Concrètement, les treize Espaces-solidarité-insertion sont restés ouverts tout l'été, dans la capitale. Dans ces lieux d'accueil de jour, les personnes les plus démunies peuvent trouver des vestiaires, des sanitaires, et bénéficier de soins médicaux et para-médicaux et de conseils individualisés.

Pour ce qui concerne l'aide alimentaire, un dispositif exceptionnel " Plan alimentaire été " a été mis en place, associant la DDASS et le département de Paris. La participation financière de notre collectivité s'est élevée à 133.000 euros. L'initiative a permis la distribution quotidienne par les associations de 1.500 repas supplémentaires par rapport à l'été dernier.
D'évidence, cette coordination accrue du monde associatif a favorisé l'organisation de roulements, améliorant les conditions de distribution.


De plus, la Ville a soutenu " Août secours alimentaire ", qui a distribué 290.000 repas pendant cette période estivale. Enfin, Cœur de Paris, service du Centre d'action sociale de la Ville de Paris, s'est très largement mobilisé en distribuant 1.200 repas par jour aux personnes les plus démunies. Un accent particulier a été mis cette année sur la qualité nutritionnelle des repas, notamment grâce à l'utilisation de produits frais.


En matière d'hébergement d'urgence, et même si la demande demeure évidemment très forte, une offre de 3.000 places a été maintenue tout l'été, soit une amélioration de 10% de la capacité d'accueil par rapport à l'été dernier.

Un supplément " spécial été " au " Guide solidarité Paris 2002 " a également été diffusé largement parmi les personnes en difficultés, afin de les informer sur les services opérationnels durant les mois de juillet et d'août.


1. B. Un dispositif particulier pour les femmes ayant recours à une Interruption Volontaire de Grossesse à Paris en été.

Depuis de nombreuses années, les témoignages se multipliaient, de femmes confrontées à de réelles difficultés pour subir une IVG durant l'été. Face à cette situation inacceptable, la municipalité a souhaité qu'un dispositif soit mis en place par l'AP-HP et ce, dès l'été 2001. Objectif : contribuer à ce que chacune soit mieux informée, mieux orientée et mieux accueillie.
Les initiatives prises en 2001 ont été renforcées au cours de l'été 2002. Ainsi :

- " une cellule d'orientation téléphonique " a fonctionné durant les mois de juillet et d'août. Grâce à cet outil, une information rapide et précise a pu être dispensée, favorisant une meilleure orientation vers les centres ouverts pendant l'été.

- une coordination des différents centres IVG à Paris a permis d'augmenter les capacités d'accueil de 13,8% en 2002, après la hausse de 30% déjà observée en 2001, par rapport à l'été précédent.

- des messages sur les panneaux lumineux de la Ville et Paris Info Mairie ont également fourni des renseignements pratiques sur les centres IVG de l'AP-HP et ceux du planning familial, ouverts au cours de cette période.


1. C. Offrir des activités à chaque jeune Parisien pendant l'été.

Il s'agit bien entendu d'une priorité de la municipalité car les centres de loisirs ou les séjours aventure concernent en particulier les jeunes qui ne peuvent pas partir en vacances.
Grâce aux dispositifs de tarifs réduits proposés aux familles, les enfants peuvent ainsi participer à ces activités dont la qualité est reconnue. Le bilan financier définitif de toutes ces opérations sera disponible en novembre.


a) Les centres de loisirs d'été : 11.581 enfants par jour en moyenne

Les centres de loisirs d'été ont accueilli les enfants du 1er juillet au 30 août inclus et proposé de nombreuses activités fondées sur la découverte et l'initiation (informatique, peinture et arts plastiques, pâtisserie, sports…).


Afin de répondre dans les meilleures conditions à la demande d'accueil des familles, 255 centres de loisirs d'été ont ouvert leurs portes en juillet et 182 en août. Le succès du dispositif d'été est confirmé par les chiffres de la fréquentation. Celle-ci s'est élevée, en moyenne, à 11.581 enfants par jour (contre 11.368 en 2001 et 10 817 en 2000), avec une fréquentation maximale constatée de 19.387 enfants.


La diversification des activités offertes a manifestement contribué à la réussite de l'organisation des centres de loisirs d'été. Environ 50% des enfants accueillis dans les centres ont été conduits quotidiennement vers des espaces de plein air : 24 espaces nature et 4 espaces découvertes.

Le succès des centres de loisirs d'été - particulièrement lors de la première quinzaine de juillet - doit cependant conduire à une réflexion sur les conditions d'accueil des enfants, et notamment des enfants handicapés.
Dans la perspective de l'été 2003, tous les acteurs concernés seront associés à une telle démarche, la mise en place d'un système de pré-insciption étant d'ores et déjà envisagée.

Parmi de nombreuses initiatives originales, l'opération Paris rallye a permis à 180 enfants et à leurs animateurs, issus des 20 arrondissements, de participer en juillet à un grand jeu de piste au cours duquel chaque groupe devait trouver un fragment de la Nef et le ramener à l'Hôtel de Ville. Cette journée exceptionnelle s'est clôturée par un lâcher de ballons et un grand goûter servi dans les salons de l'Hôtel de Ville.


Le centre-ressource " cirque ", situé dans l'école du Château des Rentiers (13ème), a également été reconduit en raison du vif succès rencontré l'été dernier. Animé par une directrice spécialiste du cirque, il a proposé quotidiennement à une trentaine d'enfants, sur 43 jours, des initiations aux techniques du cirque.

Par ailleurs, un nouvel espace, destiné à devenir un Espace nature pour les enfants du 13ème et du 14ème arrondissements, a été ouvert à Béchevet (La Celle Saint Cloud).


b) Les Séjours Aventure

Il s'agit de courts séjours, de 2 à 5 jours, pour les enfants de 4 à 14 ans.
A titre d'exemple, plus de 200 enfants sont partis à Bar-sur-Seine s'initier au théâtre, plus de 300 petits de 5/6 ans à Chamberet pour des stages d'équitation, 220 enfants dans le Tarn où les plus âgés ont pu découvrir des activités sportives originales, (spéléologie, via-ferrata ), et 200 pré-adolescents à Belle-Ile-en-mer grâce au séjour Ultra-Marine.

D'autres séjours ont été organisés dans des Espaces nature autour de Paris. Par exemple, une expérience originale de nuitées trappeurs au Plessis Robinson, en partenariat avec une association québécoise, a été particulièrement appréciée.

c) Des activités sportives ouvertes à tous

La diversité des dispositifs d'animations sportives proposés par la Ville a permis d'initier à la pratique sportive ou de perfectionner de nombreux jeunes Parisiennes et Parisiens de 7 à 17 ans dans de nombreuses disciplines différentes.

- Les Centres d'Initiations Sportives (C.I.S.)
Ouverts le matin et l'après midi, ces centres proposent des activités gratuites dans 15 arrondissements. 38.000 entrées ont été enregistrées en Juillet et 31.000 en août.
25 C.I.S. sont omnisports et 6 sont spécialisés dans la plongée, le canoë-kayak, le roller, le judo, l'escalade et l'escrime. Au total, plus de 30 disciplines ont ainsi été proposées.


- Les Ecoles Municipales des Sports (E.M.S.)
Dispositif conçu et mis en place par l'actuelle municipalité, il consiste à organiser des stages de 5 jours, et propose un vrai projet pédagogique intégrant systématiquement une évaluation et un objectif de perfectionnement dans une discipline donnée. Dans un souci d'équité sociale, le coût de ces stages est calculé en fonction du quotient familial.

Les jeunes filles et garçons de 11 à 16 ans sont pris en charge toute la journée, repas compris, et sont encadrés par des éducateurs brevetés. Cet été, 1.251 jeunes ont été accueillis dont 30 % de filles. Environ 15 stages ont été proposés chaque semaine dans des disciplines variées : cirque, roller, tennis, football féminin, voile, danse, escalade…
Un stage de basket en fauteuil roulant a été organisé en juillet à destinations des personnes handicapées. Toutes ces initiatives sont lancées en partenariat avec le mouvement sportif (fédérations, ligues et clubs).

- Des actions de prévention sportive ont également été menées au sein des équipements de proximité, avec le précieux concours des associations de quartiers. Il s'agit d'activités gratuites pour les jeunes, encadrées de manière plus souple et sans obligation d'assiduité. Elles sont organisées en partenariat avec les associations subventionnées annuellement pour leurs actions de prévention.

d) Les Centres d'animation

43 centres d'animation ont fonctionné tout l'été, accueillant plusieurs milliers de jeunes Parisiens, à l'instar de l'été dernier (3000 jeunes) - un bilan détaillé pour 2002 sera publié au début du mois d'octobre.


1. D. Ville-vie-vacances : animation, prévention, initiation.

Ce dispositif - dont c'était la neuvième édition cette année - mobilise plusieurs partenaires. Ville, Préfecture de Police, Préfecture de Paris, Région Ile-de-France et RATP, se sont associées pour proposer de nombreuses activités à des jeunes de 7 à 21 ans qui ne peuvent partir en vacances. De la pratique du football à l'initiation à l'escalade, en passant par les sorties en forêt ou les chantiers humanitaires, ce sont 580 actions différentes qui ont été retenues, véritables outils d'intégration des jeunes dans la cité, en même temps qu'instruments concrets de prévention de la délinquance.
L'édition 2002 a très largement répondu aux objectifs initiaux. En 2001, 9.000 places pour des activités sportives, culturelles, ou des séjours hors Paris avaient été proposées aux enfants et aux jeunes de milieux défavorisés habitant principalement dans des quartiers en difficulté. L'objectif évoqué à l'origine pour 2002 était de 15.000 places : grâce aux efforts accomplis et à la bonne synergie entre les services de la Ville et ceux de la Préfecture de Police, ce sont en fait 34.000 places qui ont été effectivement offertes !
La Ville a doublé cette année les moyens mis à disposition. 935.418 euros ont été consacrés à l'opération, qui s'ajoutent aux moyens humains mobilisés : 46 inspecteurs de sécurité de la Ville et 40 Agents locaux de médiation sociale engagés sur le terrain, dans un partenariat très efficace avec la centaine de fonctionnaires de la Préfecture de Police. 13 arrondissements ont activement participé à Ville-Vie-Vacances.
Au delà des chiffres, trois enseignements peuvent être tirés :

- Les résultats encourageants enregistrés cet été dans la lutte contre l'insécurité à Paris - et qui s'inscrivent dans le prolongement d'une tendance clairement perceptible depuis le début de l'année - découlent sans doute pour une bonne part de l'efficacité du dispositif de prévention renforcé de manière significative depuis mars 2001.


L'implication sans réserve des fonctionnaires de police, travaillant en étroite synergie avec les agents municipaux, a contribué à l'instauration de rapports nouveaux, emprunts de respect et de confiance, entre les jeunes et les policiers. Car les activités proposées revêtent aussi une forte dimension éducative, avec l'apprentissage des règles de vie collective et la responsabilisation des jeunes. L'ambition des activités engagées n'est donc pas tant d' " occuper " les enfants et les jeunes que de leur proposer des clés d'intégration à la vie sociale.

- Les activités nouvelles ont remporté un réel succès auprès des jeunes. Ainsi, les projets " inter-génération " conduits dans le 10ème arrondissement avec le Centre d'action sociale et la Préfecture de Police ( fabrication d'un journal par des jeunes et des retraités), les animations dans les squares du 18ème arrondissement pour mieux partager l'espace public et y créer de nouveaux rapports entre les jeunes et les familles ( autour d'ateliers de sculptures, square René Binet), ou les chantiers de solidarité internationale à vocation d'insertion sociale et professionnelle, avec la Fédération Léo Lagrange, illustrent une évolution appréciée par l'ensemble des acteurs concernés.
Ainsi, la construction d'une route au Burkina Faso pour désenclaver un village mobilise sur 9 mois une dizaine de jeunes, de 17 à 23 ans, impliquant chacun dans une démarche citoyenne et solidaire. De même, la création d'une bibliothèque en Côte d'Ivoire, la construction d'une école élémentaire dans le Haut-Atlas au Maroc, ou d'une structure associative pour des jeunes artistes au Mali -trois projets toujours en cours et qui se poursuivront jusqu'en décembre- donnent l'occasion à de jeunes Parisiennes et Parisiens en difficulté d'insertion de mener à bien un projet utile, concret et valorisant. Loin de la seule consommation de loisirs, il s'agit là d'un véritable échange.

- Le partenariat instauré entre la Ville et l'Etat a été reconnu de grande qualité : c'est l'un des leviers de la réussite du dispositif et de sa pérennité. Dès 2003, la Ville de Paris est donc prête à donner à Ville-Vie-Vacances une dimension plus large encore - privilégiant par exemple une mixité accrue dans les activités - dans le cadre d'un partenariat équitable avec l'Etat, le Ministre de la Ville ayant exprimé récemment son intention de multiplier le nombre de places offertes.
Le développement des activités innovantes lancées cette année donnerait une nouvelle impulsion à ces actions d'intégration et de prévention, pour atteindre par exemple l'objectif de 300 jeunes mobilisés dans la préparation et la mise en œuvre de chantiers de solidarité internationale.


1. E. L'été parisien pour les Seniors

Pour des raisons de santé, de moyens financiers limités ou de choix personnel, de nombreuses personnes âgées restent à Paris en été.
La Mairie de Paris met à leur disposition un grand nombre d'activités spécifiques, souvent gratuites et définies en fonction de leurs attentes. A cet effet, un guide " L'été des Seniors " a été diffusé à 40.000 exemplaires.
Au-delà, les seniors ont largement participé à toutes les activités culturelles organisées par la Ville ou avec son soutien au cours de la période estivale.

- des rendez-vous spécifiques :

A titre d'exemple, des bals ont eu lieu dans les salons de l'Hôtel de Ville, les 28 juin, 1er, 2 et 3 juillet. Plus de 8.000 personnes y ont participé.
Par ailleurs, 21 817 places de théâtre, de cinéma et de spectacles de variété ont été mises à la disposition des seniors tandis que 14.550 places ont été distribuées pour des visites de jardins et de monuments de la capitale.
10 thés dansants en croisière sur la Seine ont réuni 1.000 participants et 743 personnes se sont retrouvées pour danser sur des bateaux au Canal Saint Martin. Quant aux excursions en province et en Europe, elles ont rassemblé 4.773 vacanciers tandis que 14.000 personnes ont participé à l'Université permanente de Paris à l'occasion de 82 conférences.


Des activités sportives ont été proposées aux personnes âgées dans sept arrondissements, dans le cadre des Universités d'été. Une dizaine de sites sportifs (gymnases et piscines) ont organisé, de 9 heures à 12 heures, des activités telles que l'aquagym, la natation ou la gymnastique douce.

2. Une programmation culturelle pour tous

Développer l'accès de toutes les Parisiennes et tous les Parisiens aux pratiques culturelles, favoriser les nouvelles créations et les jeunes talents, promouvoir le dialogue entre les cultures, valoriser le patrimoine de la capitale : telle est l'ambition qui a guidé la programmation artistique estivale soutenue par la municipalité. Tout au long de l'été, Paris a donc été le théâtre de nombreux événements culturels.

2. A. Paris quartier d'été

Pour la 13ème édition de " Paris Quartier d'Eté ", la Mairie de Paris a, cette année encore, apporté un soutien important à ce festival estival qui, du 14 juillet au 17 août, a rendu notre ville plus conviviale, plus festive, plus attractive et plus créative. Comme en 2001, la Mairie de Paris a subventionné ce projet à hauteur de 840.000 euros, soit le double du montant de la dotation accordée en 2000. Cet effort a permis que le principe de gratuité soit appliqué à 80 des 140 spectacles proposés, afin que toutes les Parisiennes et tous les Parisiens, quels que soient leur âge, leur quartier, leur niveau de ressources ou leurs conditions de vie, puissent profiter de cet événement.


Ce soutien exceptionnel de la Mairie a aussi contribué à redéployer et diversifier les activités du festival, au plus près des attentes et des envies des Parisiens. Une programmation originale et variée, une proximité plus grande avec le public, une inscription plus forte dans les quartiers, d'ambitieux spectacles et des représentations plus intimes, dans un décor et une atmosphère privilégiés : tels sont les " ingrédients " qui ont contribué à la richesse de l'édition 2002 de Paris Quartier d'Eté, laquelle a rassemblé cette année plus de 90.000 spectateurs.

Parmi les manifestations qui ont fait voyager les Parisiens de quartier en quartier, les spectacles de musique et de danse ont attiré le plus large public : 5.000 spectateurs rassemblés sur la piazza Beaubourg pour le concert d'ouverture en hommage à Frank Zappa, et 8.000 spectateurs présents au Parc André Citroën pour assister au concert de musique symphonique donné par l'orchestre d'Ile-de-France, Les spectacles de danse, auxquels la colonnade de la cour d'Orléans du Palais Royal a offert un cadre prestigieux, ont aussi réuni plusieurs milliers de personnes, séduites par les performances des artistes du Ballet national de Lyon et de la Merce Cunningham Dance Company.


D'autres animations, originales et inattendues, ont également attiré un public attentif et curieux : les lectures d'histoires fantastiques et de contes macabres chuchotés dans le silence des cimetières, les " Danses nomades " matinales de Christine Quoiraud, les représentations du " Circus Baobab ", cirque acrobatique et aérien, dans le jardin des Tuileries, ou encore le programme de solos présenté par des danseurs et chorégraphes d'Europe centrale dans les Arènes de Montmartre.

L'Hôtel d'Albret, siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Mairie de Paris, s'est imposé comme l'un des lieux phares du festival Paris Quartier d'Eté, en accueillant les sept concerts donnés par les plus grands noms du jazz, mais aussi le magazine musical de France Musiques " Sur tous les tons " (en direct et en public), animé par François Hudry du 16 au 30 août.

Enfin, " L'Affiche Vivante ", une intervention de rue imaginée par les habitants du Canal de l'Ourq, a permis à de nombreux Parisiens d'exprimer à cette occasion leurs rêves et leurs sentiments.


2. B. Evénements musicaux

Dès le 18 mai, le Parc Floral de Paris a accueilli la 9ème édition du Paris Jazz Festival, l'un des festivals de jazz européens les plus réputés. Les 44 concerts gratuits donnés cette année par les artistes invités (Herbie Hancock, Dee Dee Bridgewater, Ray Baretto, Marcus Miller…) ont attiré plus de 300.000 spectateurs tous les samedis et dimanches après-midi.

Le 21 juin, à l'occasion de la Fête de la Musique, la municipalité a mis à l'honneur les Musiques du Monde sur le parvis de l'Hôtel de Ville, avec les rythmes anglo-indiens de Talvin Singh, sénégalais de Baaba Maa, et franco-latinos de Sergent Garcia. A travers leur musique, ces artistes ont affirmé les valeurs d'échange et de fraternité qui font de Paris une ville cosmopolite et sans frontières.


2. C. Célébrations du bicentenaire de la naissance de Victor Hugo

Le spectacle pyrotechnique du 14 juillet, en hommage à Victor Hugo, a rencontré un très grand succès populaire. Plusieurs centaines de milliers de personnes ont assisté au feu d'artifice tiré dans les jardins du Trocadéro. Outre le plaisir du spectacle, cette manifestation a permis de faire mieux connaître, notamment aux plus jeunes, les valeurs et les combats portés par ce visionnaire, cet écrivain de génie, cette figure unique de notre histoire.


Dans le cadre de cette célébration, l'Hôtel d'Albret a accueilli le " Marathon Hugo ". Le 22 juin, réunis autour de leur parrain Jean Reno, 120 jeunes élèves des classes d'art dramatique des conservatoires municipaux ont joué, pendant douze heures, des extraits de l'œuvre scénique de l'écrivain.

Et du 25 juin au 28 juillet, le spectacle Hernani, mis en scène par Anne Delbée, a affiché complet tous les soirs à l'Hôtel de Lamoignon, qui abrite la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.


D. Les lieux de la culture

Ouverts comme chaque année pendant tout l'été, les musées parisiens ont accueilli un public large et divers. Outre les collections permanentes, ils ont pu y découvrir de nouvelles expositions, assister à des lectures publiques (musée Zadkine), mais aussi, pour les plus jeunes d'entre aux, participer aux animations et ateliers organisés à leur attention.

Cette année encore, dans le cadre des " lectures d'été ", les bibliothécaires parisiens sont allés à la rencontre du public dans les parcs, les squares ou les jardins publics de la capitale. Avec leurs caddies chargés d'ouvrages divers, ils ont sillonné les quartiers de la cité pour présenter les livres au public, lui lire des histoires, l'initier à la lecture et lui faire connaître les bibliothèques de la Ville de Paris.

Parce que la municipalité souhaite faire vivre le théâtre à Paris pendant l'été, elle a apporté son soutien à différentes initiatives, pour mettre en lumière de nouvelles créations et des jeunes talents. Elle entend, notamment, profiter de cette période estivale, où la saison est close et la plupart des salles sont fermées, pour confier les théâtres à des artistes ou des compagnies qui pourraient proposer leurs projets (créations de spectacles, ateliers, rencontres avec les habitants).

Cet été, les 18 créations originales de jeunes compagnies présentées au Théâtre 13, et l'opération " En Compagnie d'Eté " au Théâtre 14, illustrent ce nouvel état d'esprit que voulons faire vivre dans tous les théâtres municipaux au cours des prochains saisons estivales.


E. " C'est l'été, Paris fait son cinéma "

De nouvelles initiatives ont aussi permis de mettre le cinéma à l'honneur tout l'été dans la capitale :

- L'opération " Cinéma au Clair de Lune ", organisée sous l'égide du " Forum des Images " du 6 au 25 août, a accueilli 45.000 spectateurs (soit 20.000 de plus que l'année dernière, lors de sa création) dans différentes quartiers devenus, le temps d'un soir d'été, le théâtre de projections gratuites et en plein air. De la Butte Montmartre à la place Saint-Sulpice, des jardins du Trocadéro au parc Montsouris, les cinéphiles ont pu découvrir ou redécouvrir dix-huit chef-d'œuvres du septième art ayant Paris pour décor.

- En collaboration avec l'Association française des Cinémas d'Art & Essai, la Mairie de Paris a souhaité donner un nouvel élan à l'opération traditionnellement destinée aux moins de 25 ans, qui sont chaque été les spectateurs privilégiés des salles indépendantes et art & essai. Cette année, l'opération a été étendue aux jeunes moins de 26 ans et le prix de l'entrée ramené à 3 euros, sur la période du 15 juillet au 24 août.

- Les 25, 26 et 27 août, pour clore l'été cinématographique, la municipalité a lancé l'opération : " 3 euros pour tous ". Les 86 cinémas participant à l'opération ont accueilli durant trois jours plus de 300.000 spectateurs.


3. Paris-Plage

Lors du lancement de Paris Plage, la municipalité s'était engagée à présenter un bilan précis de cette manifestation qui s'est déroulée du 21 juillet au 18 août : ce fut d'ailleurs déjà le cas l'an dernier, après la fermeture des voies sur berges, approuvée par 66% des Parisiens, même si des insuffisances - information, calendrier, animations - étaient clairement apparues.

L'objectif était donc cette année de tirer tous les enseignements de cette précédente édition, tout en demeurant fidèle à la philosophie initiale de cette initiative : rendre cet espace urbain aux citoyens - notamment ceux qui sont privés de vacances - en l'ouvrant à d'autres modes de déplacement, et créer ainsi, gratuitement, un moment de convivialité sur ce site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.


3. A. Un public nombreux et cosmopolite

2,3 millions de personnes ont participé à cette édition, dans un brassage culturel, social et générationnel qui a largement contribué à son succès. En famille, entre amis ou seuls, Parisiennes et Parisiens de toutes origines, habitants de la banlieue, touristes, se sont ainsi appropriés avec bonheur cet espace de détente et de loisirs.
Pendant un mois, Paris Plage a ainsi constitué pour tous les citadins un espace de liberté. Jogging, roller, pique-nique en famille ou entre amis, détente ou balade, les " usages " de ce site ont été multiples.
En outre, un réel esprit de civisme a animé l'ensemble des estivants : aucune dégradation, incivilité, ni incident sérieux n'a été à déplorer durant toute cette période.
La sécurité a été assurée et la propreté du site toujours maintenue, grâce au travail remarquable des agents de la ville, mais aussi au comportement exemplaire des visiteurs, toujours soucieux de respecter ce site ainsi que le nombreux public le fréquentant.


3. B. Des activités variées et gratuites

Si les parasols, les transats, les oriflammes, les cabines de plages et bien sûr les palmiers ont contribué à modifier la configuration du lieu, les animations et divertissements proposés ont également enrichi la qualité du projet. Les activités sportives et les rendez-vous culturels très éclectiques ont séduit un public large et diversifié : le succès du mur d'escalade, du club roller, de la pétanque, du " practice " de golf ou du " beach-volley ", comme celui des bals musette, du théâtre de rue, ou des concerts Techno, classiques et jazz en témoignent.

3. C. Une circulation fluide

Paris Plage s'est déroulée sans créer de difficultés lourdes de circulation dans la capitale. Les leçons de l'année dernière ont été incontestablement tirées. Ainsi, la municipalité a adapté le calendrier de l'opération et a veillé à améliorer l'information destinée aux automobilistes : panneaux sur le périphérique, messages sur les autoroutes d'accès à Paris, définition d'un plan de circulation en partenariat avec la Préfecture de police pendant toute la durée de la manifestation.

Ainsi, l'effet du décalage d'une semaine par rapport à l'an dernier a été significatif puisque les embouteillages ont sensiblement diminué sur la voie Georges Pompidou amont (vitesse moyenne de 42,9 km/h pour 19,5 km/h l'an dernier) et globalement sur les itinéraires de déviation (23% d'augmentation de la vitesse moyenne par rapport à l'an dernier). Les itinéraires de délestage ont joué leur rôle, en absorbant pendant cette période un trafic en hausse de 8%. Enfin, la qualité de l'air est restée globalement correcte durant ces quatre semaines, avec un indice AIRPARIF oscillant entre 4 et 5.

3. D. Tenir compte des critiques pour Paris Plage 2003

Pour l'an prochain, la Ville entend renouveler l'opération.
D'abord parce que ceux qui étaient à Paris ont apprécié ce moment ; ensuite parce que cette manifestation a incontestablement contribué au rayonnement de Paris et renforcé son attraction touristique. Comment ne pas souligner en effet, le retentissement de cette opération dans la presse internationale - sans précédent pour notre ville depuis le Mondial 98 - et qui, valorisant l'image de Paris à l'étranger, peut entraîner des retombées très positives sur le plan touristique et économique ? Certains éditeurs envisagent d'ailleurs d'intégrer Paris Plage dans la prochaine édition de leurs guides touristiques.
D'ici là, la municipalité veillera à prendre en considération l'ensemble des remarques et suggestions émanant des citoyens eux-mêmes et des élus, afin d'améliorer encore la qualité du programme et des aménagements proposés.
Un certain nombre de critiques ont pu être faites : plages trop étroites, manque de transats, manque de jeux d'eau, manque d'activités pour les enfants de moins de 6 ans, prix trop élevé des buvettes, animations dansantes insuffisantes.

Une réflexion est donc d'ores et déjà engagée sur une éventuelle extension des plages, sur une meilleure utilisation de la Seine et plus généralement de l'eau et sur une diversification des animations culturelles en soirée. L'éclairage de nuit, devra sans doute être également amélioré.
L'impact de Paris-Plage semble en tout cas confirmer l'aspiration de nos concitoyens à une autre conception de l'environnement urbain : il serait regrettable de la minorer ou de la négliger.
Certes, la fermeture des voies sur berges à court terme, n'est pas à l'ordre du jour. Néanmoins, l'expérience menée en 2002 invite incontestablement à une réflexion à la fois sereine et exigeante sur l'évolution de la circulation à Paris, et sur la réappropriation par les citoyens d'une partie de l'espace public. Sur un sujet aussi décisif, aucune perspective, aucune projection ne doit être a priori écartée.

Un hommage particulier doit être rendu à tous ceux qui se sont investis dans le déroulement de cette opération et qui n'ont ménagé ni leur temps ni leur énergie: Jean-Christope Choblet, scénographe, Yvan Hinneman, régisseur, et l'ensemble des personnels de la Ville qui se sont mobilisés avec enthousiasme et efficacité.


4. Mieux accueillir les touristes à Paris

Le tourisme est une activité essentielle pour l'économie parisienne et illustre le rayonnement de Paris dans le monde entier. Sur les 26 millions de touristes qui visitent chaque année la capitale, environ 2,5 millions viennent en été.
La convention avec l'Office du Tourisme et des Congrès de Paris approuvée par le Conseil de Paris du 8 juillet 2002 a pour objectif de renforcer la Ville de Paris dans la compétition internationale du tourisme. Première destination touristique au monde, Paris doit sans cesse progresser en matière d'accueil des touristes. Ainsi, grâce à la subvention de 7 millions d'euros accordée par la Ville, l'Office du Tourisme et des Congrès de Paris a déjà amorcé une action offensive pour favoriser le tourisme des jeunes, accroître le tourisme d'affaires et promouvoir la qualité de l'accueil. A cet égard, l'opération des " Ambassadeurs de l'Accueil ", menée par la Ville, en partenariat avec l'Office du Tourisme et des Congrès de la RATP a permis l'embauche de 170 jeunes au service des touristes.
Du 22 juin au 25 août 2002, près de 80.000 personnes ont été accueillies par les ambassadeurs de l'accueil sur les principaux sites touristiques de Paris et dans 23 grandes stations de métro.
Les points d'information étaient matérialisés pour la plupart par des kiosques, et par des cabines pour Paris-Plage. Le kiosque le plus fréquenté a été celui d'Anvers, du fait de la proximité de Montmartre et du succès des films " le Fabuleux destin d'Amélie Poulain " et "Moulin Rouge ". Les Ambassadeurs de l'accueil situés à Paris-Plage, à Notre Dame et à proximité de la Tour Eiffel ont été également très sollicités.
Par équipes de 8, les Ambassadeurs de l'accueil, obligatoirement bilingues, portaient un polo couleur prune et une casquette orange qui permettaient leur identification rapide par les touristes.
Bénéficiant d'une formation de 5 jours, ils disposaient de la brochure " bilingue ", " Votre été à Paris " qui présentait le programme de la saison d'été et des itinéraires particuliers de visites. Plus de 1,1 million d'exemplaires ont été distribués.
Au-delà de leur mission d'accueil, d'information et de promotion de Paris, les Ambassadeurs de l'accueil ont également accru la sécurité des sites touristiques par leur présence 7 jours sur 7 et de 10h à 19h. Compte tenu de ce vif succès, l'opération sera renouvelée l'année prochaine et une étude sera effectuée pour examiner la possibilité d'une extension de leur présence à toute l'année.

Festival
Capitaine Futur à la Gaîté lyrique

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Simenon illustré par Loustal à la Bilipo

    >>Toutes les vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter