«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Logement : construire et habiter en zone dense

Flickr / Alain Bachellier
[28/06/2011]

Le logement figure parmi les plus grandes préoccupations des habitants de l’agglomération parisienne. Toutes les collectivités sont confrontées à de fortes demandes que leur parc de logement actuel ne peut absorber. Depuis quelques années, différents acteurs - élus, collectivités, agences d'urbanisme - travaillent à trouver une réponse métropolitaine à ce problème.

 Un constat de pénurie partagé à l’échelle de l’agglomération


La flambée des prix de l’immobilier, la hausse des loyers, la difficulté à accéder à la propriété, le manque de logements sociaux et le développement de la précarité sont les conséquences de la pénurie de logement constatée sur l’ensemble de l’agglomération.

De plus, la faible mobilité des habitants entretient le déséquilibre entre logements sous peuplés et surpeuplés, et freine le renouvellement de l’offre.


Les communes de la zone dense éprouvent les mêmes difficultés à remédier au problème du logement. Quoique maîtresses de l’urbanisation, elles peinent à atteindre les objectifs sociaux et qualitatifs fixés par la loi et les politiques en matière de logement. Les communes à dominante résidentielle sont souvent amenées à choisir entre développement de l’habitat ou de développement de l’économie sur leur territoire, puisque les outils de péréquation financière et de redistribution ne suffisent pas à contrer les effets du marché de l’immobilier.

Face à une telle situation, le défi est de mettre en œuvre un développement massif et suffisant de logements dans la zone agglomérée de manière à faciliter l’accès au logement au plus grand nombre et de faire bénéficier une majorité d’habitants des avantages et des services que la métropole peut proposer. La création de nouvelles villes et la densification en cœur d’agglomération sont les pistes envisagées aujourd’hui.

 Chiffres repères

Le parc de logement de Paris et de la petite couronne représente 64% du parc total de logement régional.
Sur les 60 000 logements nouveaux prévus par le SDRIF, 30 000 concernent Paris et la petite couronne.
Paris et la petite couronne abritent 65,4% du parc de logement sociaux de la région.


Sources : INSEE, Recensement de population 1999, DREIF 2007, Apur 2007

Une réflexion partagée : le PLH de Paris

Dès 2009, les élus rassemblés au sein du syndicat Paris Métropole ont décidé la mise en place d’un atelier de travail « logement ». Dès lors, les collectivités locales de la métropole, la ville de Paris en tête, s’engagent dans un diagnostic commun permettant de formuler des propositions pour répondre ensemble aux besoins en logement des parisiens et des franciliens.

Outil de prévision et de programmation qui vise à répondre aux besoins en logements et à favoriser la mixité sociale, le Programme Local de l’Habitat est un document cadre stratégique et opérationnel fixant la politique communale ou intercommunale en matière de logement.

 Suite au vote d’une loi sur le logement en 2009 qui a rendu obligatoire l’adoption d’un PLH sur Paris,  la ville de Paris a engagé en 2009-2010 la procédure d’élaboration d’un PLH couvrant la période 2011-2016.

 Consciente que son PLH se situe au cœur des enjeux du logement en Île-de-France, la Ville de Paris a souhaité associer ses partenaires métropolitains, et notamment Paris Métropole ainsi que les 29 communes voisines de la capitale, qui ont été consultés aux différentes étapes-clés de l’élaboration du document. Ce programme contribue ainsi au renforcement des partenariats et des coopérations déjà engagées depuis 2001 entre Paris et de nombreuses collectivités franciliennes.

Le nouveau PLH de Paris a été définitivement adopté par le Conseil de Paris en mars 2011.

Créer des outils métropolitains : l’exemple de la SOREQA

 La nature métropolitaine des enjeux en matière d’habitat nécessite de disposer d’outils adaptés à cette dimension et de faciliter le partage de bonnes pratiques.

 La SOREQA (Société de Requalification des Quartiers Anciens) est l’exemple d’un partage d’expérience réussi. Poursuivant la mission d’éradication de l’habitat indigne menée par la SIEMP depuis 2002 sur le territoire parisien, cette société publique locale d'aménagement est spécialement créée en 2010 par la Ville de Paris, le département de Paris et la communauté d'agglomération de Plaine Commune, pour conduire, avec une vocation métropolitaine, des programmes de lutte contre l'habitat ancien dégradé.

 La ville de Saint-Denis ,particulièrement touchée par ce phénomène, a été sélectionnée par l'Etat dans le cadre du PNRQAD (Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés), avec deux quartiers prioritaires du centre ancien traités par la SOREQA : Brise Echelas (quartier gare) et Porte de Paris.

 Premier outil opérationnel d’aménagement à l’échelle métropolitaine, la SOREQA sera le partenaire technique des collectivités et aura des missions allant de la réalisation des études urbaines et architecturales, à la conduite d’opérations de réhabilitation privée ou d’acquisition publique, au relogement et à la prise en charge sociale des occupants. Elle bénéficiera pour cela des savoir-faire de la SIEMP qui a développé, en huit ans d’expérience, un ensemble de compétences spécifiques en matière d'ingénierie sociale, foncière, juridique et technique. Des relations très étroites entre les deux entreprises publiques sont prévues durant les premières années.

La SOREQA a d’ores et déjà signé deux traités de concession d’aménagement avec les villes de Saint-Denis et de Paris visant à la mise en œuvre d’une politique de résorption de l’habitat insalubre sur ces deux communes.

Faciliter le parcours résidentiel des métropolitains

Le « parcours résidentiel », qui a longtemps permis aux ménages de passer d'un logement d'habitations à loyer modéré à un logement privé locatif ou en accession à la propriété, semble aujourd'hui bloqué. Il est devenu aujourd’hui nécessaire de favoriser par de nouvelles politiques publiques la mobilité résidentielle « souhaitée » (et non « subie ») des ménages en assurant une meilleure fluidité du marché immobilier à l’échelle de la métropole.

 Afin d’encourager de tels parcours tout en favorisant l’accélération de la libération de logements locatifs sociaux, la Ville de Paris a mis en place en 2009 sur le territoire parisien le Prêt parcours résidentiel 0%, un prêt à taux 0 accordé par toute banque ayant signé une convention avec la Ville pour financer l'achat d'un logement dans le privé par un ménage parisien locataire d'un logement social.

 Récemment, afin d’élargir le périmètre géographique de cette politique, Paris s'est associée avec la ville de Saint-Denis et la Communauté d’agglomération de Plaine Commune pour élaborer un programme expérimental, dans le but de faciliter l'accession à la propriété des locataires du parc social hors du territoire parisien. Le programme réalisé sur le territoire de Saint-Denis à proximité d’une nouvelle station de métro combine divers avantages financiers afin de permettre en priorité aux locataires du parc social parisien et dionysien de devenir propriétaires dans un programme de logements neufs à prix abordable, avec les garanties apportées par le dispositif d'accession sociale à la propriété en cas d'accident de la vie.

 

Le succès de ce programme prouve que la problématique du logement doit être envisagée au-delà des frontières traditionnelles, pour répondre aux demandes de l’ensemble des habitants de la métropole parisienne, et implique un véritable esprit de solidarité entre les collectivités locales.

 

» Consulter la contribution de l'Apur : Le logement, une ambition pour la conférence métropolitaine (au format PDF)

La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris