«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Conseil de Paris de septembre 2011

crédits : Flickr CC by gelinh
[10/01/2012]

Programme chargé pour la rentrée du Conseil de Paris avec plus de 900 délibérations à l'ordre du jour. Deux communications importantes sont venues notamment animer les débats : l'une sur la crise de l'hébergement d'urgence, l'autre sur les conditions difficiles de la rentrée scolaire 2011. Revue en détail des principales délibérations.


Le conseil de Paris en vidéo

Picto caméra VOD  : le discours d'introduction du maire (26/09/2011)

Picto caméra VOD : La séance du lundi 26 septembre 2011 en intégralité

Picto caméraVOD : La séance du mardi 27 septembre 2011 en intégralité 

 

hebergement d'urgence

Une crise de l’hébergement d’urgence en Ile de France

Le conseil de Paris s’est ouvert lundi 26 septembre par une communication sur l’hébergement d’urgence. La situation dramatique des sans-abris à Paris et en Ile-de-France dont le nombre augmente de manière inquiétante dans la métropole traduit une crise humanitaire, sanitaire et sociale d’une extrême gravité.

« C’est une défaillance totale de l’Etat » a ainsi rappelé Olga Trostiansky, adjointe chargée de la solidarité, lors de la traditionnelle conférence de presse présentant le Conseil de Paris.

En effet, l’Etat, qui a pourtant l’obligation légale d’accueillir inconditionnellement toute personne qui sollicite une mise à l’abri, s’est rendu responsable de cette crise en réduisant considérablement en avril dernier le budget d’accueil hôtelier du Samu Social (-25%) et en décidant la fermeture de 4500 places en 2011.

Fin juillet, face à une situation d’urgence, Bertrand Delanoë avait décidé d'allouer une subvention exceptionnelle de 300.000 euros. Grâce à cette subvention – qui est venu se rajouter à la participation annuelle habituelle de 3,1 millions d’euros - le Samu Social peut prendre en charge chaque jour 70 familles en moyenne pour répondre à la crise.

 

Picto exclamation bleu

 Une subvention exceptionnelle de la Ville de 300.000 euros

 

La subvention exceptionnelle de 300.000 euros et une provision de 170.000 euros pour prévoir les opérations exceptionnelles de l’hiver prochain ont été votées lors de ce Conseil de Paris. Mais face à l’ampleur de la crise - il manque plus de 13.000 places d'accueil en Ile de France - la priorité de la ville pour l’avenir est claire : donner au Samu Social les moyens d’un accueil inconditionnel des plus exclus. Elle propose ainsi plusieurs pistes de développement et interpelle l'Etat à ce sujet :

- Adapter le Samu Social aux nouveaux enjeux de la grande exclusion dans la métropole, notamment en créant une plateforme d’hébergement hôtelier régional.

- Organiser un accueil immédiat des personnes en errance via un accès facilité au 115.

- Améliorer le statut et les conditions de travail du personnel du Samu Social

» Consulter la communication au format pdf 

» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf

 

rentree scolaire

Comment s’est passée la rentrée scolaire 2011 à Paris?

Mardi 27 septembre, une deuxième communication, sur la rentrée scolaire cette fois-ci, a été présentée au Conseil de Paris. La rentrée 2011 a vu le nombre de petits Parisiens scolarisés augmenter, ce dont on devrait se réjouir mais qui s’avère très problématique au regard du climat d’instabilité ressenti par tous.

En effet, on note cette année les points suivants :

- de nombreux postes d’enseignants ont été supprimés lors de cette rentrée (77 au total),
- faute d’effectifs, les classes sont saturées et souvent à double niveau (CM1/CM2 par exemple),
- certaines familles ne peuvent plus scolariser leurs enfants dans leurs quartiers et doivent effectuer des trajets plus longs pour emmener leurs enfants dans des écoles plus éloignées,
- la mixité sociale se réduit et les disparités entre établissements se renforcent,
- les langues vivantes ne sont désormais plus une priorité en maternelle et primaire, et les professeurs spécialisés n’interviennent plus dans ces classes, laissant les instituteurs démunis face à cette situation,
- enfin, on relève cette année un triste record du nombre le plus faible d’inscriptions d’enfants de moins de 3 ans dans le public.

 

Picto exclamation bleu

 La Ville ouvre 3 nouvelles écoles

 

Pourtant la Ville poursuit ses missions d’amélioration de l’enseignement et de l’encadrement des élèves, et de rénovation des différentes infrastructures :

Trois nouvelles écoles ont ouvert en grande partie leurs classes cette année (8 classes dans le 9ème, 5 classes dans la ZAC Paris Rive Gauche dans le 13ème, et 2 classes dans la ZAC Claude Bernard dans le 19ème), et des restructurations de forte ampleur sont à souligner. Outre la création et la rénovation des bâtiments, de nombreux efforts sont menés pour améliorer la restauration scolaire et diversifier les activités scolaires et périscolaires autour de trois pôles majeurs : art et culture, vivre ensemble, et environnement / développement durable.

D'autres initiatives, comme la consultation des enfants sur des sujets urbains concrets (les voies sur berges...), des actions éducatives axées sur la citoyenneté ou encore l'ouverture d'une partie de certains collèges à des associations de quartier, ont montré que la ville affirme sa place comme un acteur éducatif incontournable.

» Consulter la communication du maire au format pdf 

 

Cirque electrique

La réforme de la taxe de balayage

La taxe de balayage a été créée en 1873 et est acquittée par les propriétaires d'immeubles sur rue. Elle est fonction de la longueur de la façade et de la largeur de la rue.

Il y a actuellement, et ce depuis 1878, huit tarifs qui avaient été fixés en fonction de la fréquence du balayage, allant de 1,32 euros/m2 à 9,22 euros/m2. 70.000 immeubles parisiens sont concernés. La taxe est due par les propriétaires au 1er janvier.

La réforme de la taxe de balayage consiste à fixer une taxation unique à 9,22 euros/m2 au 1er janvier 2012, générant des recettes de 30 millions d'euros supplémentaires pour la Ville, la recette totale de la taxe étant attendue à 100 M d'euros dans le budget 2012.

Les dépenses de nettoiement (balayage, enlèvement des ordures et encombrants, nettoyage des graffitis, etc.) ont représenté 199 M euros en 2010.

» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

Cirque electrique

L'espace cirque pour bouger et sortir sous chapiteau

Dans le cadre de sa politique culturelle en faveur du cirque, la Ville de Paris a organisé, lors du réaménagement de la Porte des Lilas (Paris 20e), un emplacement dédié aux pratiques amateurs, à la création et à la diffusion dans le domaine des arts du cirque.

Aux manettes de ce nouvel espace, organisé autour de deux chapiteaux et d’un parquet de bal : l’association La Dalle aux chaps, créée tout spécialement par le Samovar (école dédiée au clown à Bagnolet) et le Cirque Electrique.

» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 
>> Lire notre article  

 

Nocturnes dans les centres d'animation

Des nocturnes dans les centres d'animation

Afin de proposer aux jeunes de 16 à 25 ans une offre d'activités et de loisirs le soir, trois centres d'animation vont expérimenter, dès octobre, des horaires en nocturne.

L’objectif est avant tout de proposer un lieu où les jeunes seront accueillis librement sans contrainte d’horaire fixe, ni d’assiduité imposée, et de répondre au mieux à leurs attentes. Ce projet, initié lors des Etat Généraux de la Nuit en novembre 2010, est soumis au Conseil de Paris.

» Consulter l'exposé des motifs de la délibération au format pdf
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf  

>> Lire notre article
  

 

amenagement de la place de la Republique

Une nouvelle place de la République

A l'issue de l'enquête publique en juillet 2011, le commissaire enquêteur a remis un avis favorable au projet d'aménagement de la place de la République.
Les travaux d’aménagement de voirie et la mise en compatibilité du Plan Local d’Urbanisme qui en découle ont fait ainsi l’objet d’un vote définitif lors du Conseil de Paris. Ce vote modifie le P.L.U. et permet le début des travaux en janvier 2012.

» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

Autoroute A4

L'Interloque, la ressourcerie parisienne

L'association l’Interloque (18e) est la première « ressourcerie » parisienne qui collecte, réemploie et valorise les déchets. En 2010, c'est 212 tonnes de matériaux (objets encombrants, emballages, déchets dangereux) qui ont été collectées, soit par apport volontaire par les habitants (41%), soit par ramassage d’objets abandonnés sur le trottoir, ou récupérés à des dates et lieux prédéfinis. 90 % de ces déchets  (191 tonnes) ont été valorisés : 68 % ont été réemployés, 30 % ont été dirigés vers des filières de recyclage et 2 % ont été réutilisés dans le cadre des animations et de l’artisanat de la ressourcerie. Les déchets non valorisables, qui représentent 10 % de la collecte, ont été incinérés.

En 2011 une nouvelle activité de recyclage a été développée à partir des épaves de vélos collectées par la DPE. Par ailleurs l’association organise et anime des interventions quotidiennes auprès du grand public et des élèves pour les encourager au tri sélectif et à la consommation responsable.
Compte tenu de l’intérêt de ses activités l'association a obtenu une subvention  de 38.000 euros.

» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

 

Autoroute A4

Autoroute A4 : vers une avenue métropolitaine

L'autoroute A4, reliant Paris à Strasbourg, traverse le Val de Marne d’Est en Ouest, se prolonge vers la Seine et Marne et assure un maillage avec les rocades constituées de la Francilienne et de l’A86. Cet axe, initialement pensé comme une voie de communication rapide pour desservir la capitale, est aujourd’hui quotidiennement saturé.

Face à ce problème, l’Association des Collectivités Territoriales de l’Est Parisien (ACTEP) propose une étude concernant la reconquête de cette infrastructure autoroutière afin d’envisager sa transformation en « avenue métropolitaine ». Cette étude d’envergure portera sur un périmètre compris entre le péage de Courtrevroult (Seine et Marne) et la porte de Bercy.

» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf  

 

Aide versee pour la corne de l'afrique

Des aides financières d'urgence pour la crise humanitaire dans la Corne de l’Afrique

La sécheresse qui frappe l’est de la région de la corne de l’Afrique provoque une crise humanitaire majeure. Plus de 12 millions de personnes sont ainsi victimes de cette sécheresse, considérée à ce jour par les organisations internationales comme la pire crise humanitaire survenue dans cette région depuis 60 ans.

Face à l’ampleur de cette catastrophe, la Ville de Paris témoigne de sa solidarité en apportant son soutien financier aux organisations humanitaires intervenant dans cette région.
- Une subvention de 100 000 € à l'association Action Contre la Faim pour un projet de nutrition en Somalie, région particulièrement touchée par cette sécheresse
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf  
- Une subvention de 100 000 € à l'association ACTED pour un programme de distribution d'eau au Kenya
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf  

 

 

En bref : le reste de l'actu du Conseil de Paris

Un voeu contre l'arrêté antimendicité

Les conseillers de Paris ont voté lundi 26 septembre un voeu marquant leur opposition de principe à l'arrêté antimendicité sur les Champs-Elysées, annoncé il y a quelques semaines par ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Bénévolat et volontariat

La Ville de Paris souhaite soutenir trois associations partenaires, implantées de longue date à Paris et oeuvrant de manière complémentaire à la structuration et au dynamisme du bénévolat parisien par une subvention de fonctionnement d’un montant de 10.000 euros :
- Espace Bénévolat, qui aide le développement des associations, et met l’accent cette année sur le bénévolat des jeunes et l’interactivité
- France Bénévolat, qui accompagne les associations vers une meilleure gestion de leurs ressources humaines bénévoles.
- Passerelles et Compétences , spécialisée dans l’identification d’experts sur de très nombreux champs de compétences (marketing, web, informatique, gestion, comptabilité, ressources humaines…) qui souhaitent mettre bénévolement leurs compétences professionnelles au service d’associations de solidarité.

Notons d'autre part la volonté de continuer à attribuer les subventions de plus en plus tôt afin d'aider au mieux le tissu associatif.

Emploi des jeunes

La Ville lance un programme expérimental envers les jeunes diplômés des quartiers pour les accompagner dans la préparation des concours de la fonction publique. Ce projet mené par l'association AFIJ (Association pour Faciliter l’Insertion professionnelle des Jeunes diplômés) devrait permettre à 40 jeunes diplômés (minimum bac+3, de 21 ans à 33 ans) des quartiers prioritaires de la Ville de Paris de s’engager dans la préparation de concours administratifs de catégorie A et B.
L'attribution d'une subvention de 50 000 euros à cette association sera soumise au vote du Conseil.
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

Un square en hommage à Alain Bashung et une allée Pierre-Christian Taittinger dans le 16e

Le square du 16 rue de Jessaint dans le 18e arrondissement va être rebaptisé en square Alain Bashung. La Ville rend ainsi hommage au chanteur, décédé il y a deux, qui a habité pendant plusieurs années dans le quartier de la Goutte-d'Or.

Le terre-plein central de l'avenue Henri Martin, entre la rue de la Pompe et la place Tattegrain (16e), portera désormais le nom de "allée Pierre-Christian Taittinger" en hommage à l'homme politique décédé en 2009. Pierre-Christian Taittinger, élu au conseil municipal dès 1953, fut notamment sénateur et ex-maire du 16e arrondissement de Paris.

Protection animale

La Ville souhaite poursuivre son aide financière envers les associations de protection féline à Paris. Deux subventions seront accordées à l'association "CHADHAL", pour sa prise en charge des chats dans le cadre du réaménagement du quartier des Halles et à l'association "Au Coeur des Chats" pour la protection des chats dans le 18e arrondissement.
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

Recyclum collecte les ampoules usagées qui ne vont pas à la poubelle

Recylum, est un éco-organisme qui a pour objet d'organiser en France la collecte et le recyclage des lampes usagées détenues par les particuliers et les professionnels, pour le compte de tous les producteurs qui le souhaitent (fabricants, importateurs, distributeurs qui ont leur marque...). Recyclum dispose d’au moins 350 magasins dans Paris intra muros équipés de containeurs à lampes usagées : toutes les grandes enseignes commerciales en disposent. La géolocalisation de ces points de collecte fait l'objet d'une carte qui va figurer sur Paris.fr. Cette démarche fait l'objet d'une convention présentée au Conseil de Paris.
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf 

Fermeture des bains-douches Castagnary

Dans un processus de modernisation des bains-douches parisiens, afin d'en améliorer la qualité mais également l’efficacité, le Conseil de Paris a voté la fermeture des Bains Douches Castagnary pour le 1er octobre 2011. En effet, les 40 cabines demeuraient sous-utilisées (11%) et les usagers pourront se reporter sur les bains douches Blomet (équipés de 50 cabines), également peu fréquentés et situés à proximité (à moins d’un 1/4 d’heure de marche).

Les économies générées par cette fermeture seront réaffectées au développement et à l’expérimentation de nouvelles prestations sanitaires et sociales gratuites dans les bains douches (de type bagagerie, buanderie, pédicurie…) en complémentarité avec ce qui existe dans les espaces solidarité insertion.
» Consulter l'exposé des motifs au format pdf
 

Dépollution et aménagement du site dit du Tir aux Pigeons au bois de Boulogne

Ce site est situé dans le Bois de Boulogne, à proximité de Neuilly entre le Parc de Bagatelle et le Jardin d’Acclimatation. La réappropriation du site par le public exige de supprimer tout risque sanitaire en dépolluant ce site et d’en faciliter l’usage grâce à des cheminements adaptés sur l’ensemble de l’espace. L’aménagement paysager sera réalisé dans l’esprit de la composition originelle du site et de son caractère naturel en conformité avec sa situation dans le bois classé en zone N au Plan local d’urbanisme. Le coût final des travaux d’aménagement du site est estimé à 2 950 000 € TTC. Les travaux devraient s’achever fin 2013.
» Consultez l'exposé des motifs de la délibération au format pdf  

 

En ce moment

Les précédents conseils