«« retour

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Centres sociaux : et si on continuait...

03/04/2009
Par Mme Myriam EL KHOMRI

Myriam El Khomri, adjointe chargée de la protection de l’enfance et de la prévention spécialisée, ainsi que Gisèle Stievenard, adjointe chargée de la Politique de la Ville et de l'engagement solidaire, soutiennent pleinement la Journée d’alerte et d’information des centres sociaux et socioculturels associatifs parisiens (« Et si on arrêtait tout »).

Elles participeront activement à cette mobilisation en se rendant le 4 avril, entre 14h et 17h, auprès des équipes de salariés, bénévoles et participants de différents  centres de la Capitale (15h : centre social Accueil Goutte d’Or, 10 rue des Gardes, 18ème - 16h : espace 19 Ardennes, 15-19 rue des Ardennes, 19ème - 17h : la 20ème chaise, 61 rue des amandiers, 20ème).


L’action des centres sociaux, qui accueillent des jeunes et des familles en difficulté autour d’activités périscolaires, d’alphabétisation ou d’insertion, est déterminante dans un contexte de crise économique et sociale qui frappe les Parisiens les plus fragiles.


A l’heure où le département de Paris poursuit sans relâche son plan de renforcement financier des centres sociaux parisiens initié depuis 2001, nous constatons inquiétude, le désengagement de l’Etat en matière de solidarité.


Sur les cinq dernières années, on note :
• une progression de la participation du Département et de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) de Paris ;
• inversement, une baisse des lignes de financement de l’Etat ou d’organismes financés par l’Etat.

A titre indicatif, de 2001 à 2009 :
• l’aide financière apportée par le Département, qui représente environ 35% du budget total des centres sociaux, a été multipliée par 5, avec 800 000 euros supplémentaires pour 2009 ; Paris a ouvert 8 centres depuis 2001 et va en créer 6 nouveaux d’ici 2014, dont 3 en 2011 ;
• la part de l’Etat, qui représentait 21,4% des ressources des centres sociaux associatifs parisiens en 2001, ne représentait plus que 9,8% en 2007. Dans le même mouvement, la participation de l'Acsé est passée de 9.6% en 2003 à 5.5% en 2007.


Cette journée est donc l’occasion pour la Ville de démontrer une nouvelle fois son intime conviction de l’utilité des centres sociaux pour Paris et de leur plus value sociale à l’égard des habitants/participants.
Nous sommes convaincus que le travail des centres sociaux est vital pour perpétuer le vivre ensemble et garantir la cohésion sociale dans notre ville.


A ce titre, la Ville prendra toute sa part dans une négociation globale (Etat, région, département) sur le financement efficient des centres sociaux et ne manquera pas de continuer à interpeller et convaincre les différents partenaires, et plus particulièrement l’Etat, pour que les centres sociaux continuent leur projet de développement social participatif, et ce dans les meilleures conditions.

Expo Niki de Saint-Phalle
au Grand Palais

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter