«« retour

Sommaire

Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Paris à l'horizon 2025

Acteurs et partenaires de Paris : une vision capitale (22 mars 2005)

Textes des principales interventions
Danielle BIDARD
Danielle Bidard © Mairie de Paris DDATC / Dolce Vita
présidente du Centre de promotion du livre de jeunesse de la Seine-Saint-Denis
Je voudrais saluer cette initiative de la Ville de Paris et de son élu en charge des relations avec les collectivités voisines. Rassembler des personnalités de diverses origines pour échanger sur des sujets qui les intéressent, est toujours une démarche enrichissante puisqu’elle met en avant le rapport à l’autre, l’envie de travailler ensemble et de confronter ses expériences pour les vivifier. Il est agréable de constater que Paris, ville capitale, ville symbole de tant de choses, est attentive à ce qui s’est construit comme créations et spécificités dans ses territoires voisins.

 

Ce territoire est pour moi la Seine-Saint-Denis où je préside depuis 2001 le « Centre de Promotion du Livre et de la presse Jeunesse » – le CPLJ -, qui organise chaque année un salon du livre de la jeunesse installé à Montreuil et qui est le salon de la Seine-Saint-Denis à Montreuil.

 

Je connais bien ce département de la Seine-Saint-Denis. J’en fus sénatrice pendant plus de vingt-six ans et élue à la culture à Pantin durant dix-huit ans, cela après quinze ans d’enseignement à Aubervilliers. J’ai donc été associée à toutes sortes de réflexions sur les enjeux et le développement culturel, sur l’élaboration de leurs contenus avec des objectifs toujours audacieux.

 

Pour bien mesurer les choix de ce département, il faut en rappeler la spécificité : deux tiers d’ouvriers et d’employés aux faibles revenus, une population très jeune provenant en grande partie de vagues d’émigrations originaires du Maghreb, d’Afrique noire et, depuis quelque temps, d’Asie. Ce véritable melting-pot connaît de très grandes difficultés sociales et économiques et c’est un lourd handicap. Mais les richesses humaines culturelles et créatives sont tout à fait exceptionnelles. Ce département est un véritable « laboratoire culturel » de la région. Les élus départementaux ou municipaux se sont imprégnés de ce terreau et y ont répondu par des choix populaires et exigeants : 
• Le choix du spectacle vivant en Seine-Saint-Denis dans de nombreux lieux, notamment la Maison de la culture à Bobigny, le Forum de Blanc-Mesnil, les théâtres d’Aubervilliers et de Saint-Denis,  
• Le rôle du réseau des cinémas municipaux d’art et essai et le festival du court-métrage de Seine-Saint-Denis à Pantin,  
• La musique avec le merveilleux festival de Saint-Denis et la fougueuse créativité de « Banlieue bleue »,

• Enfin, le livre et la lecture.

 

Tout cela s’est construit dans une grande exigence de qualité, avec la volonté de faire participer les auteurs, les différents créateurs, les professionnels, les enseignants, les bibliothécaires, les personnels de l’Éducation nationale, les lecteurs, les illustrateurs et, bien sûr, les élus. Le département s’est investi plus précisément dans le domaine de la lecture, en participant à la création en 1984 - depuis plus de vingt ans maintenant - d’un grand événement culturel à l’audience grandissante : le Salon du livre de Seine-Saint-Denis à Montreuil.

 

Quel est le sens des engagements et des actions entreprises ?

 

Tout d’abord, le point fort est de mettre tous les jeunes du département en relation étroite avec les livres, afin de découvrir les processus de création, de s’y essayer, de jeter des ponts avec des êtres et des mondes qu’ils ne connaissent pas, de développer leurs rêves et leur imaginaire. C’est pour cela que nous avons fait le choix du refus du superficiel, de l’éphémère, pour installer au contraire un travail constant, en profondeur, toujours exigeant et en étroite collaboration avec les acteurs évoqués précédemment.

 

Le Salon du Livre se tient une fois par an à Montreuil, fin novembre/début décembre. C’est le terrain de toutes les aventures autour des livres et du multimédia, associé depuis quelques années à cette initiative. Ce Salon du Livre et de la Jeunesse est la plus grande vitrine de l’édition jeunesse en langue française. Sa notoriété et sa qualité se nourrissent d’une activité continue durant toute l’année, qui incite à découvrir, à explorer la littérature dans toutes ses dimensions. Il veut toucher tous les jeunes de tous les milieux sociaux, mais aussi de tous les âges, de la toute petite enfance à l’adolescence avec :

• Une attention particulière pour les tout petits, les Bébés lecteurs : le secteur de la petite enfance, se développe assez fortement depuis une dizaine d’années.

• Une activité départementale régulière ponctuée par des rencontres avec des auteurs et des créateurs, illustrée par quatre à cinq expositions annuelles et cinq à dix ateliers d’écriture. Nous préparons les jeunes du département à la participation aux grands événements culturels de la Région Ile-de-France et notamment au Salon du livre de Paris. En ce moment, ils y rencontrent des écrivains russes.

• Des initiatives autour de la lecture et du multimédia, avec la création de sites, de logiciels, et des rencontres organisées dans les bibliothèques et dans les écoles du département.

 

De plus en plus, nous souhaitons nous engager dans le soutien et le renforcement de la formation des formateurs, en direction des professionnels de l’enfance et des médiateurs du livre. Désormais, depuis quelques années, nous organisons un colloque, qui va se dérouler les 4-5 avril à Saint-Denis, sur le thème « Enfant et littérature, encore beaucoup à dire ». Cette année, des participants viennent de la Ville de Paris.

 

Nous avons, bien sûr, le souci de faire découvrir des illustrateurs. Une biennale leur est réservée, « Figures, futur », et nous leur proposons des rencontres avec les éditeurs. Avec les concentrations de plus en plus fortes dans le domaine de l’édition, les lieux d’innovation, de création se réduisent ou même disparaissent et la diversité s’amenuise. Pour éviter de tomber dans ce piège, nous souhaitons promouvoir et soutenir les éditeurs indépendants, qui sont en général très heureux de venir au Salon du livre à Montreuil


Enfin, avec Paris, le partenariat s’est renforcé depuis trois ans avec par exemple, la coproduction d’expositions. Pour le dernier salon, Paris a participé à l’élaboration de l’exposition sur le Petit Chaperon rouge, qui tourne dans les bibliothèques et les villes de Seine-Saint-Denis, ainsi qu’à Paris. De plus, l’an dernier, 6 000 jeunes Parisiens sont venus au salon sur près de 30 000 à 35 000 enfants au total. Nous voulons développer les relations entre l’équipe du CPLJ et des professionnels parisiens. Nous souhaiterions, comme l’ont demandé des collègues, travailler davantage dans le domaine de la petite enfance qui mérite d’être développé.

 

La réflexion doit être maintenue. Elle doit être le résultat d’un choix politique, sur la base d’une reconnaissance des savoir-faire, que possèdent la Seine-Saint-Denis et le CPLJ dans le domaine du livre.

 

Notre objectif est de permettre au plus grand nombre de rencontrer le « meilleur de la création », quel que soit le support de lecture. Nous sommes prêts à étudier toute initiative pour développer nos collaborations avec Paris, la Région et les institutions publiques. La vie d’un livre est d’être lu par un nombre important de lecteurs. Notre « cible » prioritaire est la jeunesse car elle est porteuse d’avenir.
Lien vers le site du Centre de promotion du livre de jeunesse de la Seine-Saint-Denis
Mise à jour le : 09 novembre 2010
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris