«« retour

Sommaire

Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Paris à l'horizon 2025

Gouvernance et projets métropolitains (4 juillet 2005)

Textes des principales interventions
Joël BATTEUX
Joël Batteux au séminaire « Paris à l’horizon 2025 » 4 juillet 2005
maire de Saint-Nazaire, président de la CARENE, vice-président du Conseil Régional des Pays de la Loire
Malgré des morphologies totalement différentes, la région lyonnaise et l’ensemble Nantes Saint-Nazaire sont exactement dans le même état d’esprit. Tout est basé sur le volontariat, la recherche d’une culture commune et une ambition partagée. L’agglomération est un état de fait, que l’on gère comme on peut, alors que la métropole est une prospective, un concept politique.
La métropole de Saint-Nazaire n’est d’ailleurs pas délimitée. En revanche, un SCOT commun a été créé de Nantes à Saint-Nazaire, avec 5 EPCI et 57 communes. Si on y inclut la Baule et la presqu’île guérandaise, la métropole compte environ 1 million d’habitants. Et il n’y a pas de gouvernance de la métropole, mais une conférence métropolitaine qui est d’ailleurs à l’origine du SCOT.
Ce qui était une pomme de discorde est devenu le trait d’union de Nantes et de Saint-Nazaire : les Nantais avaient peur que le port de Saint-Nazaire n’attire du trafic au détriment du port de Nantes. Désormais, il est situé à Montoir et à Donges.
De plus, les esprits ont changé. Quand Jean-Marc Ayrault est devenu maire de Nantes, il a été convenu de faire un ensemble Nantes Saint-Nazaire. Au départ, « l’Association Communautaire de l’Estuaire de la Loire » rassemblait la région, le département, les deux villes Nantes et Saint-Nazaire, les deux CCI et le Port autonome. C’était la préfiguration d’un lieu où évoquer de grands sujets et enjeux de l’estuaire de la Loire. En 1989, avec Jean-Marc Ayrault, nous avons relancé l’idée de métropole. En 1989-2000, nous avons développé une vision stratégique qui a ensuite influencé l’État lorsqu’il a conçu sa directive territoriale d’aménagement.
En 1999 s’est réunie la première conférence métropolitaine, qui invite tous les maires qui souhaitent adhérer à la dynamique métropolitaine. Elle est d’abord un lieu d’information et fait intervenir des experts - sociologues, spécialistes de l’habitat, de l’économie, de la formation, etc. - afin de développer une culture suffisamment commune entre les maires et que les projets d’avenir soient plus convergents que par le passé. La création du syndicat mixte du SCOT avec l’ensemble des intercommunalités depuis Nantes jusqu’à Saint-Nazaire a été un peu difficile, mais l’espoir subsiste que la région bauloise finisse par intégrer le SCOT.
Nantes métropole, c’est-à-dire la communauté urbaine, est la seule partie agglomérée. La région nazairienne est très peu agglomérée, avec la ville de Saint-Nazaire, et une petite commune, Trignac. On peut donc concevoir une métropole presque sans qu’il y ait d’agglomération. En l’occurrence, elle comprend une agglomération qui n’est pas au centre et une autre, plus petite, qui n’est pas très agglomérée. Cette morphologie n’a donc rien à voir avec celle de la région lyonnaise.
Entre pairs, les maires se comprennent bien et leur dialogue est plus facile qu’avec les conseillers généraux, les conseillers régionaux, ou les parlementaires. On acquiert assez vite une culture commune à condition de pratiquer une large ouverture. Au début, les petites communautés de communes étaient réticentes. Les contacts ont été multipliés et une campagne a été faite pour rallier les présidents de communautés et les maires. D’ailleurs, la communauté de communes « Cœur d’estuaire » n’était pas prévue au départ et s’est constituée pour entrer dans le système métropolitain et, en premier lieu, dans le SCOT.
Un management à plusieurs niveaux
Le débat sur la stratégie a lieu au niveau de l’association communautaire de l’estuaire de la Loire, même s’il perd un peu de sa vigueur actuellement. On y trouve Nantes Saint-Nazaire, la région et le département, le port, qui est un élément très important, et les chambres de commerce qui se sont déjà réunies. On essaie de partager une vision à long terme.
Sur le plan institutionnel, on dispose de la DAT et du SCOT, qui est la traduction spatiale de cette vision. À condition de s’assurer de la cohérence du tout, le SCOT va être la juxtaposition des schémas de secteur par EPCI. Ce schéma est pratiquement réalisé pour la région nazairienne, avant que le SCOT ne soit sorti, mais il peut être amendé pour faire en sorte que les différents schémas de secteurs soient compatibles et cohérents.
Un enjeu essentiel du SCOT est le développement du grand aéroport prévu à Notre-Dame-des-Landes. C’est un enjeu considérable d’aménagement du territoire qui aura un impact très important sur les communes de la communauté de communes […]. Un autre grand sujet de discussion est un nouveau franchissement de la Loire, dans la mesure où le pont de Saint-Nazaire commence à saturer.
C’est un débat très important pour l’avenir qui a lieu dans une ambiance très détendue et studieuse. La dernière conférence métropolitaine s’est réunie avec tous les maires pendant toute une journée pour entendre des experts, pour qui d’ailleurs la priorité est de maintenir dans cette métropole l’équilibre entre les trois économies : l’économie de production de produits, de matières ou de services, l’économie publique et l’économie résidentielle. Cet équilibre est une chance pour cet ensemble métropolitain, et nous allons travailler avec beaucoup d’attention pour le maintenir. Tous les maires sont restés du début jusqu’à la fin de cette journée de présentations et de débats, ce qui est assez exceptionnel.
La relance de l’idée métropolitaine est consécutive de la décentralisation et des lois de décentralisation. En effet, les communes ont été amenées à réfléchir avec leurs voisines pour créer des intercommunalités et elles essaient logiquement d’aller un peu plus loin désormais. Ce mouvement va donc s’amplifier et il se peut qu’il soit parfois un peu délicat avec les régions et les départements. Ce n’est pas le cas, mais la métropole Nantes Saint-Nazaire représente pratiquement les trois quarts du département de la Loire-Atlantique. Le département est un peu moins à l’aise mais pour l’instant cela se passe pas mal.
Mise à jour le : 09 novembre 2010
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris