«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Marcher dans Paris pour se cultiver et... trouver l'amour

crédits : Collinox via Flickr
[29/03/2012]

Une association parisienne, le comité départemental de la randonnée pédestre de Paris, organise plusieurs randonnées à thème gratuites chaque année. Jeudi 15 mars, la panamée suivait les traces des cafés-concerts parisiens. Balade à travers les randonneurs.

 

Ils étaient au moins 400 à s'être donné rendez-vous au pied du métro Richard-Lenoir jeudi à 19h. Monique et Dominque, jeunes quinquagénaires, sont ultra équipées. Sac à dos bien réglé, chaussures de rando, elles n’en sont pas à leur coup d’essai,

 


« C’est la deuxième fois qu’on vient » . Ces deux habitantes de Choisy-le-roi déclarent « adorer Paris »…et s’ennuyer un peu à Choisy passé 20h. Elles apprécient l’organisation, la sécurité, et les « gens disciplinés » qui font la randonnée à leur côté. Elles sont amies et voisines depuis 6 ans et pratiquent régulièrement la randonnée dans l’Oise. Elles assurent qu’elles ne viennent pas là pour rencontrer des mâles, mais quand on évoque la présence d’un club de célibataires, Monique demande à tout hasard: « on peut avoir le catalogue avec les photos?»

 

«Ca me force à quitter le travail à une heure raisonnable»

Jean Jacques, 51 ans, cadre à l'accent parisien attend un de ses copains retardataire. Il  vient ici décompresser après une journée de travail, « comme la panamée commence à 19h, ça me force à quitter le travail à une heure raisonnable. » Pour lui pas vraiment question de faire des rencontres, au contraire « à force, on ne voit même plus les gens. » en fait, il avoue qu’il n’oserait pas se balader tout seul sans but pendant 3h. Fondu au milieu d’un groupe, il se sent plus à l’aise. On fait un arrêt devant la pagode du Bataclan, Jean-Jacques la connait déjà. Il est né en région parisienne. « Je ne viens pas ici pour découvrir de Paris, je connais déjà tous ces quartiers. »  Pour lui, cette rando représente plus un sas de décompression dans une vie professionnelle bien remplie, hors du temps, qu’une visite touristique.

Le groupe se déplace lentement, et se laisse porter par les organisateurs, gilet jaunes sur le dos.

Les randonneurs de la soirée sont en effet bien plus préoccupés par l’architecture des bâtiments que par les passages piétons, et cela donne aux bénévoles qui encadrent la panamée du fil à retordre. En terrasse, les Parisiens jettent un regard interloqué sur cette immense chaine humaine qui déferle dans les rues et parle français. « La plupart des gens nous prend pour des touristes, » commente Jean-Jacques.  

« Pour rencontrer des célibataires, la marche est moins artificielle que le bar »

Un homme long et dodu à l'allure de businessman a une oreillette noire vissée à l’oreille droite. Il est le directeur d'un club de célibataires présent dans la rando. Il a à peine le temps de se présenter que son téléphone sonne à nouveau,  « j’en ai encore un qui est perdu… Oui Yves, tu es où là ? ». Ce directeur du club de célibataires ActivEtcompagnie a pris l'habitude d'emmener ses célibataires aux panamées, « la marche peut faciliter la rencontre, l’échange, » decrypte-il. Il regrette que certains célibataires n'aient pas oser venir ce soir, «marcher au milieu de centaines de personnes peut être effrayant pour des personnes qui souhaitent rester discrètes,» explique-t-il. Ils sont une dizaine ce soir, et personne ne peut les reconnaitre « ils détestent être identifiés comme des célibataires.»

Justement un célibataire rejoint la marche. C’est Fabien, il est enfin arrivé, et se présente « j’ai 56 ans, je travaille dans la pub et j’habite dans le 5e arrondissement de Paris ». C’est sa première rando, il trouve moins artificiel de se rencontrer en marchant plutôt qu’à une soirée speed dating dans un bar. Filiforme, soigné et hardi Fabien élabore sa technique pour aborder les filles ce soir… « Je vais peut-être essayer de passer pour un journaliste, ça m'a l’air pas mal comme technique...»

Enfin, Cécile et Romain, respectivement 24 et 29 ans viennent rajeunir la moyenne d’âge de cette balade.

Cécile est une fan absolue des panamées, elle n’en rate aucune, et vient toujours pour se cultiver sur Paris. Cette native de Montrouge qui travaille dans une crèche dans le 15e arrondissement, « adore Paris. » La plupart du temps, elle vient seule, ainsi, elle se concentre mieux sur ce qu’elle voit. Ce soir, elle est avec Romain et analyse, « ce soir je discute avec Romain, mais j’ai toujours un œil sur ce qui m’entoure ». Elle aime tellement ces rando qu’elle prévoit d’en faire un petit livret. Elle écrirait sur Paris grâce à ses notes. Romain, lui, se proposerait bien d’illustrer les textes de Cécile avec ses photos...

 

Comment participer ?

Les panamées ont lieu le troisième jeudi de chaque mois. Pour connaître le calendrier des prochaines panamées, rendez-vous ici.

Aucune inscription préalable n'est nécessaire.
La participation à la panamée est entièrement gratuite.
Les participants peuvent quitter la panamée à n'importe quel moment en cours de route.

Un descriptif et un programme détaillé de chaque trajet, avec l'heure et le point de rendez-vous sont mis en ligne environ 3 semaines avant la panamée. 

 

Contacts

Comité départemental de la randonnée pédestre de Paris
35 rue Piat
75020 Paris

Site Internet : www.rando-paris.org

Tél : 01 46 36 95 70
Courriel : randopaname@wanadoo.fr

Que faire à Paris

Notre sélection
Clubs et associations sportives

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Un petit tour en P'tit Vélib' ?

    >>Toutes les vidéos

Photos