«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Retour sur le conseil de Paris de mai 2012

crédits : ooclomoo/Flickr CC
[12/06/2012]

Le 14 mai 2012, le Conseil de Paris a examiné quelques 600 délibérations. Parmi elles, des projets de collèges, de gymnases, un TRAM, une crèche, entre autres. Découvrez les décisions prises lors de cette séance exceptionnellement réduit à une journée, pour cause de scrutin électoral.

 

>> Consulter l'ordre du jour du Conseil Municipal (format pdf)

>> Consulter l'ordre du jour du Conseil Général (format pdf)  

>> Retrouver le Conseil de Paris du 14 mai en VIDEO 

 

Des projets près de chez vous

 

Tous les mois, retrouvez sur Paris.fr la carte des grands projets votés au Conseil du Paris: un collège, une piscine, une prolongation de métro, l'avenir se dessine au coin de la rue.


Afficher Des projets près de chez vous : Conseil de Paris, mai 2012 sur une carte plus grande

 


16 classes dans le 17e

Futur emplacement du collège Saussure

Le Conseil a voté ce mois-ci la construction d’un nouveau collège dans le secteur Saussure de la ZAC Clichy-Batignolles (17e), une ère qui a été profondément modifiée depuis 2007 et qui a vu se multiplier les logements. Pour accueillir tous les collégiens du quartier, cet établissement comptera 16 divisions. Il disposera également d’un centre sportif indépendant avec un gymnase et une salle de sport.

Coût de l’opération 34,8 millions d’euros.

» Consulter le projet de délibération (format pdf) 

Clichy-Batignolles: un quartier qui change et des habitants qui en parlent

 « Oh je ne saurais pas vous dire, on n’habite pas là toute l’année ».

Quand on  demande à Philippe ce que lui inspirent les nouveaux aménagements du quartier, il botte en touche. Pourtant, très vite, ce sémillant retraité pointe son index ici et là, et détaille tout le projet, qu'il connaît d'ailleurs par coeur. Quant à Jacqueline, sa femme, elle est intarissable lorsqu’il s’agit de décrire les avantages du parc Martin Luther King où ils terminent justement leur balade du soir.

Il est 20h30 et la lumière décline rapidement. La ville qui n’est plus si bruyante semble lointaine. Des joggers parcourent les allées et des mères s'attardent en gardant un oeil sur les enfants qui jouent. Par derrière, on aperçoit les travaux qui se sont interrompus, au grand soulagement des voisins.

Naturellement, le chantier ne fait pas que des heureux. Pourtant, certains se montrent philosophes, comme Omar, qui vit là depuis une vingtaine d’années: « La poussière on s’en fout. Enfin, on s’en fout si c’est pour construire un parc ou des logements. Si c’était pour faire des bureaux, on la sentirait sûrement davantage. »

Quant à savoir à qui l’on doit tout ça, le parc qui fait plaisir comme les travaux qui embêtent les automobilistes, les avis divergent. Pour Omar, « c’est Delanoë et une affaire de gros sous ». Selon Philippe, le retraité, « c’est une chose d’Etat, c’est la Ville de Paris. » En définitive, on ne sait pas très bien. Le Conseil de Paris n’occupe pas non plus les pensées de ce couple d’amoureux qui pique-nique dans l’herbe. Pourtant, les 163 élus qui y siègent ne sont pas si loin, parce qu’un jour, ce couple cherchera peut-être un logement, une crèche, une école pour ses enfants. En attendant, il a trouvé un petit coin frais dans l’herbe et ça n’est déjà pas si mal.

 

Un collège pour le redécolage de la ZAC Paris Rive Gauche (13e)

Nouveau collège ZAC Paris Rive Gauche

Le second projet de collège s’inscrit dans le cadre du secteur Masséna Bruneseau de la ZAC Paris Rive Gauche (13e). Créée en 1991, cette ZAC avait vocation à accueillir de nouveaux quartiers mixtes comprenant des logements, des bureaux, des commerces, ainsi qu’un nouveau pôle universitaire européen.

Aujourd’hui, la Ville souhaite donner une nouvelle impulsion à ce programme en multipliant les espaces dédiés à l’emploi et aux habitations. Ainsi, ce sont quelques 600 logements qui devraient être livrés dans ce secteur, ce qui représente à terme une population de 450 collégiens. Pour accompagner cette évolution, le Conseil de Paris a donc approuvé la construction d’un collège de 20 divisions.

» Consulter le projet de délibération (format pdf)

  

Un TRAM pour remplacer le bus qui rame (13°)

Porte de Choisy

Aujourd’hui, la ligne de bus 183 qui mène de la Porte de Choisy au centre-ville d’Orly traverse un territoire en pleine mutation. Avec 50.0000 voyageurs par jour et  des problèmes d’irrégularité croissants, elle est d’ores et déjà guettée par la saturation, alors même que le trafic devrait encore augmenter dans les années à venir.

Le projet de TRAM Paris-Orly a précisément pour vocation de remédier à ces divers problèmes. Longue de 10,3 kilomètres, cette ligne mise en place sur la Route Départementale 5 desservira une vingtaine de stations de la Porte de Choisy au centre-ville d’Orly.


Les coûts sont à la hauteur de l’enjeu : 332 millions d’euros pour le projet et 71,5 millions pour le matériel.

En mai, le Conseil a voté les modalités de la concertation préalable. Un premier pas pour une mise en service prévue à l’horizon 2020.

» Consulter le projet de délib format pdf 

 

66 places de crèches dans le 18e

Future crèche rue poissonniers (18e)

La Ville voit grand pour le site Poissonniers puisque son projet d’aménagement prévoit 107 logements sociaux, (du studio au cinq pièces dans un immeuble de 6 à 7 étages), une crèche, un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), une pépinière d’entreprise, un centre sportif, un jardin public et un supermarché.

Ce mois-ci, le Conseil a approuvé la construction de la crèche qui comptera 66 places et sera située au 110-122 rue des Poissonniers. L’ensemble du projet représente un coût global de 4,588 millions d’euros.

» Consulter le projet de délibération (format pdf) 



Kung Fu à la ZAC (20°)

Futur gymnase porte des lilas

Les aménagements de la ZAC de la Porte des Lilas se poursuivent. Ce programme de grande envergure, qui prévoit entre autre un cinéma, un espace dédié au cirque et des jardins publics couvrant le périphérique, comptera bientôt un gymnase avec une salle d’arts martiaux et un mur d’escalade.

Le bâtiment de 3300 m2 destiné à accueillir ce nouvel équipement à l’angle des rues Paul Meurice et Léon Frappié disposera également d’un espace Jeunes avec un Pôle Musical. Pour finir, il intégrera le centre d’adaptation psychopédagogique situé à proximité.

Ces travaux qui représentent un coût de 15,45 millions d’euros débuteront en août 2012 et prendront fin en décembre 2013.

» Consulter le projet de délibération (format pdf) 



Bio, bouquins et Batobar sur les Berges (4°)

Berges de Seine sur Google Maps

Dans le cadre du projet d’aménagement des Berges de Seine, la Ville de Paris et le Port Autonome ont décidé de créer 5 postes d’amarrages entre le Pont Louis-Philippe et le Pont Marie. L’un d’entre eux sera dédié à une escale de transport de passager. Trois autres ont déjà trouvé leur destination :

•    Le « Batobar » qui propose des croisières courtes avec boisson, mais sans commentaires ;
•    Le « Green River », soit un ponton comprenant un restaurant biologique auquel seront amarrés de petits bateaux électriques de promenade ;
•    Une librairie axée sur le thème de l’eau qui portera un nom évocateur « L’eau et les rêves »

La Ville de Paris assurera la maîtrise de ce projet évalué à un coût de 436 400 euros.

Dans le même temps, la voie express située rive droite, entre l’Hôtel de Ville et le tunnel Henri IV, sera transformée en  boulevard urbain, avec quatre traversées piétonnes, de manière à sécuriser l’accès au fleuve et d’aménager une promenade piétonne en bord de quai.

» Consulter le projet de délibération (format pdf) 



Des idées pour la rue Gerty Archimède (12°)

Rue Gerty Archimède

La Ville a décidé d’initier une consultation à l’échelle européenne auprès de différents opérateurs  immobiliers intéressés par une parcelle de 4.400 mètres carrés située rue Gerty Archimède, dans le quartier de Bercy. L’objectif : vendre cette parcelle à un acquéreur qui devra y construire un gymnase, une salle polyvalente et un programme de bureaux, que Paris rachètera par la suite.

» Consulter le projet de délibération (format pdf) 

 

Coup de jeune pour le passage Choiseul (1°)

Passage Choiseul (googlemaps)

On les avait construits pour s’abriter des intempéries, du fracas des voitures à chevaux et expérimenter l'éclairage au gaz. Balzac y situa des intrigues et Aragon célébra leurs grouillants mystères. Aujourd’hui encore, les passages couverts demeurent des incontournables du paysage parisien.

Depuis 2004, Paris co-finance donc leur restauration en contrepartie d’une servitude de passage public.

Cette année, c’est au tour du passage Choiseul de faire peau neuve, ce qui n’est sans doute pas trop tôt, si l’on en croit Louis-Ferdinand Céline qui y passa son enfance et écrivait : « « […] moi qu’ai vécu Passage Choiseul, dix-huit ans, je m’y connais un peu en sombres séjours !… »

La participation de la Ville devrait s’élever à 235 000 euros et contribuera à rénover la verrière, les fermes existantes et deux marquises vitrées situées à l’entrée.

» Consulter le projet de délibération (format pdf) 



Une station de bus du futur ( 12e )

Future station de bus boulevard Diderot

Aves les Mobiliers Urbains Intelligents, les Parisiens ont pu découvrir le Modulowatt, le Vélobox, le potelet X-last, le Mobilot ou le totem digital.

La station de bus innovante, qui va être installée à titre expérimental boulevard Diderot, s’inscrit dans la même lignée. Elle offrira non seulement des informations en temps réel sur écran, mais également une bibliothèque (Circul' Livres), une borne de petites annonces, une station de cinq Vélos à Assistance Electricque (VAE) et une offre commerciale qui évoluera au fil de la journée.

Curieux et usagers pourront trouver cet artefact tout droit venu du futur à l’arrêt Gare de Lyon, 17 boulevard Diderot.

» Consulter le projet de délibération (format pdf)

 

 

 

 

En bref, les brèves du Conseil de Paris

 

Charles Trenet  Un jardin pour le fou chantant dans le 13e

 On y trouvera des fleurs, des arbres, un miroir d’eau et un belvédère. Quant à savoir si les canards du futur jardin Charles Trenet parleront anglais, comme dans la chanson : mystère.

 Situé au sein de l’éco-ZAC de la gare de Rungis, rue Brillat Savarin (13e), ce jardin de 5 000 m2 accueillera tous les promeneurs et les amoureux de l’inoubliable auteur de « Boum », « La mer » ou de « Nationale 7 ».

 » Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf

 

 

Couple Aubrac - Nouvelle fenêtre Les retrouvailles de Lucie et Raymond Aubrac

 

Quand ils se rencontrent, lui est un jeune ingénieur des Ponts et Chaussées, elle vient de passer l'agreg' d'histoire géo. Bientôt la guerre arrive, ils n'hésitent pas.

Dès 1940, Lucie et Raymond Aubrac rejoignent donc la Résistance. Le maquis, la traque de la milice, ils prennent tous les risques, tous les deux. Raymond sera fait prisonnier à plusieurs reprises. Lucie participera d'ailleurs à l'attaque qui libérera son compagnon, malgré sa grossesse.

Ensuite, ce sera la Libération, le retour à la vie normale: ils ne se quitteront plus. Jusqu'en mars 2007, quand Lucie Aubrac s'est éteinte. Raymond Aubrac, lui, est mort en avril dernier.

En hommage à cette histoire d'amour et de résistance, Paris a décidé de renommer le collège Lucie Aubrac (11e) qui devient donc collège Lucie et Raymond Aubrac.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf

 

 

Jeune femme à la fenêtre  Les mineurs isolés étrangers ne sont plus si seuls

Au cours des deux dernières années, le nombre de Mineurs Isolés Etrangers à Paris a doublé. Aujourd'hui, ils sont 1700, Pakistanais, Maliens ou Afghans qui èrent dans les rues, sans perspective ni solutions d'hébergements.

De manière à secourir ces jeunes particulièrement vulnérables, France Terre d'Asile (FTA) a mis en place une permanence d'accueil (125 quai de Jemmapes dans le 10e) et un dispostif de mise à l'abri (5 rue Stendhal dans le 20e) qui peut accueillir jusqu'à 75 mineurs.

Paris accorde une subvention de 2,104 millions à cette association afin de soutenir ces deux initiatives.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

 

Vian Prévert - Nouvelle fenêtre Prévert et Vian en terrasse (18°)

 

En 1953, Cité Véron à Paris, on ne s’ennuit pas: tandis qu'un jeune homme malade du cœur joue de la trompette au troisième étage, un autre écrit des poèmes en second. Le premier s'appelle Boris Vian, l'autre Jacques Prévert. Le monde est si bien fait qu'ils partagent même une terrasse, baptisée pour le compte : « Terrasse des trois Satrapes » (le chien de Prévert était de la partie).

Une plaque viendra prochainement commémorer ce voisinage illustre et signaler aux passants cette fameuse terrasse qui fut cinq années durant un rendez-vous très couru des lettres et de la musique parisiennes.

 » Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf

 

 

Eglise Saint-Roch Fini le chemin de croix pour la chapelle du Calvaire (1°)

 

L’architecte Boullée est surtout connu pour les projets qui n’ont jamais été construits, où se mêlent goût classique et aspiration à la démesure. Parmi eux, le fameux Cénotaphe de Newton.

On sait moins que la petite chapelle du Calvaire, bâtie du côté Nord de l’Eglise Saint-Roch (1°) est également de sa main. Ce monument typique de l’architecture néo-classique du XVIIIe siècle retrouvera bientôt de son lustre, puisque la Fondation CONNY-MAEVA va financer la restauration de sa façade Ouest.

Montant des travaux : 150 000 euros.  Durée estimée : 6 mois à partir du premier trimestre 2013.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

 

Cantine scolaire  On termine son assiette pour la planète

L’association « De mon assiette à notre planète » lance une étude sur les comportements alimentaires des enfants dans les cantines des écoles primaires Froment (11e) et Armand Carrel (19°). L’objectif : découvrir les raisons du gaspillage alimentaire et appliquer une méthode pour y remédier.

Paris soutient cette initiative à hauteur de 15 200 euros.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

 

  Deux gouaches pour le musée Zadkine

Le docteur Girardin était chirurgien-dentiste. Mais si l'on se souvient de lui, c'est moins pour ses soins dentaires que pour son incroyable collection d’art contemporain. Fou de peinture, l’homme consacra sa vie à acheter des toiles aux artistes de son temps. Il rassemblera ainsi quelques 500 tableaux signés de la main des plus grands : Picasso, Derain, Vlaminck, Matisse, Braque, etc. L’homme avait décidément bon goût, il eut même celui de léguer sa collection à la Ville de Paris.

Aujourd’hui, cette dernière se propose d'acquérir deux gouaches de Zadkine qui étaient passées par sa collection sans y demeurer : « L’homme à la pipe » et « Le musicien ». Celles-ci trouveront tout naturellement leur place au sein du Musée Zadkine.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

 

Cours de musique au conservatoire du 13ème Le  Conservatoire à Rayonnement Régional change ses tarifs

 

Aujourd’hui, le CRR applique à tous ses élèves des cycles « spécialisés » ou « perfectionnement » un forfait de 259 euros, alors même que les élèves des Conservatoires Municipaux se voient appliquer une grille tarifaire qui est fonction du niveau de revenu de leur famille.

Ce mois-ci, le Conseil a donc décidé d’appliquer aux élèves du CRR le même fonctionnement. Ainsi, selon son quotient familial, l’élève du CRR paiera entre 259 euros et 500 euros par an. A noter, une tarification forfaitaire de 1000 euros pour les étudiants plus âgés préparent les grands concours ou l’entrée dans les grands orchestres internationaux.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

 

Paris l´européenne - Nouvelle fenêtre Paris l'européenne

 

Après le village européen qui a pris place les 8 et 9 mai sur le parvis de l’Hôtel de Ville, Paris continue à soutenir l’Europe.

Une subvention de 343.000 euros a ainsi été attribuée à la Maison de l’Europe. Fondée en 1956, cette honorable institution ouverte à tous a pour but d'associer les Parisiens à la construction européenne tout en favorisant le rayonnement de la capitale dans l’Union. Des débats, des échange entre jeunes européens, des conférences et des formations, le programme est riche, à la hauteur d'une ambition... continentale.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf

 

 

 

A lire également

>> Le Pass Jeunes débattu en Conseil

 

En ce moment

Les précédents conseils