«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=La gestion et la conservation des objets archéologiques

C.Rapa / Mairie de Paris
[20/12/2011]

Le DHAAP est dépositaire de l’essentiel du mobilier archéologique issu des fouilles parisiennes depuis 1955. Il a donc en charge sa gestion, sa conservation et sa mise en valeur. Afin de mener à bien cette mission, il est doté d’un vaste dépôt et d’un laboratoire de conservation-restauration.

 

 

 >> Les collections conservées par le DHAAP

 Au cours des nombreuses opérations archéologiques menées à Paris, du mobilier archéologique a été mis au jour. Ils reflètent l’histoire et la production des parisiens. Si une petite partie de ce mobilier présente un intérêt artistique, il est surtout intéressant pour sa valeur informative : reflet d’une époque, d’une technique, d’un niveau social, etc. Son étude, sa conservation et sa mise en valeur constituent donc une mission fondamentale du DHAAP.

  

  >> Le travail sur les collections

 Le DHAAP est détenteur principal de l’essentiel du mobilier archéologique issu de la plupart des opérations archéologiques qui ont eu lieu sur le territoire parisien depuis 1955 jusqu’à aujourd’hui (avant cette date, les objets ont été déposés au musée Carnavalet et parfois au Musée national du Moyen Âge de Cluny). Il doit donc en assurer la gestion et la bonne conservation. Pour le mobilier issu des fouilles récentes, le DHAAP procède à son traitement : lavage, remontage, conservation, conditionnement. Depuis quelques années, un important travail d’inventaire scientifique de l’ensemble des collections du DHAAP est mené et devrait trouver son aboutissement avec l’intégration prochaine de cet inventaire à la base de données de la Ville qui permettra au grand public de découvrir ces très riches collections. L’ensemble du mobilier est traité en fonction des normes de conservation préventive édictées par l’arrêté du 25 août 2004. La gestion des collections s’accompagne d’études et de publications scientifiques qui permettent à terme une restitution au public des connaissances acquises, par le biais principalement d’expositions.

 

  >> Le dépôt archéologique

 Depuis 2004, le mobilier archéologique est conservé dans une vaste réserve dans le XIIe arrondissement. Partagé avec le musée Carnavalet, ce dépôt, permet le stockage des objets en fonction de leurs dimensions et de leur matériau constitutif (pierre, céramique, os, métal, verre, peinture murale). Il comprend un sas pour le matériel à sa sortie de fouilles, des espaces de stockage adaptés aux exigences de conservation des différents types de matériau, un bureau et un laboratoire dédié à l’analyse et à l’étude du mobilier qui permet notamment des interventions directes sur les objets sans les déplacer et l’accueil des étudiants et des chercheurs. Le mobilier géré par le DHAAP couvre actuellement une superficie d’environ 800 m2. Depuis 2003, il fait l’objet, avec le musée Carnavalet, d’une politique globale de valorisation et, depuis 2008, d’une gestion globale, dans le but de permettre une meilleure articulation du parcours de l’objet issu de la fouille jusqu’au musée et une vision générale des richesses patrimoniales parisiennes.

 

 >> Le laboratoire de conservation-restauration du mobilier archéologique

Afin de mener à bien ses missions de conservation et de mise en valeur des collections archéologiques, le DHAAP s’est doté dès 1975 d’un laboratoire de conservation-restauration du mobilier archéologique et a engagé, depuis 1993, un conservateur-restaurateur. Ce laboratoire est situé depuis 2003 dans les anciens ateliers de photographie Chevojon au sein des locaux du service.
Les missions du laboratoire sont multiples et s’étendent de la fouille au dépôt archéologique. L’objectif est d’assurer la pérennité des objets qui lui sont confiés, de permettre leur étude en préservant leur potentiel informatif et de contribuer à leur mise en valeur le cas échéant. Pour ce faire, la restauratrice intervient sur les chantiers de fouilles lors des manipulations délicates de prélèvements et de consolidations. Pendant l’étude du matériel archéologique, en collaboration étroite avec les archéologues, les objets sont traités afin de pouvoir être manipulés et retrouver une meilleure lisibilité. Ces interventions permettent aussi d’assurer la conservation à long terme du mobilier. La restauration des objets est réalisée dans la perspective de la présentation au public par le biais des expositions. Les objets traités sont en majorité des céramiques, des objets métalliques et, plus rarement, des objets en verre ou en matériau organique. Depuis 2006, le service peut faire appel, pour des interventions nécessitant des moyens spécifiques, à des laboratoires extérieurs spécialisés dans le traitement du lapidaire, de la tabletterie et du métal. Enfin, le laboratoire est un lieu d’échange et de collaborations scientifiques. Les examens et les analyses réalisées par des organismes partenaires répondent aux besoins de la conservation et peuvent déboucher sur des recherches plus poussées.

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris