13 novembre — Les archives des hommages citoyens

Les hommages citoyens

Les hommages citoyens

Un projet réalisé en collaboration
avec les Archives de Paris

Dans les heures qui suivent les attaques du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, les hommages spontanés se multiplient sur ces lieux de la vie quotidienne frappés par la barbarie.
Bougies, fleurs, poèmes, dessins, collages ou drapeaux, ces hommages sont autant de témoignages de la vive émotion soulevée dans la ville, le pays et le monde entier.

La Ville de Paris a souhaité conserver la mémoire de ces messages déposés en hommage aux victimes sur les lieux des attentats et a ainsi confié aux Archives de Paris et à la Direction de la Propreté le soin de les collecter, les entretenir et les préserver.

À l’occasion de la commémoration des attentats de novembre 2015, cette page présente une partie des 7 000 pièces collectées et classées suivant les lieux où elles ont été déposées.

Archives départementales et communales de Paris
Photographie d'Anne Hidalgo
Anne
Hidalgo
Maire de Paris

En janvier et en novembre 2015, à Paris comme à Saint-Denis, des fanatiques sont venus défier ce qu’ils détestent le plus : la vie cosmopolite, généreuse, insoumise et bruyante de quartiers où cohabitent toutes les générations, toutes les langues et toutes les cultures. Ils sont venus interdire aux Parisiens de vivre et de vibrer, de parler et d'écouter, d'échanger et de partager.

Ils ont tué et blessé beaucoup d’entre nous – mais ils n’ont pas réussi à détruire ce que nous sommes au-delà de nos origines, de nos parcours et de nos horizons : une société fraternelle, au sein de laquelle l’émancipation de chacun concourt à la paix entre tous.

« Ces paroles condensent toutes les peines et toutes les espérances d’une humanité blessée mais non vaincue. »

Et c’est exactement ce qu’ont souhaité dire les Parisiens dans les jours et les semaines qui ont suivi les attaques terroristes dont leur ville avait été victime : d’un même cœur mais avec autant de mots que la société parisienne compte de nuances, ils ont dit et écrit leur tristesse, leur compassion, mais également leur volonté de se relever et de résister aux forces mortifères qui les avaient pris pour cible.

Ces paroles ont fleuri sur la place de la République où les Parisiens ont convergé comme un seul homme et affirmé avec une dignité invincible à la fois leur désir d’être eux-mêmes et leur désir d’être ensemble. Collectées presque en temps réel par les archives départementales, elles condensent toutes les peines et toutes les espérances d’une humanité blessée mais non vaincue – et consciente comme jamais à la fois de sa vulnérabilité et de sa grandeur.

On retrouvera ici les mots bouleversants des Parisiens, c’est à dire de tous ceux qui sont attachés à Paris, bien au-delà de ceux qui y sont nés, y habitent ou encore y travaillent. J’ai toujours pensé qu’on était Parisien à l’amour qu’on portait à cette ville, à ce qu’elle inspire et à ce qu’elle révèle, à ce qu’elle devine et à ce qu’elle donne, à ce qu’elle permet et à ce qu’elle promet. À la lecture de ces témoignages, cette intuition m’apparaît comme une évidence. Et cette évidence fait signe vers ce qui nous rassemble et nous permet de vivre ensemble : ce mélange vivant d’idéaux et de coutumes, de pensées et d’intuitions qui fait l’honneur d’une société humaine.