«« retour

DISCOURS

Conseil de Paris : Communication sur la jeunesse

24/02/2003

Encourager l'expression citoyenne des jeunes parisiens

Une ville ouverte aux projets des jeunes


A une époque où la jeunesse est souvent stigmatisée, la municipalité parisienne a choisi de conduire une action qui manifeste au contraire confiance et respect à l'égard des jeunes. Loin de les réduire au rôle de " consommateurs " ou à celui d'acteurs de second rang qu'il faudrait simplement " occuper ", notre politique tente de prendre en compte leurs contraintes et leurs aspirations, pour favoriser leur expression et leur influence dans la cité.
Cette démarche doit donc s'appliquer à tous les domaines de la vie quotidienne : logement, emploi, santé, culture…, l'objectif étant de contribuer à ce que chacun, quelle que soit sa situation, trouve les moyens d'envisager librement son avenir.
" La jeunesse est une fièvre continuelle : c'est la fièvre de la raison ", disait La Rochefoucauld : belle intuition, qui illustre l'apport de la jeunesse à l'identité de Paris, mêlant mouvement et intelligence, goût de l'innovation et volonté d'intégration. L'enjeu, on le voit, est donc aussi démocratique : la question du rôle reconnu aux jeunes dans la cité n'est pas - ne peut pas être - neutre. Car constater le désintérêt -apparent - que les jeunes manifestent vis à vis de la vie publique ne suffit pas : encore faut-il en tirer les conséquences à travers des actes concrets susceptibles de restaurer la qualité de l'échange entre cette population (hétérogène en l'occurrence) et leurs représentants, pour redynamiser chez eux une motivation civique et citoyenne.
C'est pourquoi nous veillons à développer un dispositif cohérent capable d'ouvrir des perspectives dans des secteurs très divers : développement d'équipements de proximité pour l'information et l'orientation des jeunes, création de Conseils de la jeunesse pour favoriser la participation des jeunes et leur accès à la citoyenneté, lancement d'un journal et d'un site Internet spécifiquement dédiés aux jeunes, développement de dispositifs d'aide aux projets comme " Paris jeunes talents " ou " Paris jeunes aventures ", mais aussi soutien accru pour l'accès à l'emploi et au logement.
Par ailleurs, l'impératif de solidarité est au cœur de la démarche municipale. En effet, l'accès à l'autonomie n'a de sens que si notre collectivité mobilise des moyens significatifs pour prévenir les situations d'exclusion et les risques de marginalisation de jeunes en difficulté, sortis sans qualification du système scolaire ou en rupture avec la cellule familiale. C'est pourquoi, dès 2001, le Département a veillé à renforcer les équipes de prévention, les centres sociaux, les espaces de socialisation ainsi que les associations qui concourent à l'insertion et à la cohésion sociale dans les quartiers.

Cette communication présente le contenu et le sens de notre politique en direction des 500.000 jeunes Parisiens âgés de 13 à 28 ans. Transversale par nature, cette démarche implique une vraie lisibilité. Aussi les élu-e-s disposent-ils désormais sur le sujet d'un tableau de bord et d'un outil de pilotage inédits.


ENCOURAGER L'EXPRESSION CITOYENNE DES JEUNES PARISIENS


Affirmer le rôle des jeunes à Paris implique à la fois de leur proposer une information plus dense et mieux ciblée, et de les associer à la prise de décision publique. Dans cet esprit, une dynamique de mise en réseau des structures existantes a été lancée, afin que l'extrême diversité des structures d'accueil ne nuise pas à l'orientation de chaque jeune, en fonction de ses attentes. A ce titre, la municipalité entend jouer un rôle moteur pour clarifier les missions et renforcer le travail collectif. De nouveaux supports d'information ont également été mis en place pour valoriser la créativité des jeunes et encourager leur implication dans la vie de la cité.

COHERENCE ET EFFICACITE : UN RÉSEAU D'INFORMATION ET D'ORIENTATION

Paris apparaît encore mal dotée en équipements permettant d'accueillir les jeunes et de les guider dans leurs démarches. Même si des espaces existent, le manque de moyens, l'inégale répartition sur le territoire et le déficit de coordination représentent autant de faiblesses pour répondre aux besoins. C'est à ces objectifs que la municipalité se consacre depuis 2001.

En juillet dernier, le transfert des Antennes Jeunes Information (AJI) de la Direction de la Prévention et de la Protection vers la Direction de la Jeunesse et des Sports a illustré la volonté de s'adresser à tous les jeunes en matière d'information, d'orientation et de prévention.

Situées dans des quartiers dits "sensibles", les 20 Antennes ont pour objectif d'assurer les services élémentaires d'information, d'orientation, d'insertion et de loisirs. Face à la faiblesse des moyens consentis jusqu'à présent aux associations gestionnaires, un plan pluriannuel de rattrapage en investissement (petits travaux, achats de mobiliers et d'ordinateurs…) et en fonctionnement est programmé. Dès 2003, l'effort financier consenti par la Ville sera accru de 50 % et se poursuivra sur les exercices futurs pour doter Paris d'un réseau jeunesse digne de la capitale. Par ailleurs, la création de nouvelles Antennes dans des zones encore mal pourvues devra être étudiée, prioritairement dans les sites GPRU mais aussi dans le centre et l'ouest de Paris.

En outre, afin de respecter un cadre conventionnel conforme à la légalité, les contrats liant la Ville de Paris aux gestionnaires actuels seront rompus. Un marché public sera passé en toute transparence afin que le Conseil de Paris désigne un prestataire unique pour la gestion des 20 espaces, opérationnel au printemps.

A terme, les Antennes doivent devenir les "portes d'entrée" du réseau jeunesse restructuré, à partir desquelles les jeunes sont réorientés vers des structures spécialisées : missions locales pour les questions d'emploi, C.L.L.A.J. (Comité local pour le logement autonome des Jeunes) pour le logement, centres d'animation pour les loisirs, centres médico-sociaux pour la santé… Dans le même temps, la mise en relation avec les trois " espaces-jeunes ", situés dans les 18ème et 20ème arrondissements, contribuera à renforcer le " maillage " des équipements jeunesse.

Enfin, une Maison de la jeunesse sera créée. Ce lieu-ressource, disposant d'un espace convivial, répondra à un double objectif : centraliser l'information à destination du public jeune et héberger le Conseil parisien de la jeunesse. Des mouvements et associations de jeunesse pourront également y être accueillis.

DE NOUVEAUX SUPPORTS D'INFORMATION 

Constatant que les dispositifs municipaux étaient globalement méconnus, deux nouveaux supports d'information destinés au jeune public ont été lancés en novembre 2002 : un journal municipal, Le Plan, et un site Internet, portailj.paris.fr.

Le Plan, spécialement dédié aux jeunes, rassemble des informations qui correspondent plus spécifiquement à leurs centres d'intérêt et fournit des éléments pratiques pour leur vie quotidienne. Paraissant trois fois par an, il est encarté dans le journal municipal A Paris et diffusé dans les équipements jeunesse. Des membres du Conseil parisien de la jeunesse seront associés au comité de rédaction.

Les jeunes représentent près de la moitié des internautes parisiens. C'est pourquoi le site Internet portailj.paris.fr a été lancé. Réalisé et animé par les services municipaux, il propose une vision globale de la politique municipale en faveur des jeunes, tout en s'ouvrant à de nombreux partenaires institutionnels et associatifs. Des "chat" réguliers avec les élu-e-s seront organisés et des forums de discussion auront lieu pour rendre le site le plus interactif possible.


FAVORISER LA PARTICIPATION ET L'ENGAGEMENT

Les jeunes Parisiens doivent devenir des acteurs à part entière de la vie de la cité et être davantage associés aux politiques municipales. Il ne s'agit pas de limiter cette participation à des consultations ponctuelles mais de leur donner, au sein d'instances officielles, la capacité de peser sur les décisions prises par les élu-e-s.

Les Conseils de la jeunesse

S'inscrivant dans la dynamique de développement de la démocratie participative, le Conseil de Paris a voté, en novembre 2001, la création de Conseils de la jeunesse dans chaque arrondissement. Lieux d'apprentissage de la vie démocratique, ils participent de l'éveil à la citoyenneté et favorisent le dialogue entre les jeunes et les élu-e-s.


Ainsi, des jeunes de 13 à 25 ans (la tranche d'âge varie selon les arrondissements) peuvent se retrouver pour débattre de toutes les questions relatives à la politique municipale. La quasi-totalité des arrondissements ont installé leur Conseil de la jeunesse, dont le travail est généralement structuré autour de séances plénières et de commissions thématiques. Chaque arrondissement a pu définir, avec les jeunes de son Conseil, ses propres modalités de fonctionnement. Malgré le manque de recul sur cette démarche, qui relève encore de l'expérimentation, la dynamique est lancée. Ainsi, près de 1.000 jeunes sont inscrits dans les Conseils de la jeunesse d'arrondissement.
Des réalisations concrètes sont déjà recensées : rédaction d'un journal, organisation d'un " forum jeunes " ou d'une bourse à l'emploi, participation à diverses manifestations publiques comme la Fête de la musique ou le Téléthon… Les crédits inscrits, de 126.000 euros en 2002 et 255.000 euros en 2003, permettent d'assurer le bon fonctionnement des Conseils. De plus, 150.000 euros ont été dégagés pour rechercher des locaux d'accueil dans chaque arrondissement.

Pour parachever le dispositif de démocratie participative, le Conseil de Paris est saisi ce jour d'une délibération proposant la création du Conseil parisien de la jeunesse, composé de 108 représentant-e-s des Conseils de la jeunesse d'arrondissement. 100.000 euros sont inscrits au budget 2003 pour son fonctionnement.


Le soutien à l'engagement bénévole et associatif

Des partenariats privilégiés ont été engagés avec des structures associatives spécialisées dans l'engagement bénévole des jeunes, pour les soutenir dans la réalisation de projets individuels au service de la collectivité. Une convention a notamment été passée avec l'association " Unis-cité - IDF " pour financer l'action d'une équipe de jeunes bénévoles parisiens pendant un an.

Par ailleurs, parce qu'elle entend encourager la prise d'initiatives par les étudiants et faciliter l'émergence de projets collectifs civiques et solidaires, la Ville de Paris apporte un soutien nouveau aux associations étudiantes. Une Maison des initiatives étudiantes, ouverte depuis juin 2002, est destinée aux porteurs de projet recherchant une aide logistique, une formation ou encore un centre de ressources. Elle abrite le siège du Conseil Parisien de la Vie Etudiante, " Radio Campus Paris " ainsi qu'un centre local du bénévolat.

Festival brésilien
Ai Que Bom

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Envoyez-vous en l'air au Stade Charléty !

    >>Toutes les vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter