«« retour

Sommaire

Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Paris à l'horizon 2025

Acteurs et partenaires de Paris : une vision capitale (22 mars 2005)

Textes des principales interventions
Roger MADEC
Roger Madec © Mairie de Paris DDATC / Dolce Vita
Sénateur maire du 19e arrondissement de Paris, chef d’entreprise


Comme maire du 19e arrondissement depuis bientôt dix ans et président depuis 2001, au titre de la ville, de la société d’aménagement d’économie mixte SEMAVIP, mais aussi comme simple citoyen de cette ville, je constate une hémorragie sans précédent de sa vitalité économique. Les entreprises ont disparu les unes après les autres, excepté dans le centre de la capitale et dans le « triangle doré » des affaires, avec les conséquences que l’on connaît : une urbanisation très forte et une concentration de logements dans l’Est parisien.

Les emplois qui demeurent sont concentrés dans le centre de la ville, dans des quartiers qui ont mal évolué. Quelques grandes opérations de reconquête des friches urbaines, notamment Seine rive gauche, ont été lancées dans Paris avec une fonction très forte en matière d’emplois et un faible nombre de logements, un peu à l’instar de la Défense. Heureusement, une nouvelle équipe municipale a bénéficié de la confiance des Parisiens en 2001 avec une volonté forte de réorienter cette zone d’activités.


La SEMAVIP a en charge le devenir de 300 hectares. Il y a encore de l’espace à Paris sur une dizaine de sites, dont trois majeurs : la Porte des Lilas - 24 hectares - ; Paris Nord-est, de la Porte de la Villette à la Porte de la Chapelle - 200 hectares - ; Batignolles - 45 hectares. Ces zones d’aménagement ont été voulues mixtes et non mono fonctionnelles : nous n’allons plus faire des quartiers uniquement concentrés sur l’habitat et des quartiers d’affaires, comme dans les années soixante et soixante-dix, sur le modèle de l’activité à la Défense et de l’habitat dans les villes nouvelles et dans certains quartiers parisiens. Même si nous en sommes aux prémisses, les rencontres des investisseurs, des promoteurs et des entreprises permettent de penser que ce pari sera réussi.

Par ailleurs, aménager des zones dans Paris n’a plus beaucoup de sens sans coopération et concertation avec les communes riveraines, où il y a encore davantage d’espace. Jusqu’en 2001, Paris ne « parlait » pas à ses voisines et ses voisines ne « parlaient » pas à Paris. Pierre Mansat a cette fonction de coordination et l’assure avec beaucoup de talent. Les actions sont menées avec nos voisins et nous souhaitons qu’ils les mènent avec nous. Paris est une des plus petites capitales mondiales et la frontière administrative, qui n’a déjà plus beaucoup de sens pour les Parisiens et les Franciliens, en a encore moins vu de l’étranger.

Il y a ainsi des perspectives de reconquête économique et d’emplois pour cette ville qui est frappée par un chômage nettement supérieur à la moyenne nationale, notamment dans certains secteurs de la capitale : l’Est parisien, le 19e arrondissement.


Prudence cependant : si l’on suit la seule logique économique libérale où l’implantation des entreprises est uniquement fonction du coût foncier ou de l’immobilier, c’est la troisième couronne qui aura du succès et non la première ou la deuxième, ce qui alimentera des flux migratoires journaliers conséquents, la surcharge des transports en commun et les embouteillages quotidiens que nous connaissons.

Nous avons la chance, notamment dans l’Est parisien, d’avoir des partenaires qui ont choisi la reconquête de l’emploi : la Compagnie EMGP (Entrepôts et Magasins Généraux de Paris) avait un patrimoine foncier vide et des entrepôts en manque de vitalité quand j’ai pris mes fonctions en 1995. Plutôt que de faire des opérations immobilières, elle a fait le pari de la reconquête de l’emploi et suggéré à des grandes entreprises de revenir dans Paris : le Club Méditerranée, Matra, Pierre & Vacances. Ainsi, sur le parc du Pont de Flandres, 6 000 emplois sont apparus depuis 1996 et la physionomie du quartier a changé.


Cela illustre que, si une entreprise a la volonté de revenir dans Paris, elle peut le faire et compter sur soutien des élus.
Mise à jour le : 09 novembre 2010
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris