«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Retour sur le conseil de Paris de septembre

crédits : Flickr/Valerie Everett
[07/12/2012]

Lundi 24 septembre, les travaux du Conseil de Paris ont débuté avec la question du handicap. Au menu, l'adoption du schéma départemental pour l'autonomie et le vote du Plan de Mise en Accessibilité de la Voirie et des Espaces Publics (PAVE). Retrouvez dès maintenant la communication du maire et les débats sur le handicap en vidéo sous-titrée et en langue des signes.

 

 

Séance du Conseil de Paris des 24 et 25 septembre 2012

» Consulter l'ordre du jour du Conseil Municipal au format pdf 

» Consulter l'ordre du jour du Conseil Général au format pdf

 

Le Conseil de Paris en vidéo

>> VOD: la séance du Conseil de Paris du 24 septembre 

>> VOD: la séance du Conseil de Paris du 25 septembre 

 

 

 La communication du maire accessible aux Parisiens en situation de handicap

Lundi 24 septembre, le Conseil de Paris s'est ouvert sur la communication du maire de Paris sur la politique en direction des Parisiens en situation de handicap.

 

Revoir la communication du maire et les débats sur le handicap à Paris
 

 

 

 

Le Conseil de Paris en LSF

 

A cette occasion, Paris a mis en place un dispositif exceptionnel permettant de suivre cette allocution et les débats qui s'en sont suivis en langue des signes et sous-titrés.

>> Visionnez la communication du maire et les débats traduits en langue des signes et sous-titrés

» Consulter la communication relative au handicap au format pdf (version accessible)

» Consulter la communication relative au handicap en version facile à lire (format pdf)

Vous pouvez également revoir cette communication et les débats portant sur la politique handicap dans une version non signée et non sous-titrée.

INFOGRAPHIE : La politique du handicap en chiffres

Cliquez sur l'image pour la voir en grand format

Infographie politique Handicap

 

Cette année, Paris a investi 276 millions d'euros à destination des Parisiens en situation de handicap. Soit une augmentation de 23 % par rapport à 2007. Au total, ce sont ainsi 100.000 personnes que la capitale aide et soutient dans leur vie quotidienne et tout au long de leur parcours. Voierie, autonomie, accès à la culture, aux loisirs, au sport,aucun aspect n'est négligé.

Véronique Dubarry

 Lors de la conférence de presse qui prélude à la tenue de chaque Conseil de Paris, Véronique Dubarry, adjointe chargée des personnes en situation de handicap, a d'ailleurs souligné que la municipalité poursuivait son effort pour pour que tous les établissements accueillant du public soient rendus accessibles comme le veut la loi.

"Le législateur a fixé 2015 comme horizon. Il sera difficile de tenir cette échéance, mais nous continuons à progresser. Pour les gymnases, les bibliothèques, les piscines, nous avons tout d'abord souhaité que chaque arrondissement dispose d'au moins un équipement accessible aux personnes en situation de handicap. Puis l'objectif est passé à deux établissements par arrondissement, puis trois."

Véronique Dubarry est également souligné que le bâti très resserré de Paris, sa richesse architecturale et son patrimoine posait un certain nombre de difficultés. "Nous ne pourrons pas rendre tous les bâtiments accessibles aux fauteuils. Mais dans ce domaine, nous continuons à innover, à nouer des partenariats, afin de prendre en compte d'autres handicaps, psychiques, mentaux, visuels, etc."

 

Le Conseil de Paris du mois de septembre est également l'occasion d'adopter deux documents très importants s'agissant du handicap:

 Le Plan de Mise en Accessibilité de la Voirie et des Espaces Publics (PAVE)

» Consulter la délibération relative au PAVE (format pdf) 

» Consulter le PAVE dans son intégralité (au format pdf) 

Le schéma départemental pour l'autonomie et la citoyenneté des Parisiens en situation de handicap 2012-2016

» Consulter la délibération relative au schéma départemental pour l'autonomie et la citoyenneté des Parisiens en situation de handicap 2012/2016 (format pdf) 

 >> Consulter le schéma départemental pour l'autonomie et la citoyenneté des Parisiens en situation de handicap 2012/2016 (format pdf)

 

 

L'attribution de logements sociaux modernisée courant 2013

La Mission d’Information et d’Evaluation (M.I.E.) chargée de plancher sur les modes d’attribution des logements sociaux a rendu son rapport. Au programme, un état des lieux très poussé et 28 propositions pour changer la donne. Système de notation des demandes, gestion des dossiers en ligne, découvrez les idées présentées aux Conseil de Paris de septembre.

 

Revoir le débat sur l'attribution de logements sociaux du 25 septembre 2012

 

 

Créée en février 2012 pour faire le point sur les modalités d’attribution des logements sociaux dans la capitale, la Mission d’Information et d’Evaluation (M.I.E.) a rendu son rapport au mois de juillet. Résultat:132 pages très denses qui permettent de dresser un tableau précis de la situation et d'imaginer les solutions de demain. Parmi les préconisations phares: la cotation des demandes, la cotation des offres, une visibilité des demandeurs sur leur demande.

Lors du Conseil de Paris du 24 septembre, Bertrand Delanoë a souhaité qu'un calendrier de mise en oeuvre soit proposé avant la fin de l'année 2012 de sorte que les nouvelles solutions soient appliquées avant le terme de son mandat.

 

Logement social Paris

 

Les propositions à retenir
Les 15 membres de la MIE, issus des différents groupes politiques du Conseil de Paris, se sont mis d'accord sur 28 propositions. Voici les plus marquantes.

 

» Consulter le rapport de la M.I.E. dans son intégralité (au format pdf)

» Consulter la synthèse du rapport de la M.I.E. (au format pdf)


Un système de cotation des demandes

Ça marche déjà comme ça à Rennes ou Londres et Paris y pense sérieusement : mettre en place un système de points qui permettrait de hiérarchiser automatiquement les demandes.

Exemple, votre demande est vieille d’un mois, vous avez le droit à 1 point.  Voici un an que vous patientez : 12 points. Plus vous avez de point, plus votre dossier remonte dans la pile et devient prioritaire dans son traitement. D’autres critères, comme le niveau de ressources, la précarité du demandeur ou l’urgence de sa situation pourraient également être cotées.

Avantages : la hiérarchisation des demandes est automatiques et transparente.


Un système de cotation des immeubles


A Londres, les offres de logements sociaux sont disponibles en ligne. On peut savoir quelle est la surface de l’appartement, dans quel quartier il se trouve, à quelle époque l’immeuble a été construit et même jeter un coup d’œil aux photos des lieux.

Grâce à ce type d’approche concrète, les demandeurs peuvent cibler l’appartement de leur rêve, ce qui réduit d’autant les désistements. Il s’agit en définitive de faire coïncider l’offre et la demande.

 

Dématérialiser la procédure de demande


Chaque année, ce sont 127.000 demandes qui affluent et autant de dossiers papiers. Les arbres apprécieront.

Dématérialiser la demande permettrait non seulement de préserver la nature, mais donnerait encore la possibilité aux demandeurs de consulter leur dossier en ligne, de suivre son traitement, de savoir combien de temps encore ils devront patienter avant d'avoir une demaine



Quelques autres propositions


-Etudier la possibilité de rendre anonyme les demandes pendant la phase de présélection ;

-N’instruire que des dossiers complets ;

-Instruire les dossiers de manières plus approfondie, en contactant éventuellement les demandeurs pour s’assurer de la réalité de sa situation ;

-Pénaliser les refus non justifié ;

-Concevoir un guide pratique pour les demandeurs et développer des Relais Information Logement pour accompagner les demandeurs.

 


Jean-Yves Mano

Jean-Yves Mano: un système de cotation des demandes courant 2013

Lors de la traditionnelle conférence de presse de préconseil, Jean-Yves Mano, adjoint au maire chargé du logement, a tout d'abord relevé que ce rapport avait le mérite de rappeler un fait que beaucoup ignorent. Paris n'est pas seul à disposer du parc social de son territoire. Elle le partage en effet avec la Préfecture, les CIL (1% Logement), Paris Habitat et d'autres réservataires.

 "Une de nos orientations consiste toujours à maintenir une diversité sociologique dans les logements sociaux, a-t-il encore expliqué. Dans chaque projet que nous concevons, nous prévoyons donc des PLA-I, des PLUS et des PLS, c'est-à-dire des types de logements différents qui s'adressent à des publics précaires comme à des couches de populations moyennes. Nous tenons à conserver des classes moyennes à Paris."

S'agissant des propositions de la MIE, Jean-Yves Mano a surtout insisté sur deux idées: la cotation des demandes et celles des logements. Ainsi, une demande ancienne pourrait se voir attribuer automatiquement des points qui la ferait remonter vers le sommet de la pile. Quant à la cotation des logements, il s'agit de donner aux Parisiens un maximum de visibilité sur les logements, de manière à ce que les demandes affluent autant que possible vers les offres qui les concernent.

A quelle date ces nouvelles dispositions pourraient-elles être appliquées? "Pas avant le courant de l'année 2013, a annoncé Jean-Yves Mano, assurant que la définition des critères nécessiterait au moins neuf mois de concertation, avec les acteurs du logement social et certaines associations."

Lors des débats au Conseil de Paris, le maire a néanmoins pressé son adjoint de lui faire des propositions au plus vite. Il a notamment souhaité qu'un calendrier de mise en oeuvre soit adopté avant la fin de l'année 2012.

 

 

 Conseil de Paris: petits projets et grandes délibérations

Les chiffres de la rentrée, la chasse aux termites, une rue en mémoire d'Annie Girardot, découvrez en un coup d'oeil quelques-unes des 800 délibérations du Conseil de Paris des 24 et 25 septembre 2012.

INFOGRAPHIE : La rentrée 2012 en chiffres

Mardi 25 septembre au matin, la communication du maire portera sur la rentrée scolaire 2012. L’occasion de revenir en image sur quelques chiffres marquant.

Cliquez sur l'image pour la voir en grand format

Les chiffres de la rentrée 2012

 

On préfère manger à la cantine

 
Depuis 2011, Paris a revu son financement aux caisses des écoles qui financent la restauration scolaire. La Ville souhaitait notamment que son soutien se traduise par une amélioration des repas que les petits parisiens trouvent dans leurs assiettes.

Ainsi, pour cette année scolaire, la caisse des écoles du 2e arrondissement va bénéficier d’une subvention de 23.780 euros. Une partie de ce montant permettra de compenser les frais supplémentaires qu’engendre l’utilisation de produits bio et de denrées labellisées dans les cantines. Le reste visera à améliorer le service. Parce que bien manger s’apprend comme le reste.

Montants des subventions votées par le Conseil aux caisses des écoles pour l’année 2012 :


•    2e arr. : 23.780 €
•    3e arr. : 26.678 €
•    4e arr. : 37.715 €
•    5e arr. : 53.073 €
•    7e arr. : 25.504 €
•    8e arr. : 17.876 €
•    9e arr. : 63.770 €
•    10e arr. : 113.981 €
•    11e arr. : 100.438 €
•    13e arr. : 190.635 €
•    14e arr. : 128.179 €
•    15e arr. : 168.855 €
•    20e arr. : 231.000 €

 >> Consultez le projet de délibération pour la subvention à la caisse des écoles du 2e arrondissement 

>> Retrouvez dans l'ordre du jour les projets de délibération relatives aux autres subventions aux caisses des écoles (délibérations 2012DASCO45 à 2012DASCO 151)

Un "chez soi" pour les personnes qui ont des troubles psy

 

Le programme "Un chez soi d'abord" vise à favoriser l’accès et le maintien dans un logement ordinaire de personnes sans abri qui sont atteintes de troubles psychiques. Mis en oeuvre sur 4 sites en France, dont Paris, ce dispositif constitue une approche novatrice en la matière. 

Objectif 2012

Afin de concourir à la mise en oeuvre de cette expérimentation en 2012, la Ville de Paris vise la captation de 10 logements de type F1.

En contrepartie, l’Etat contribuera au coût de prospection estimé à 1800 € par logement soit 18 000 € pour les 10 logements visés.

>> Consultez le projet de délibération  

 

Des études d'un nouveau genre

 
Nées dans les années 80, les études de genre ("gender studies") partent d'un postulat plutôt intéressant : l'identité sexuelle n'est pas seulement biologique mais elle constitue aussi et surtout un phénomène social.

Très riche, cette approche s'applique à toutes sortes de domaines: littérature, histoire, sociologie, cinéma, etc. On peut ainsi retracer les mutations de la fonction féminine à travers l'histoire du cinéma hollywoodien. De Marylin à Michelle Rodriguez, il y a un monde.

Ce type de recherches qui rencontrent un franc-succès outre-atlantique peine parfois à s'implanter dans les pays latins. Depuis 2009, Paris a donc mis en place le prix de la Ville de Paris pour les Etudes de Genre.

Le Conseil de Paris vote le doublement de sa dotation ce mois-ci. Celle-ci passera ainsi de 5.000 € à 10.000 €.

>> Consultez le projet de délibération 

 

Aide mémoire

 

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, un mot d'ordre s'est mis à courrir dans tous les esprits: "Plus jamais ça." Parce qu'en dehors des destructions, des champs de bataille, des privations, du cortège habituel de toute guerre, il y avait eu "ça": la solution finale, Auschwitz, la mort de millions d'hommes, de femmes et d'enfants juifs. Les bonnes résolutions n'ont pas suffi, mais le devoir de mémoire demeure.

Aujourd'hui, la Fondation Auschwitz-Birkenau recherche 120 M€ de fonds dont les intérêts permettront d'assurer la conservation du camp d'extermination du même nom. 75 000 juifs français y ont perdu la vie, parmi lesquels 7000 enfants.

Le Conseil de Paris accordera une subvention de 310.000 euros afin que ces lieux continuent à témoigner de l'entreprise démente menée par le régime nazi.

>> Consulter le projet de délibération 

 

Pas de pitié pour les termites

 

En 2003, Paris a été classé en zone infestée par les termites ou susceptible de l'être à court terme par un arrêté préfectoral. L'ensemble du territoire parisien est devenu une zone de surveillance et de lutte contre ces petites bestioles qui ont tendance à tout dévorer sur leur passage.

Depuis, les Parisiens sont tenus de tout faire pour éradiquer cette plaie. Le Conseil de Paris décide aujourd’hui d’étendre le secteur à l’intérieur duquel le maire peut enjoindre les propriétaires de procéder dans les six mois à la recherche et à l’éradication de ces créatures nuisibles. Désormais, ce pouvoir s’appliquera jusqu’aux limites de la commune de Paris.

>> Consulter le projet de délibération 

 

Annie Girardot et Michel Berger se font une place

 

Michel Berger a son allée

20 ans après sa disparition, il reste un nom incontournable de la chanson française. On se souvient de Starmania (1979) et des textes qu'il écrivit pour lui, pour France Gall ou Françoise Hardy. Sans oublier son action humanitaire, pour l'Ethiopie, les Restos du Coeur, etc.

Le Conseil de Paris donnera son nom une allée du parc Monceau (8e).

>> Consulter le projet de délibération 

 

Et Annie Girardot trouve sa voie

Sortie du Conservatoire avec deux prix, elle débute au théâtre avant de faire valoir son caractère et sa gouaille dans des films à la fois exigeants et populaires. Ses personnages ont souvent des métier d'homme : médecin, chauffeur de taxi, reporter-photographe, commissaire de police. Aux côtés de Delon dans "Rocco et ses frères", de Gabin dans "Maigret tend un piège", de Louis de Funès dans plusieurs comédies, elle reste l'interpète inoubliable de cette prof amoureuse d'un élève dans "Mourir d'aimer".

Au terme d'une immense carrière (quelques 122 films, 54 téléfilms et 31 pièces), la maladie d’Alzheimer viendra lui prendre ses souvenirs. Paris garde sa mémoire en donner son nom à une voie dans la ZAC de la Gare de Rungis (13e)

>> Consulter le projet de délibération 

 

Une main tendue aux jeunes en errance


Depuis plusieurs années, l’association « Aux Captifs, la Libération » mène à l’accueil Lazare une action de lutte contre l’exclusion à destination des personnes en situation de précarité, de risque de prostitution, d’errance. Elle intervient en particulier sur le secteur Porte Dauphine/Boulogne auprès de jeunes de 18 à 25 ans en errance, qui sont particulièrement exposés aux risques prostitutionnels.

Les membres de l’association vont à la rencontre de ces jeunes au cours de tournées hebdomadaires. Cette équipe dispose d’un local, l’Accueil Lazare, situé au 197 bis avenue Victor Hugo dans le16e arrondissement. Là, les jeunes accueillis peuvent non seulement prendre une douche, se restaurer, mais également participer à des ateliers voués à les accompagner dans une dynamique de resocialisation et d’insertion professionnelle.

En 2011, 311 personnes différentes ont été rencontrées dont 82 sont connues depuis moins d’un an. Plus de 1 000 tournées-rue ont permis de rencontrer près de 3 800 personnes différentes.

Subvention: 293.000 €

>> Consulter le projet de délibération 

>> Consulter le site de l'assocation Aux captifs la libération 


 

Des projets près de chez vous

Des îles sur la Seine, des places de crèche un peu partout, une nouvelle école maternelle et un rucher dans le 18e, voici quelques projets qui vous concernent, vous et votre quartier.


Afficher Conseil de Paris : des projets près de chez vous (septembre 2012) sur une carte plus grande

 

 

Entrepot Macdonald (Google Street View)

 

MacDo: pas le resto, l'entrepôt (19e)


Initiée en 2007, la restructuration de l’entrepôt MacDonald est l’un des projets d’aménagement les plus ambitieux de la capitale: plus de 1000 logements (dont 50% de logements sociaux), une pépinière d’entreprises et 27 000 m² d’activités tertiaires qui viendront s’ajouter aux 40 000 m² de la ZAC Claude Bernard pour constituer un pôle bancaire inédit dans le Nord-Est Parisien. Sans oublier la gare RER Rosa Parks, des commerces sur 32 000 m², une crèche, une école, un gymnase, un collège, etc.

Mais la crise et la complexité technique du programme ont engendré des retards, dans la commercialisation des surfaces notamment. Ce mois-ci, le Conseil de Paris a donc voté une recapitalisation de la société SEMAVIP qui porte le projet.

Coût de la recapitalisation : 13,5 M€

Participation Paris : 10,8 M€

Montant total des investissements réalisés (tous investisseurs confondus) : 1 milliard d’euros.

» Consulter la délibération (format pdf) 

 

 

Rue Calvin (Google Street View)

 

Maxi projet pour les micros fluides (5e)


Prix de Nobel de Physique en 1991, Pierre-Gilles de Gennes reste peut-être moins dans la mémoire des Français  pour ses travaux que pour son aura. Pédagogue charmeur, anticonformiste au sourire chevalin, ses apparitions dans "Les Palmes de Monsieur Schultz" ou chez Pivot sont certes plus accessibles que les percées qu’il a réalisées dans le domaine des micro-fluides.

N’empêche, le Conseil de Paris a voté en sepembre la mise à disposition de locaux situés 6-12 rue Jean Calvin où sera créé l’Institut Pierre-Gilles de Gennes. Avec 5 labos et 100 chercheurs, cet Institut sera la première plateforme en Europe capable de combiner l’ensemble des technologies de « microfabrication et d’auto-assemblage de systèmes microfluidiques. » On y trouvera également un incubateur d’entreprises.

Subvention : 9 millions d’euros

» Consulter la délibération (format pdf) 

 

 

Marché des enfants rouges (Google Street View)

 

Le marché des Enfants Rouges soigne ses entrées


Créé en 1615, c’est le plus vieux marché de Paris. On vient là pour faire ses courses, boire un verre ou manger des plats cosmopolites entre copains. Beaucoup de poussettes, de familles, des produits bios et des légumes frais.

Mais ce marché est complétement enclavés au sein de plusieurs bâtiments. Pour y accéder, il faut donc trouver l’une de ses quatre entrées, ce qui n’est pas très aisé pour les non-initiés. Deux d’entre elles se trouvent aux 37/39 rue de Bretagne, une autre rue des Oiseau, une dernière 33 bis rue Charlot.

Ce mois-ci, le Conseil de Paris a donc voté des travaux de mise en valeur de ces entrées pour que ce plaisir de "happy few" s’ouvre au plus grand nombre.

Date des travaux : de février à mai 2013

Coût : 145 000 euros  

» Consulter la délibération (format pdf) 

 

 

rue Emile Deployé (Google Street View)

 

Le plein de places de crèches pour la ZAC Clichy Batignolles… et pour tout Paris (17e)


Le programme de la ZAC Clichy Batignolles occupe 53 hectares au Nord Est de la capitale et prévoit 7000 m² de logements, 3000m² d’équipements et 200m² de commerces. Le Conseil de Paris vote donc ce mois-ci la création d’une crèche de 66 places afin d’accompagner le développement de ce nouveau quartier.

Mais cette poussée de croissance ne s’arrête pas là. Le Conseil a également voté la création de :


•    47 places de crèches au 8 rue Montmorency (3e)
•    66 places de crèches au 1-3 place de Rungis (13e)
•    25 places de Halte-Garderie rue Emile Duployé (18e)
•    30 place multi-accueil Boulevard de Grenelle (15e)
•    66 places de crèches dans la ZAC Cardinet Chalabre (17e)
•    55 places de crèches 12-14  rue Botha (20e)

 » Consulter la délibération au format pdf 

 

Rue Championnet (Google Street View)

 

Le 18ème offre des toits à ceux qui n’en ont pas


Au 46 rue Championnet, c’est une résidence de 20 logements qui va se dresser en lieu et place de l’ancien bâtiment détruit. Ces 490 m² de surfaces utiles accueilleront des personnes isolées et sans domiciles qui seront issues d’un centre d’hébergement, d’un hôtel meublé ou d’une situation de mal logement similaire, tous proches de l’insertion.

Par ailleurs, une résidence sociale de 18 logements et une maison relais de 35 logements seront construites au 32 rue Polonceau /2 rue Erckmann-Chatrian. Là, la Ville accueillera des personnes isolées, fragilisées, vulnérables, parfois vieillissantes et migrantes.

Coût de l’opération : 8,7 M€

Subvention de la Ville : 3,3  M€

» Consulter la délibération au format pdf 

 

Carreau du temple (Google Street View)

 

Le carreau du Temple s’achète une conduite


Construit en 1863, le Carreau du Temple a connu des heures glorieuses et des moments plus difficiles. Des années 1950 aux années 1970, le commerce de vêtements a fait sa fortune avant que n’advienne une période de déclin. En 2003, la mairie du 3ème a lancé une consultation pour décider de l’avenir du lieu. Finalement, c’est le projet « Un espace pour tous » qui l’a emporté.

A partir de juillet 2013,  ce bâtiment accueillera donc un auditorium de 250 places, des halles de 1800 m² pouvant accueillir des activités sportives, commerciales et culturelles, un dojo, un studio d’enregistrement, deux salles permettant de pratiquer la musique, un espace lounge, etc.

En septembre, le Conseil de Paris a décidé la création d'une Société Publique Locale (SPL) pour chapeauter cette structure. Ce modèle d'organisation laisse le contrôle du Carreau du Temple à la municipalité en offrant un maximum de souplesse dans son fonctionnement.


Capital social de la SPL : 300.000 euros, soit 3.000 actions de 100 euros réparties entre la Ville de Paris (70 %) et le Département (30%).

» Consulter la délibération au format pdf 

 

Rue de Torcy

 

 Paris accouche d’une maternelle (18e)

Le Conseil vote la construction d’une nouvelle école maternelle dans le 18e arrondissement, au niveau du 10-12 rue de Torcy afin de prendre en compte le nombre croissant d’élèves qui vivent dans le Nord de la capitale.

Au programme, 11 classes, 4 dortoirs, une salle de motricité, un préau, une salle pour un centre de loisir, sans oublier bien sûr la cour de récréation. 1000m² de bonheur.

Cette nouvelle école permettra de libérer 10 classes dans l’école du 5-7 rue de Torcy. Deux structures élémentaires viendront prendre la place laissée disponible. Un réaménagement est évidemment prévu pour accompagner ce changement de fonction.

Date des travaux : de mai 2014 à février 2016  pour la nouvelle école et de février 2016 à juillet 2016 pour le réaménagement de l’école existante.

Coût total : 19,8 M€

» Consulter la délibération au format pdf

 

Rue Gabrielle (Google Street View)

 

Le miel de la rue Gabrielle (18e)


Dans la capitale, les ruchers les plus connus sont nichés dans le parc Georges Brassens et au jardin du Luxembourg . Mais il en existe beaucoup autres et notamment sur les toits de l'opéra Garnier, par exemple. Et bientôt, il y en aura encore davantage... puisqu'au menu du Conseil de Paris figurait l'installation d'un rucher dans le jardin de la rue Gabrielle suite à la demande de l'association de Défense de Montmartre et du 18e.

» Consulter la délibération au format pdf 

 

En ce moment

Les précédents conseils