«« retour

Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Compte rendu de mandat 2003

Faire vivre toutes les solidarités

Soutenir les plus vulnérables

Une récente étude comparative du journal l'Expansion sur la dépense sociale par habitants dans les 60 premières villes françaises a placé Paris en tête de son classement, avec un effort équivalant au double de celui consenti par la cinquième.


Puce municipalité100 M€ pour l'aide aux personnes défavorisées.


La somme de 3,8 M€ est consacrée à la distribution de repas (avec un doublement de l'aide aux associations depuis 2001) et à l'amélioration de la qualité de l'alimentation. De plus, un restaurant social sera ouvert en 2004.


Plusieurs dispositifs de soutien financier ont été renforcés:


- une aide aux familles monoparentales à faibles ressources a été créée. Aide aux charges locatives de 122 € par mois, elle bénéficie désormais à plus de 3.000 personnes (3,1 M€);
- les aides à la fourniture d'énergie ont été renforcées de 350.000 € en 2003 pour éviter les coupures de courant durant l'hiver;
- le fonds de solidarité logement, qui aide les familles très en difficulté à payer leur loyer, a été développé avec un abondement en cours d'année de 2 M€ de la ville ;
- le fonds d'aide aux jeunes a également fait l'objet d'un financement supplémentaire de 200 000 € pour faire face à la forte augmentation de la demande;
- les aides exceptionnelles d'urgence distribuées par le CASVP ont été augmentées de 1 M€.


De plus, 10 M€ seront consacrés d'ici la fin de la mandature à l'humanisation des centres d'hébergement existants et 4 M€ à la création de nouvelles places. Ainsi, la Ville participe au programme d'humanisation des principaux centres: les travaux d'humanisation du centre Charonne (11e) sont en cours, ceux du centre Ney (18e) et du passage du Trône démarrent avant la fin de l'année, les études sont réalisées pour le Palais de la Femme (11e), le centre Baudricourt (13e), les centres Péreire (17e), Crimée (19e) et George Sand (20e).
Parallèlement, plusieurs locaux destinés à de nouveaux centres d'hébergement ont été acquis rue du Faubourg-Saint-Martin (10e), bd de Strasbourg (10e), rue Frémicourt (15e). Ont déjà été ouverts les centres de la rue Fromentin (9e) et de la rue Salneuve (17e). Un centre doté de lits infirmiers ouvrira prochainement rue de Maubeuge (10e).

Intégration des étrangers.

Afin de favoriser l'intégration des étrangers, plusieurs mesures ont été prises:


- un plan de formation sur l'accueil des publics étrangers dans les services et mairies d'arrondissement a été mis en place;
- 450.000 € ont été accordés aux associations agissant pour l'intégration;
- parmi d'autres initiatives, le programme " Chinois d'Europe et intégration " permet des actions concrètes en matière d'apprentissage du français, de prévention et d'accueil des jeunes enfants de la communauté chinoise.


Quelques mesures pour plus de solidarité:


- la contribution de la Ville au SAMU social a fortement progressé depuis 2001 (2 M€ en 2003);
- une permanence d'accès aux soins dentaires a été ouverte à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière. La Ville de Paris a également financé le nouvel équipement du bus de soins dentaires gratuits géré par des dentistes bénévoles;
- un premier point d'accès aux droits a été créé dans le 18e arrondissement, qui complète l'action des 3 maisons de Justice et du Droit. Un partenariat avec le Barreau de Paris permet à des avocats bénévoles d'intervenir dans les services sociaux, les associations et dans un bus stationné Porte Montmartre (18e), Saint-Blaise (20e) et prochainement Porte Pouchet (17e).


Puce municipalitéInsertion des allocataires du RMI.


Afin de renforcer le volet " insertion " du RMI, 4.000 allocataires non suivis ont été contactés de nouveau pour qu'ils s'engagent dans un projet d'insertion sociale ou professionnelle. Grâce à cette action, 26 % des allocataires du RMI sont désormais titulaires d'un contrat d'insertion. 34,5 M€ ont été consacrés en 2002 au plan départemental d'insertion.


L'accent a été mis sur la qualité de l'accueil: des guichets uniques, appelés " espaces insertion ", ont déjà été créés dans les 10e, 11e, 18e, 19e arrondissements en 2003. Ils accueillent notamment les nouveaux allocataires et les engagent sur un parcours d'insertion sociale et professionnelle.

Puce municipalitéLa lutte contre le chômage.


Si la lutte contre le chômage est une compétence de l'État, la situation à Paris (+ 13 % de chômeurs entre juin 2002 et juin 2003) a conduit la collectivité parisienne à amplifier son action. Ainsi, un Forum " Paris pour l'Emploi " a lieu les 16 et 17 octobre 2003 avec plus de 200 employeurs: l'objectif est de fournir au public plus de 2.000 offres d'emploi. Des forums se sont également tenus dans les arrondissements tout au long de l'année 2003.


Deux nouvelles maisons de l'emploi et du développement économique ont été créées rue du Maroc (19e) et rue Pixéricourt (20e). Elles offrent des services d'orientation pour les personnes sans emploi et facilitent la rencontre entre les demandeurs d'emploi et les entreprises.


De plus, 5 équipes " emplois insertion " vont à la rencontre des personnes sans emploi dans des quartiers en difficulté (notamment dans les 10e, 14e, 18e, 19e et 20e) pour les mettre en relation avec l'ANPE ou les missions locales pour l'emploi.
Une antenne de mission locale a été ouverte dans le quartier Saint-Blaise (20e) pour aider les jeunes dans leur recherche d'emploi.


La Ville de Paris se mobilise également pour inciter les personnes sans emploi à créer leur propre activité avec un soutien renforcé aux structures qui aident les porteurs de projet et la spécialisation de la maison de l'emploi du 19e sur cette question.
Enfin les dispositifs d'insertion par l'activité économique pour les personnes les plus en difficulté ont été renforcés par la création d'une régie de quartier à Curial Cambrai (19e) et le doublement des chantiers d'insertion. Le montant de l'aide aux associations et aux entreprises d'insertion a été triplé, passant de 500.000 euros en 2002 à 1,5 M€ en 2003.

Puce municipalitéRenforcement des actions de prévention en direction des jeunes en difficulté:


- ouverture en 2003 d'un espace de socialisation pour l'insertion sociale et professionnelle des jeunes en difficulté dans le nord-ouest du 18e (association Parcours);
- après une augmentation de 90% des crédits consacrés aux centres sociaux entre 2000 et 2002, le programme de développement de ces équipements de quartier se poursuit en 2003 avec un effort de 150.000 € en faveur du recrutement d'animateurs de prévention précoce et d'une aide au démarrage d'un nouveau centre social " Danube " dans le 19e;
- le renforcement des équipes d'éducateurs de rue a été accentué en 2003 avec 60 nouveaux postes et effectifs depuis 2001 et la couverture de nouveaux quartiers tel que le sud du 10e arrondissement (porte Saint-Denis/Saint-Martin) prévue en fin d'année 2003;
- 15 associations nouvelles ont été soutenues au titre du programme Ville Vie Vacances 2003 afin d'augmenter le nombre de places disponibles;
- 10 chantiers internationaux sont proposés aux jeunes en difficulté en 2003 (pour 4 en 2002) leur permettant de s'impliquer dans la réalisation d'un projet de co-développement à l'étranger;
- sur l'ensemble du programme Ville Vie Vacances, une plus grande participation des jeunes filles a été recherchée.

2003, l'Année européenne des personnes handicapées.


L'Année européenne des personnes handicapées a été l'occasion de contribuer à faire changer le regard que la société porte sur le handicap. C'est pourquoi la Ville de Paris a souhaité y participer pleinement, en organisant ou soutenant différentes initiatives:


- le 29 mars, s'est tenue dans la capitale une journée de réflexion sur la situation des personnes handicapées à Paris, Rome et Copenhague;
- le 4 avril, plus d'un millier de personnes handicapées ont été accueillies à l'Hôtel de Ville, dans le cadre d'États Généraux destinés à préparer des " cahiers " rassemblant une série de propositions pour améliorer le " vivre ensemble ";
- depuis le printemps 2003, un parcours sensoriel a été installé périodiquement sur la place de l'Hôtel-de-Ville et de plusieurs mairies d'arrondissement, pour sensibiliser le grand public aux difficultés rencontrées par les personnes handicapées.
L'environnement parisien est encore hostile pour les personnes handicapées et les empêche trop souvent d'accéder à une pleine citoyenneté. Afin d'évoluer au plus vite vers l'égal accès de toutes et tous aux services et aux espaces parisiens, la municipalité a multiplié par 5 son effort financier consacré à cette volonté (2,1 M€ en 2001 et 12,3 M€ en 2003). De plus, un protocole a été signé en juillet 2003 avec les organisations syndicales pour favoriser l'emploi de personnes handicapées dans les services de la mairie de Paris. Enfin, une plate-forme d'accueil et d'orientation a été ouverte dans le 12e et une autre ouvrira tout prochainement dans le 17e arrondissement.

Environ un tiers du budget de la collectivité parisienne est consacré à la solidarité. Cet effort illustre la volonté municipale de lutter contre les inégalités qui frappent les plus démunis et de lutter contre toutes les formes d'exclusion dans notre société. Créer du lien social, établir de nouvelles formes de solidarité, favoriser les animations populaires ouvertes sur les quartiers constituent des objectifs prioritaires pour que la qualité de vie à Paris soit meilleure pour tous.

Mise à jour le : 06 avril 2006
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris