Paris, ville refuge pour la liberté de création fête les 10 ans de l’ICORN

Du 30 mars au 2 avril, Paris a célébré les 10 ans du réseau ICORN (International Cities of Refuge Network), réseau des villes pour la liberté de création. ICORN est une organisation qui vient en aide aux écrivains et artistes victimes de la censure dans leur pays. Retour en images.

Originaires de Syrie, d’Iran, d’Afghanistan, d’Égypte, d’Érythrée… persécutés et menacés, ces artistes trouvent refuge dans les villes membres de ce réseau ICORN qui s’engagent à leur offrir un espace de sécurité et de liberté où ils peuvent vivre et travailler sans craindre la censure ou être réduits au silence.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter
Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Trois artistes accueillis à Paris

La Ville de Paris a rejoint ce réseau de 53 villes en 2011, accueillant le dessinateur iranien Mana Neyestani, puis Najati Tayara, écrivain et éditeur syrien et aujourd’hui Abdul Hakim Hashemi Hamidi, dramaturge afghan.

Mana Neyestani - IRAN

Profession : illustrateur - Résidence ICORN : Paris (France) 2011-2013

Après avoir publié en 2006 un dessin dans le magazine Iran Jome qui conduit à des protestations des Azéris d’Iran, deuxième groupe ethnique le plus important du pays, Mana Neyestani a été incarcéré pendant trois mois, sans procès, pour incitation à la violence et promotion du séparatisme. Il a tiré un roman graphique de son expérience dans la prison d’Evin. Il vit et travaille désormais à Paris, où il a publié plusieurs ouvrages.

Najati Tayara - SYRIE

Profession : auteur, poète, journaliste - Résidence ICORN : Paris (France) 2013-2015

Son implication avec les organisations de protection des Droits de l’homme et ses écrits critiques sur la dictature du régime syrien ont valu à Najati Tayara de subir un harcèlement constant. Incarcéré en 2011 après avoir participé à des activités pacifiques de défense des libertés citoyennes et dénoncé la répression brutale des manifestations pacifiques à Homs, il vit en exil depuis sa libération en 2012, obtenue suite à de fortes pressions internationales.

Il continue aujourd’hui sa lutte pour la démocratie et écrit des articles sur la guerre et les violations des Droits de l’homme en Syrie.

Abdul Hakim Hashemi Hamidi - AFGHANISTAN

Profession : auteur, dramaturge, directeur de théâtre, militant des Droits de l’Homme - Résidence ICORN : Paris (France) 2015-2017

Son engagement artistique en faveur des droits sociaux et culturels, en particulier ceux des femmes et des enfants, ont fait d’Abdul Hakim Hashemi Hamidi une cible pour les Talibans et les autres forces fondamentalistes en Afghanistan. Abdul Hakim est résident à Paris, où il termine actuellement un master en droits humains à Sciences Po.

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Les 10 ans de l'ICORN sont célébrés à Paris à l’invitation d’Anne Hidalgo, marquant ainsi l’engagement de la capitale dans la défense des Droits de l’Homme et de la liberté d’expression et de création.

L’écrivaine biélorusse, Stevtlana Alexievitch qui vient de recevoir le prix Nobel de littérature et fut un des premiers écrivains ICORN a accepté d’être Marraine de cet événement.

L'exposition Portraits d'écrivains et d'artistes ICORN

Une exposition intitulée Portraits d’écrivains et d’artistes ICORN présente 16 écrivains et artistes accueillis dans le réseau ICORN depuis sa création il y a 10 ans. Romanciers, poètes, journalistes, musiciens, illustrateurs, blogueurs, photographes, tous ont été contraints à l’exil.

L’exposition est présentée sur les grilles de l’Hôtel de Ville de Paris, rue de Rivoli, du 30 mars au 20 avril 2016.

Le programme

Mercredi 30 mars 2016

19:30-21:30 – Concert Hindi Zahra et Ramy Essam  – Hôtel de Ville, Paris – Paris 4e

Mercredi 30 mars 2016

18:00 – Concert : Compositeurs en exil – Médiathèque Françoise Sagan – Paris 10e

Concert des professeurs et étudiants des classes de musique de chambre du Conservatoire à rayonnement régional de Paris, avec l’aide aimable du Royal College of Music de Londres.

Dès 1933, la politique culturelle de l’Allemagne nazie exclut de ses canons nombre d’intellectuels et d’artistes. Les plus réactifs ou les plus lucides sont contraints à l’exil. Les autres, dans la plupart des cas, disparaissent dans les camps de la mort. Ce sont ces deux formes d’exil que le concert « Compositeurs en exil » veut évoquer. En faisant revivre des œuvres de musique de chambre de compositeurs juifs ayant quitté « à temps » l’Allemagne avant la catastrophe, avec des fortunes diverses dans leurs pays d’accueil, et en célébrant également la mémoire de compositeurs partis trop tôt de ce monde.

Au programme : Welles, Schulhoff, Toch, Weigl, Klein.

En partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional de Paris.

Jeudi 31 mars 2016

14:00-15:30 – Débat (en anglais avec traduction simultanée) : Le web, outil de résistance ? – Hôtel de Ville, Paris 4e

Internet que contrôlent certains États avec une poigne de fer est-il pour les artistes en exil synonyme de liberté retrouvée ? Outil de résistance, de subsistance pour certains, internet peut-il être encore parfois une menace pour ces artistes persécutés pour leurs écrits ?

Avec :

  • Arifur Rahman, blogueur bangladais, Manal Al-Sheitch, poétesse iranienne,
  • Sakher Edris, journaliste syrien,
  • Orlando Luiz Pardo Lazo, blogueur cubain.

Débat modéré par Danielle Cliche, chef de la section de la Diversité des expressions culturelles au sein de l’UNESCO.

Jeudi 31 mars 2016

15:30-17:00 – Débat (en anglais avec traduction simultanée) : La liberté d’expression en péril – Hôtel de Ville, Paris 4e

Débat (en anglais avec traduction simultanée) : la liberté d’expression en péril

Grand journaliste, poétesse reconnue, commentateur politique de renom, universitaire, tous ont dû fuir leur pays, menacés à cause de leurs écrits, victimes de la censure et de la violence, ils témoignent de la liberté d’expression et de leur engagement dans la défense des droits de l’homme. Comment poursuivent-ils leur travail d’écriture loin de leur pays ?

Avec :

  • Angelina Polonskaya, poétesse russe,
  • Mohammad Habeeb, traducteur syrien,
  • Nawzat Shamdin, journaliste irakien
  • Daniel Rezene Mekonnen, avocat érythréen,

Débat modéré par Virginie Guiraudon, directrice de recherches au CNRS.

Vendredi 1er avril 2016

18:00-19:45 – Projection-débat : « Le Silence ou l’exil » de Marion Stalens (2013, 61 min) – Hôtel de Ville, Paris 4e

Projection-débat "le Silence ou l’exil de Marion Stalens" (2013, 61 min)

Marion Stalens est partie à la rencontre de quatre écrivains contraints à l’exil : Svetlana Alexievitch, Mana Neyestani, Ma Jian et Horacio Castellanos Moya. Ils nous parlent d’un monde violent, absurde et injuste, racontent leur perception intime de l’écriture et de l’exil.

Rencontre suivie d’un débat avec :

  • Dany Laferrière, écrivain et académicien,
  • Marion Stalens, réalisatrice du film,
  • Mana Neyestani, caricaturiste iranien présenté dans le film.

Débat modéré par Éric Chol, directeur de rédaction à Courrier International.

Vendredi 1er avril 2016

21:00 – Lecture-rencontre (en anglais avec traduction simultanée) Soirée Syrie : Scène littéraire – Maison de la poésie – 157, rue Saint-Martin, Paris 4e

La poétesse Maram al Masri, la romancière et journaliste Samar Yazbek ainsi que d’autres artistes syriens de Paris accueillent quatre syriens actuellement résidents ICORN : Najati Tayara, écrivain et éditeur, Mohammad Habeeb, traducteur littéraire, Mamon Ali Jabari, journaliste indépendant et Mohamad Abdul Moula, écrivain et poète, pour une grande soirée de lecture et d’échange en soutien aux réfugiés et en faveur de la paix en Syrie.

Réservation obligatoire par téléphone 01 44 54 53 00 ou au guichet, du mardi au samedi de 15h à 18h ou par la billetterie en ligne www.maisondelapoesieparis.com.

Entrée libre sur inscription et présentation d’une pièce d’identité.

Samedi 2 avril 2016

21:00 – Concert : Khaled Harara et Abazaar Hamid – Maison des métallos, 94, rue Jean-Pierre-Timbaud, Paris 11e

Khaled Harara, jeune rappeur né au Yémen, a vécu comme réfugié à Gaza. Deuxième génération de rappeurs en Palestine, il trouve sa voix à travers le Hip Hop qu’il utilise comme mode de résistance. Ses textes traitent de la situation politique en Palestine, et critiquent notamment l’absence de liberté d’expression sous le règne du Hamas. Très actif à Gaza, il a vu toutes ses initiatives (workshops pour les jeunes, création d’un groupe de musique) réprimées par le pouvoir. En raison de ses activités et du combat qu’il a menés, il a été forcé de fuir Gaza.

Abazaar Hamid, chanteur et compositeur soudanais. Sa musique est à la fois enracinée dans la musique traditionnelle du Soudan et de la région du Golfe, et fortement inspirée par le reggae et les rythmes latino. Ses chansons abordent les questions sociales et politiques de son pays en conflit, la paix, l’amitié et la perte d’êtres chers. Sa chanson Salam Darfour est une chanson en faveur des victimes des conflits au Darfour. Parce qu’il a écrit des chansons politiques avec un message de paix, Abazaar a été contraint de fuir son pays natal.

Réservation auprès de la Maison des métallos :

  • sur place
  • par téléphone au 01 47 00 25 20, du lundi au samedi de 14h à 19h
  • par courriel : reservation@maisondesmetallos.org

Samedi 2 avril 2016

À partir de 15:00 – Goûter Philo – Maison des métallos - 94, rue Jean-Pierre-Timbaud, Paris 11e

Pour accompagner la réflexion des jeunes sur les questions de liberté de pensée et d’expression, deux goûters philo sont menés par Brigitte Labbé, auteur et directrice de la collection « Les Goûters philo » aux éditions Milan.

  • Les mots et les images (8-11 ans) : samedi 2 avril – 15:00
  • Liberté d’expression (12-14 ans) : samedi 2 avril – 16:30

Réservation auprès de la Maison des métallos :

  • sur place
  • par téléphone au 01 47 00 25 20, du lundi au samedi de 14h à 19h
  • par courriel : reservation@maisondesmetallos.org

Samedi 2 avril 2016

15:00 – Rencontre : Comment un dessin m’a-t-il conduit dans une prison de Téhéran? – Médiatèque Marguerite Yourcenar, Paris 15e

Rencontre avec Mana Neyestani, dessinateur de presse et caricaturiste dont la publication d’un dessin a provoqué son emprisonnement à Téhéran avant sa fuite en Malaisie puis en France où il vit désormais avec le statut de réfugié politique.

Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani est un dessinateur de presse depuis l’âge de 16 ans. D’abord en Iran jusqu’à ce qu’un dessin le conduise en prison puis en France où il est réfugié. En 2012, il publie « Une métamorphose iranienne », récit de son emprisonnement et de sa fuite d’Iran.

L’échange est animé par Florian Rubis, journaliste spécialisé en bande dessinée, en présence de Serge Ewenczyk, directeur des Éditions çà et là, suivi d’une dédicace avec la librairie Le Divan.

Sur inscription :

  • auprès des bibliothécaires
  • par courriel : mediatheque.marguerite-yourcenar@paris.fr
  • par téléphone : 01 45 30 71 41

Samedis 2, 9 et 16 avril

15:00 – Atelier danse : Les rythmes de l’exil – Bibliothèque Hergé, Paris 19e

Souvent quand nous parlons des danseurs nous avons tendance à penser aux corps parfaits et virtuoses. Parfois nous oublions l’essence même de la danse et de l’art en général qui est de s’exprimer afin de communiquer avec les autres. S’exprimer pour pouvoir partager nos expériences les uns avec les autres. La danse permet aussi d’échapper à toute sorte de catégorisation sociale. Et puis, pour entrer dans la danse, il faut « s’exiler » volontairement ! S’exiler c’est sortir du cadre, c’est sortir du rang… S’exiler c’est essayer de changer nos habitudes, nos conforts… Ou bien s’exiler dans une petite île de liberté que nous portons tous en nous-mêmes.

Trois ateliers conduits par Afshin Ghaffarian, danseur, chorégraphe iranien.

En partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional de Paris.

Dernière mise à jour le mercredi 6 avril 2016
Crédit photo : Mairie de Paris

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris