«« retour

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Au sujet de la sécurisation des établissements scolaires

29/05/2009
Par Mme Colombe BROSSEL
, Mme Myriam EL KHOMRI
 et M. Bruno JULLIARD

L’augmentation des actes de violence commis aux abords et à l’intérieur des établissements scolaires, et leur gravité, sont des réels sujets d’inquiétude pour la municipalité parisienne comme pour les familles et les communautés éducatives.  Or, dans une période de forte dégradation du climat social, le Gouvernement file la contradiction : après avoir supprimé plus de 40 000 postes de personnels encadrants (surveillants et emplois de vie scolaire) en 4 ans, il souhaite la création d’équipes mobiles d’agents spécialisés. De même, il annonce sa volonté d’installer des dispositifs anti-intrusion dans les établissements scolaires (développement de la vidéo-surveillance, portiques de détecteurs de métaux…), dispositifs dont la mise en place comme le fonctionnement risquent de s’avérer fort coûteux tout en aggravant le climat de tension qui règne déjà dans certains collèges.

Nous regrettons l’absence de toute concertation avec les élus locaux, en préalable de ces annonces : ce sont pourtant les collectivités territoriales et en premier lieu les départements qui sont compétents et financent les travaux dans les collèges, y compris ceux destinés à leur sécurisation. Il est donc à craindre que ces mesures nouvelles ne soient à nouveau pas financées mais à la charge des collectivités.

Nous sommes convaincus de l’importance de la sécurisation des bâtiments scolaires, notamment dans le cas de faits de grande violence avérés, qui peuvent se produire dans n’importe quel établissement, mettant en cause parfois des élèves qui n’avaient auparavant manifesté aucun de signe inquiétant dans leur comportement. Nous pensons cependant qu’aux actes de violence doivent d’abord être apportées des réponses humaines privilégiant le soutien aux professeurs, aux éducateurs et à leur juste autorité, ainsi qu’aux familles et aux élèves en difficulté ou en situation de décrochage. Il faut en priorité donner des moyens renforcés aux des établissements scolaires qui concentrent les familles les plus défavorisées afin de mieux prendre en charge les élèves et d’éviter les phénomènes de stigmatisation qui conduisent les familles à éviter certains établissements et aggrave la situation. Qui d’autre que les enseignants, les Conseillers Principaux d’Education et d’Orientation, les personnels qualifiés de Vie Scolaire, les infirmières, assistantes sociales et psychologues scolaires peuvent contribuer au quotidien à la sérénité au sein des établissements ? Leur connaissance des élèves, de leurs fréquentations et de leurs familles leur permet bien souvent de prévenir le passage à l’acte. De la même manière, les coupes budgétaires imputées au réseau associatif ne peuvent que fragiliser le lien social et les actions de médiation qui restent des éléments essentiels dans les quartiers pour favoriser le vivre ensemble.

A Paris, c’est convaincus de l’importance de cet accompagnement humain que nous avons développé, dans le cadre de nos compétences, des dispositifs spécifiques qui contribuent à proposer des réponses axées sur la prévention, l’accompagnement éducatif et l’accès à des activités culturelles et sportives  : mise en place du dispositif Action Collégiens dans les établissements classés en politique de la ville qui permet un accompagnement individualisé de plus de 10 000 jeunes, soutien accru aux projets pédagogiques et voyages scolaires des collèges ou encore ouverture de centres de loisirs pour les adolescents, plus de 16 000 jeunes suivis par 300 éducateurs de rue dans les quartiers, soutien aux centres sociaux multiplié par 6. 

De même, nous prenons  toute notre part au dispositif de Réussite Educative qui permet de mieux repérer et aider les enfants et les jeunes en difficulté, en organisant localement un travail en réseau de tous les acteurs présents autour des familles. C’est dans ce cadre, notamment, que se développent des centres d’accueil destinés aux élèves exclus temporairement de leurs établissements pour lutter contre le décrochage scolaire.

Enfin, dans le cadre du Contrat Parisien de Sécurité, nous souhaitons renforcer l’apprentissage de la Citoyenneté, l’appropriation de la norme et de la règle, et mobiliser les acteurs de l’éducation autour de cet enjeu.

Aussi, plus que des réponses élaborées dans la précipitation et sans concertation, c’est un travail en commun sans cesse approfondi avec les services de l’Etat, les collectivités territoriales, les associations et les acteurs de terrain que nous appelons de  nos vœux afin de construire des réponses pérennes et efficaces.

Flash

  • Fermeture du guichet des cartes de stationnement résidentiel et professionnel les 24 et 26 novembre

    >>Lire la suite

Les bons plans
de la semaine

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Avec la Belle Assiette un chef vient cuisiner chez vous

    >>Toutes les vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter