«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Les fonds d'archives et les domaines de recherche

[30/04/2014]

Les Archives de Paris conservent des documents presque tous inédits, souvent manuscrits, à caractère essentiellement administratif et politique, émanant des acteurs institutionnels de l'histoire de Paris depuis 200 ans.

 

Les fonds d'archives 

 
Les Archives de Paris conservent plus d’un million de cotes d'archives ou "articles" sur différents supports mais principalement sur papier.
Du fait des aléas historiques, les périodes sont très inégalement représentées et remontent :

 
- au Moyen Age et à la Renaissance : quelques pièces isolées.
- à l’Ancien régime : le fonds des Enfants trouvés (puis "assistés") (depuis le XVIIe siècle) et celui de la Juridiction consulaire (commerciale) (depuis le XVIe siècle).
- au début du XIXe siècle : les fonds de l'Enregistrement, du tribunal de commerce, des justices de paix et des mairies d'arrondissement ainsi que les archives de certains lycées (Henri IV, Charlemagne, Saint-Louis, Fénelon).
- au Second Empire : les fonds de la préfecture de la Seine (laquelle a fait fonction de mairie centrale de Paris jusqu'en 1977), du Conseil général de la Seine et du Conseil municipal de Paris, des Contributions directes et cadastre, de la cour d'assises, de la cour d'appel, du tribunal civil, du conseil de prud'hommes, du conseil de préfecture, de l’état civil.

La ville de Paris a vu son patrimoine archivistique amoindri lors de l'incendie de 1871, qui détruisit principalement les registres paroissiaux, l'état civil et les archives judiciaires jusque dans les années 1860, tandis que les archives administratives et judiciaires d'Ancien Régime, conservées aux Archives nationales, furent épargnées. 


Les institutions apparues depuis la Libération sont abondamment représentées : tribunal administratif, tribunaux d'instance, district de la région parisienne, préfecture de la région d'Ile-de-France, secrétariat général et directions de la Mairie de Paris, cour administrative d'appel.


Les collections comprennent aussi nombre de fonds privés : archives familiales, papiers d'érudits (dont la Collection Lazard sur la toponymie parisienne), archives d'entreprises et d'associations (société des Concerts-Colonne, Entrepôts des magasins généraux de Paris), de collèges privés (collège sainte-Barbe), de syndicats (Confédération générale du travail (C.G.T), union départementale des syndicats de Paris).


Enfin, la bibliothèque des Archives de Paris compte 37 000 volumes et un millier publications en série. Les publications officielles locales y sont particulièrement bien représentées.


En qualité d'Archives de la Seine, le service a longtemps collecté et conservé des documents intéressant les communes de la banlieue, émanant des services publics implantés dans les communes proches de la capitale : sous-préfectures, bureaux de l'enregistrement, justices de paix, etc. Aujourd'hui, la très grande majorité de ces documents a fait l'objet d'une "dévolution" (transfert) aux Archives départementales des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.

 

 

Les domaines de recherche


Les documents conservés aux Archives de Paris se recommandent particulièrement à ceux qui veulent entreprendre :


- des recherches généalogiques et biographiques : au-delà de l’utilisation ponctuelle des sources généalogiques, permettant de détecter le Parisien d’un jour ou d’une vie, certaines de ces sources comme les dossiers d’enfants assistés, les successions, les états signalétiques et des services permettent des études d’histoire sociale intéressantes. Ses sources sont en partie numérisées.


- des recherches sur l'urbanisme et la topographie parisienne parisienne : permis de construire (à partir de 1880), plans d'architectes (Guimard, Sauvage, Mallet-Stevens, etc.), plans cadastraux et parcellaires, plans de voirie, dossiers de grandes opérations d’aménagement : résorption de l'habitat insalubre (îlot 16, zone des fortifications, ZAC-zones d’action concertée-), dossiers de voirie, dossiers de construction d’édifices publics. Ces archives sont à compléter par des documents iconographiques (photographies, cartes et plans) souvent inédits sur Paris et ses quartiers, mais également sa région, véritables outils de travail pour les services techniques de l’administration parisienne qui les ont produits.


- des recherches sur les entreprises industrielles et commerciales de Paris et de la banlieue : actes de société, bottins du commerce, rôles d'imposition, dossiers de faillite, registre du commerce, registre des métiers.


- des recherches sur la période 39-45 : ordonnances de référé-spoliation, dossiers et fichiers des réquisitions allemandes, dommages de guerre, établissements de détention, comités des profits illicites.


- des recherches sur l’histoire de l’éducation à Paris : archives des écoles et des établissements scolaires (dont les grands lycées parisiens, à l'exclusion des universités), archives de la direction des affaires scolaires de la ville de Paris héritière en partie de la direction de l'Enseignement primaire de la préfecture de la Seine, archives du rectorat concernant les examens jusqu'au secondaire.


- des recherches sur l’histoire judiciaire : si les sources en provenance des tribunaux nous documentent sur des affaires ponctuelles ou célèbres, leur exploitation sérielle donne à voir des pratiques privées dont l’administration n’a connaissance qu’à travers les contentieux.

Des guides d’archives thématiques ont été publiés en matière d’urbanisme (architecture, voirie, espaces verts), de justice commerciale, une autre porte sur les sources de la période 1939-1945 : ils se proposent de donner le mode d’emploi à des fonds parfois complexes, dont l’utilisation nécessite la connaissance des pratiques administratives qui ont présidé à leur élaboration.

Partenaire des universités et lieu d’accueil des formations archivistiques de l’université de saint-Quentin-en-Yvelines, les Archives de Paris s’inscrivent dans le droit fil de la recherche et de l’éducation. Elles sont à même de proposer des pistes de recherche inédites ou d’engager à revisiter des problématiques à l’aide de sources nouvelles.

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris