Cartooning for Peace fête ses 10 ans à Paris

A l'occasion des 10 ans de Cartooning for Peace, la Ville de Paris accueille tout au long du mois de décembre sur les grilles de l'Hôtel de Ville l'exposition "Le dessins de presse dans tous ses Etats", une série de dessins provenant des quatre coins du monde qui illustre la liberté d'expression, défendue sans relâche par la Ville de Paris.

Cartooning for peace est un réseau international de 147 dessinateurs de presse engagés qui combattent, avec humour, pour le respect des cultures et des libertés. Il est présidé par le caricaturiste français Plantu.

Une association née d’un événement et d’une rencontre

Les réactions sanglantes à la publication des caricatures de Mahomet dans le journal danois, le Jyllands-Posten, le 30 septembre 2005 ont conduit à une rencontre fondatrice : le 16 octobre 2006, Kofi Annan, prix Nobel de la Paix et Secrétaire général des Nations Unies, et Plantu, journaliste et dessinateur au journal français Le Monde et L’Express, réunissent 12 dessinateurs internationaux autour d’un colloque «Désapprendre l’intolérance – dessiner pour la paix».

« Les dessins de presse nous font rire. Sans eux, nos vies seraient bien tristes. Mais c’est aussi une chose sérieuse: ils ont le pouvoir d’informer mais aussi d’offenser. » Kofi Annan, Prix Nobel pour la Paix au colloque «Désapprendre l’intolérance», New York, 16 octobre 2006.

L’association s’attache notamment à exercer la liberté d’expression telle qu’elle est définie dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de diffuser au delà des frontières, les informations et les idées par tous moyens d’expression».

Cartooning for Peace permet de faire dialoguer les dessinateurs entre eux et de confronter leurs différentes nuances idéologiques. Son réseau donne une visibilité et un appui à ceux qui sont empêchés d’exercer librement leur métier ou dont la liberté est menacée.

Liberté d'expression - Cartooning for Peace

1991 – 1992 – Plantu rencontre Yasser Arafat en 1991 et Shimon Pères en 1992 et les fait signer successivement un même dessin. Pour la première fois, les signatures des deux parties sont apposées sur un même document dessiné, un an avant les Accords d’Oslo. La rencontre est filmée et la vidéo reçoit le prix du document rare au Festival du scoop d’Angers. L’agence Reuters définit la rencontre de « Cartoon’s diplomacy ».

2005 – Affaire des caricatures de Mahomet : une partie du monde arabe s’embrase suite à la publication de 12 caricatures de Mahomet réalisées par des dessinateurs danois et publiées dans le Jyllands-Posten. Les émeutes font 50 morts au Pakistan et 11 en Libye.

2006 – Le 16 octobre 2006, Kofi Annan et Plantu organisent au siège des Nations unies à New York le colloque intitulé “Désapprendre l’intolérance ». Douze dessinateurs de presse de renom du monde s’y réunissent pour réfléchir à la responsabilité éditoriale des dessins de presse publiés. La première exposition « Cartooning for Peace » y voit le jour.

La fondation Suisse Cartooning for Peace/Dessins pour la Paix est créée à Genève avec Kofi Annan comme Président d’honneur. Deux ans plus tard, en 2008, l’Association française Cartooning for Peace voit le jour à Paris. L’équipe est hébergée dans les locaux du journal Le Monde où travaille Plantu, Président de la Fondation et de l’Association Cartooning for Peace.

2007 – 2e exposition Cartooning for Peace présentée au Palais des Nations à Genève, puis au Ministère de la Culture à Paris, à Rome et à Atlanta.

2008 – 1e rencontre de dessinateurs de presse et exposition en Israël et Palestine (Jérusalem, Ramallah et Bethlehem). C’est une fois de plus l’occasion de faire dialoguer des dessinateurs palestiniens et israéliens.

2010 – Cartooning for Peace et le Mémorial de Caen lancent la première exposition permanente de l’association grâce au soutien de la MGEN. Le lancement de l’exposition s’accompagne de la parution de l’ouvrage « Foutez-nous la paix » (éd. Beaux-Arts). Première exposition en Amérique Latine, à Bogota.

2011 – La Fondation Suisse Cartooning for Peace inaugure sa première exposition sur les bords du Lac Léman et crée le prix international du dessin de presse, remis par Kofi Annan.

2012 – Cartooning for Peace créé, à Montpellier, le premier festival international de dessins de presse, en partenariat avec le Conseil Général de l’Hérault et le Club de la Presse de Montpellier. En décembre, la page « Je te fais un dessin » voit le jour dans le quotidien Le Monde.

2013 – Cartooning for Peace produit sa première exposition pédagogique itinérante sur le dessin de presse et la liberté d’expression : « Dessins pour la Paix ».

2014 – Radu Mihaileanu et Stéphanie Valloatto réalisent le film « Les Fantassins de la Démocratie » sur les dessinateurs de Cartooning for Peace. Le film est présenté au festival de Cannes 2014, en présence des 12 dessinateurs protagonistes et de l’équipe de Cartooning for Peace.

2015 – Attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo. Parmi les 12 victimes, figurent les dessinateurs de presse Wolinski, Charb, Cabu, Tignous et Honoré.
Cartooning for Peace organise le 21 septembre un grand colloque international de réflexion sur le dessin de presse et la liberté d’expression « Le dessin de presse dans tous ses États ».
Les 15 et 16 décembre, Cartooning for Peace rassemble, avec le soutien de l’Union européenne, 28 dessinateurs de presse, représentant chacun des États membres de l’Union européenne, pour l’évènement « Cartooning for Human Rights« , deux jours de rencontres, exposition et débats dans l’enceinte du Parlement européen.


Paris, défenseuse de la liberté et des droits de l'Homme

Paris cultive une tradition de promotion des droits humains dans le monde. Cet engagement prend différentes formes : distinction par la citoyenneté d'Honneur, soutien aux acteurs engagés pour les droits humains, défense de la liberté de la presse, accueil et refuge d'artistes menacés, amélioration des droits des femmes, des enfants, etc.

Depuis 2001, Paris a relancé la Citoyenneté d’Honneur de la Ville. Cette distinction est réservée aux défenseurs les plus emblématiques des droits humains, souvent des personnalités étrangères menacées pour leurs prises de position. Il s'agit d'une reconnaissance et d'une protection pour son récipiendaire. Elle a récompensé des résistants à la dictature et à la barbarie : 15 personnalités, 5 femmes, 9 hommes et 1 personne morale ont été élevées à la dignité de Citoyens d’Honneur par le vote du Conseil de Paris.

La Ville de Paris soutient :

- la Fédération internationale des Droits de l’Homme, pour ses actions de soutien aux défenseurs des droits dans le monde.

- la Maison des journalistes, qui accueille chaque année une trentaine de journalistes étrangers menacés dans leur pays pour leur activité. Ce lieu exceptionnel reçoit et protège pendant plusieurs mois des journalistes et leur famille ayant dû fuir leur pays. 

- Reporters sans Frontières : à l’occasion de l’événement organisé par l’association en lien avec la Ville de Paris le 2 mai 2016, veille de la Journée internationale pour la liberté de la presse, la médaille de la Ville de Paris a été remise à 4 journalistes en danger,

- le réseau ICORN, « International Cities of Refuge Network », au sein duquel la Ville de Paris poursuit son engagement aux côtés d’une cinquantaine d’autres métropoles, dans le but d’accueillir et protéger des artistes et journalistes menacés dans leur pays.

-l'association Lucas Dolega, qui décerne chaque année un Prix photographique à un photojournaliste freelance témoignant, par son engagement personnel, son implication sur le terrain, ses prises de position, parfois au péril de sa vie, de son attachement à la liberté de l’information.

- l’association IBUKA dans son travail de mémoire du génocide au Rwanda. Une aide financière a été attribuée en 2016 pour la mise en place d’actions spécifiques auprès des collégiens et lycéens pour faire connaître à ce jeune public l'histoire du génocide des Tutsi et revenir sur les mécanismes de construction de la haine et de l'idéologie génocidaire. 

Dernière mise à jour le jeudi 1er décembre 2016
Crédit photo : DR - Cartooning for Peace

Paris j'écoute

Vous avez une question à poser, une remarque à faire ou une expérience à raconter ? Exprimez-vous ci-dessous, des experts de la Mairie de Paris vous répondront personnellement.

Restez connecté

La newsletter

Chaque semaine, recevez l’essentiel de Paris pour savoir tout ce qu’il se passe dans la capitale.

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris