Les berges rive droite rendues aux piétons à la rentrée 2016 

Les berges rive droite vont constituer un nouvel espace dédié aux piétons, rollers, vélos et autres modes actifs de près de 4,5 hectares, assurant une continuité de 3,3km le long du fleuve en rive droite. Ce projet contribuera à la création d’une liaison piétonne et cyclable de 7km, entre la Place de la Bastille et la Tour Eiffel, qui emprunte aussi la rive gauche piétonnisée en 2013.

Avec plus de 4,1 millions de visiteurs accueillis en deux ans, la piétonnisation des berges de la rive gauche de la Seine, du Pont Royal au Pont de l’Alma, est un succès reconnu de tous. Forte de cette réussite, Anne Hidalgo s’est engagée à poursuivre la reconquête des berges de la Seine par les Parisiens et les visiteurs, en aménageant une partie de la rive droite à la rentrée 2016.

Après une large consultation, les Parisiens ont retenu le projet le plus ambitieux, visant à piétonniser un linéaire de 3,3 km, du tunnel des Tuileries (1er) au bassin de l’Arsenal (4e). Le projet a été approuvé par le Conseil de Paris de décembre 2015.

Du 8 juin au 8 juillet 2016, informez-vous et donnez votre avis

L'étape incontournable de l'enquête publique a été lancée le mercredi 8 juin et durera un mois.

Pour mémoire, le projet consistera en la fermeture à la circulation de la voie Georges Pompidou parcourant le quai bas de la rive droite entre le tunnel des Tuileries et le tunnel Henri IV et ainsi en la suppression des équipements routiers actuels.

Anne Hidalgo candidate  à la présidence du C40

C'est un moment clé pour le changement de modèle que porte notre vision assumée d'une ville durable

Anne Hidalgo,
Maire de Paris

Au-delà de la fonction d’espace de respiration et de promenade du site, le développement de nouvelles activités et de nouveaux usages en lien avec le fleuve prend appui sur plusieurs opportunités d’exploitation offertes par cette piétonisation. La culture, le sport, la nature, le tourisme, l’économie sociale et solidaire, la restauration, des thèmes plébiscités par la concertation préalable, auront leur place sur ces berges repensées. Un parcours sportif équipé d’agrès, des terrains de sport, des aires de jeu et des zones de pique-nique seront également en libre accès.

Le tunnel des Tuileries et le tunnel Henri IV se verront transformés, dans le cadre de projets innovants, tout en assurant les continuités piétonnes et cyclables. Treize locaux à l’abandon, situés dans les murs de fonds de quai, reverront le jour pour devenir des espaces d’activités (cafés, petite restauration et activités visant à permettre l’animation touristique des berges et du fleuve).

L’aménagement du site a été voulu sobre en gardant l’essentiel de la configuration du quai actuel. Il assure une cohérence architecturale et paysagère et respecte l’esprit des bords de Seine. Et, l’ensemble des locaux et espaces accessibles au public seront accessibles aux PMR (Personnes à Mobilité Réduite).

Les documents de la concertation et le dossier d'étude d'impact

Quatre mois de concertation, sur internet et sur le terrain 

En mai 2015, la Maire de Paris a mis au débat deux scénarios possibles : le premier portait sur un linéaire de 3,3 km, du tunnel des Tuileries (1er) jusqu’au port de l’Arsenal (4e), le second se concentrait sur un périmètre plus réduit, de la place du Châtelet (1er) au Pont de Sully (4e). De juin à septembre inclus, les Parisiens ont été plusieurs milliers à s’exprimer, sur un site internet dédié, lors des réunions publiques ou de l’exposition itinérante, et sur les registres mis à leur disposition dans les mairies d’arrondissements. L’avis des acteurs économiques et des autres collectivités locales concernées a aussi été recueilli.

Le projet retenu : linéaire de 3,3km du tunnel des Tuileries jusqu’au port de l’Arsenal


Le scénario soumis en décembre au Conseil de Paris

«Il ressort de cette concertation que c’est le scénario le plus ambitieux qui est préféré : celui de 3,3 km, qui va du tunnel des Tuileries (1er) au bassin de l’Arsenal (4e).» C'est donc ce scénario qui a été soumis et approuvé au Conseil de Paris de décembre.

Après l’édition 2016 de Paris Plages, les quais bas resteront fermés au trafic automobile. Ils accueilleront toute l’année une aire piétonne végétalisée, d’une superficie de 4,5 hectares. Elle comptera du mobilier urbain, des équipements sportifs légers, des jeux pour enfants, des buvettes, etc. Le tunnel pourrait être dédié à une promenade, des espaces culturels ou même une discothèque. Seule condition : privilégier des installations légères, réversibles ou démontables en cas de crue. 

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Des bateaux amarrés pourraient aussi proposer « un marché flottant de produits bio régionaux, une guinguette, un espace de coworking », ajoute Christophe Najdovski, adjoint à la Maire chargé des transports et de l’espace public.

Un impact qui sera limité sur la circulation

Le scénario de piétonnisation retenu par les Parisiens lors de la concertation est aussi le moins impactant pour la circulation. Il évite un important effet entonnoir au niveau de Châtelet. Les études de circulation estiment que la fermeture des quais bas sur 3,3km n’entraînerait donc qu’une hausse de 8 à 11 minutes du temps de parcours des automobilistes aux heures de pointe, contre près du double pour le scénario « court ».

Ces études ne prennent pas en compte l’évolution des habitudes des automobilistes. Ainsi, l’expérience montre que l’impact sur la circulation est en pratique plus limité que dans ces prévisions théoriques. Sur la rive gauche, l’augmentation du temps de parcours s’est avéré trois fois moins importante que celle prévue lors des études.

Une réflexion pour l’embellissement des quais hauts

Au-delà de la piétonnisation des quais bas, Anne Hidalgo a annoncé qu’elle engagera «un travail d’embellissement des quais hauts, en lien avec les commerçants». Elle souhaite aussi créer, à l'horizon 2020, une liaison à haut niveau de service qui pourrait prendre la forme d’un tramway nouvelle génération, «sans rails ni caténaires», qui reliera l’est et l’ouest de Paris.

Sa localisation précise est aujourd’hui à l’étude par les services de la Ville. Cela fera l’objet de discussions prochaines avec le STIF, la RATP et la préfecture de Police

Dernière mise à jour le lundi 8 août 2016
Crédit photo : © Luxigon

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris