«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=En remontant les bords de Seine

Mairie de Paris
[28/08/2012]

Pour savourer Paris sous son profil le plus monumental, rien de tel qu’une balade à contre-courant, du pont de l’Alma au port de l’Arsenal.

 

A la sortie du métro Alma-Marceau, cela fait déjà plus d’un siècle que, de l’autre côté de la Seine, la dame de fer prend la pause pour les touristes du monde entier. Si l’on ne présente plus la Tour Eiffel, résister à la tentation de la prendre en photo reste une mission quasiment impossible…

Changez de rive

Approchez-vous des berges et admirez plutôt le Zouave du pont de l’Alma. Déplacé dans les années 70, quand le premier pont en pierre devenu trop étroit fut remplacé par la passerelle actuelle, le légendaire fantassin Petit Palaisregarde toujours vers la rive gauche. Se souvient-t-il que la grande crue de 1910 faillit lui faire boire la tasse ? A votre gauche, le Grand Palais arbore sa carapace hybride, alliance heureuse de fer, de verre et de pierre et fait face au Petit Palais, musées des Beaux-Arts de la Ville de Paris entièrement rénové en 2005.Continuez en direction du pont Alexandre III, témoin rutilant des arts décoratifs de la Belle Epoque. Si le soleil est de la partie, les Pégases de bronze doré qui s’ébrouent sur ses pylônes vous paraîtront encore plus fringants. Rive droite, l’esplanade des Invalides offre un merveilleux terrain de jeu aux amateurs de ballons et autres lanceurs de frisbee.

 

Un peu plus loin, la perspective vous propose un cours d’histoire accéléré : le pont de la Concorde, construit avec des pierres de la Bastille, relie l’ancienne place de la Révolution, où la guillotine fonctionna jadis à plein régime, à l’Assemblée nationale, le temple de la République. Sur les berges, les familles en goguette admirent les péniches à quai et saluent les passagers des bateaux mouches, un peu interloqués. Des chiens mordus d’eau douce donnent parfois l’impression de promener leurs maîtres, trop occupés à lever le nez ou à rêver du grand large, qui sait. Quant aux amoureux, parfois un peu distraits, ils n’évitent pas toujours la collision avec les joggers… Tout en observant cette faune aquatique, continuez votre chemin sur la rive gauche, sans oublier de jeter un oeil à droite sur l’ancienne gare d’Orsay, devenue en 1977 l’un des plus beaux musées du monde.

 

 

 

 

Pont Alexandre III

 Pont Royal  Quai des grands Augustins

Pont Alexandre III 

Crédit : Sacha Lenormand

Pont Royal

Crédit : Sacha Lenormand

Quai des Orfèvres

Crédit : Sacha Lenormand

 

Que de ponts différents!

Lorsque vous atteignez la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, dont l’architecture innovante lui permet d’enjamber la Seine sans même y tremper un orteil, empruntez l’escalier qui mène au jardin des Tuileries. Ses terrasses offrent quelques échappées à vous donner le vertige : la tour Montparnasse d’un côté, le Sacré Coeur, de l’autre. Plus on avance vers le jardin du Carrousel, plus l’agitation s’intensifie: le Louvre et sa nuée de touristes esthètes ne sont plus très loin.Aux abords de la célèbre pyramide inversée, jeunes et moins jeunes s’offrent un petit bain de soleil, entre deux visites. Puis vient la sublime Cour carrée. Admirez la pureté de ses lignes, avant de retrouver la Seine au niveau du mythique pont des Arts. Romantique en diable, haut-lieu du bécotage avec vue, la passerelle offre l’un des plus beaux panoramas sur le coeur de la ville : le square du Vert-Galant, à la pointe de l’île de la Cité, surplombée par les tours de Notre-Dame.

 

 Square du Vert-Galant  Bassin de l?Arsenal  Zouave du pont de l?Alma

Square du Vert Galant

Crédit : Sacha Lenormand

Bassin de l'Arsenal

Crédit : Sacha Lenormand

Zouave du Pont de l'Alma

Crédit : Sacha Lenormand

 

 

Indéboulonnables bouquinistes

Quai du Louvre, comme une carte postale animée, les indéboulonnables bouquinistes exhibent vieilleries et raretés. Plus loin, après le pont Neuf, quai de la Mégisserie, c’est l’Arche de Noé qui chercherait à regagner le large : les animaleries n’en finissent plus de se succéder. Via le pont-au-Change ou le pont Notre-Dame, posez le pied sur l’île de la Cité puis gagnez la rive droite et le quai Montebello. Vue de la promenade Maurice Carême, la cathédrale de Paris semble encore plus majestueuse… Le pont de l’Archevêché puis le pont Saint-Louis vous permettront d’atteindre la classieuse île Saint-Louis. Lorsque le soleil décline et que les touristes désertent l’artère principale, l’île retrouve son calme princier.

Traversez-la et rejoignez la rive gauche en franchissant le pont Marie. Depuis le quai des Célestins, quel plaisir d’observer sans la troubler la solitude contemplative des rares personnes assises sur les bancs de pierre, tout au bout de l’île. Le crépuscule commence à nimber le fleuve en amont. Il est temps de s’abriter du vent, en bifurquant à gauche vers le bassin de l’Arsenal, qui abrite depuis 1983 un joli port de plaisance. Aux pieds du bienveillant génie de la Bastille, les marins d’eau douce peuvent lâcher la barre et les flâneurs exténués regagner leurs pénates.

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris