«« retour

Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Culture et Education

Paris accueille l'exposition Clichy sans clichés

Clichy-sous-Bois / Paris : la solidarité se joue de la distance (2006)
Expositions Clichy sans clichés

Comme le disait Victor Hugo, le monde entier a des droits sur Paris, donc les habitants de cette ville ont des droits sur Paris, et Paris a tourné le dos au mépris, à la condescendance, au refus de partager ”. Cette déclaration de Bertrand Delanoë à Clichy-sous-Bois le 13 octobre dernier résume la portée du protocole de partenariat solidaire que le Maire de Paris était venu signer avec Claude Dilain, maire de cette commune de Seine-Saint-Denis. Une signature qui porte à douze le nombre de protocoles bilatéraux liant désormais la capitale à des communes de l'agglomération.
Pour la première fois il ne s'agit pas d'une collectivité touchant le périphérique. En effet, Clichy-sous-Bois n'est pas une ville comme les autres. Elle est l’un de ces territoires par où passent les fractures sociales et territoriales de l'agglomération parisienne.
Comme l'explique Pierre Mansat, adjoint au Maire de Paris en charge des relations avec les collectivités territoriales d'Ile-de-France : “ le développement de Paris n'a aucun sens s'il n'est pas aussi celui de toute l'agglomération parisienne, s'il ne bénéficie pas en premier lieu aux banlieues aujourd'hui ségréguées. ” Mettre la banlieue au centre “ ne peut rester un thème de discours, cela doit appeler des actes forts ”.
Une précision toutefois : le protocole paraphé le 13 octobre n'est pas né des événements d'octobre et novembre 2005. Les deux municipalités y travaillaient déjà depuis un an. Il s'inscrit en effet dans le cadre de la Conférence interdépartementale Paris - Seine-Saint-Denis signée le 27 novembre 2006, et plus généralement dans la nécessité de construire une agglomération solidaire, sujet central des réflexions de la Conférence métropolitaine de l'agglomération parisienne.

Puce municipalité Désenclavement et intégration

Cette dimension solidaire marque donc les engagements pris par les deux communes. Le désenclavement de Clichy en est un élément majeur. Située à seulement 15 km de la capitale, la ville ne dispose en effet d'aucune liaison directe avec celle-ci.
Aujourd'hui, il faut 1 h 30 à un Clichois pour se rendre à Paris. Cette situation a bien sûr des conséquences sociales lourdes ; elle prive les Clichois de l'accès au bassin d’emplois et de formations de la capitale et à celui de l'est de l’agglomération que sont Roissy et Marne-la-Vallée. C'est pourquoi Paris s'engage à soutenir les démarches de Clichy-sous-Bois en vue d'obtenir une desserte par la ligne de tramway des “ Coquetiers ” qui reliera Aulnay-sous-Bois à Bondy. Cela lui donnerait accès au réseau de transports en commun du cœur de l'agglomération. Un accès qu'elle pourrait également avoir par la création de lignes de bus connectées avec la ligne 11 du métro (Châtelet-Mairie des Lilas) dont la prolongation est demandée par les collectivités concernées.
D'autres volets du partenariat concernent la jeunesse et ont déjà été engagés concrètement : accès des jeunes Clichois aux structures culturelles et sportives parisiennes, échanges entre les Conseils de la jeunesse.
Enfin, le protocole prévoit aussi des échanges d'expériences entre les services municipaux des deux villes sur les questions de démocratie participative.
Puce municipalité Une exposition et un livre Clichy sans cliché
Des photos montrant les Clichois tels qu'ils sont, sans cliché ni a priori, exposées les quinze derniers jours de novembre à l'Hôtel de Ville de Paris, l'affaire est exceptionnelle. L'idée de ce témoignage photographique remonte à l'automne 2005, au drame qui a coûté la vie à deux jeunes Clichois. A l'époque, la ville avait été montrée dans les médias sous des traits déformés. Pour redresser cette image et rétablir la vérité dans toute sa complexité, la municipalité a fait appel à douze photographes professionnels, parmi les plus renommés : Jane Evelyn Atwood, Alexis Cordesse, Jean-Louis Courtinat, Michel Vanden Eeckhoudt, Jacques Grison, William Klein, Sarah Moon, Marie-Paule Nègre, Marc Riboud, Joël Robine, Paolo Roversi, Yann Arthus-Bertrand. 
Ils ont parcouru les rues, se sont imprégnés de la vie des habitants, qu’il leur a fallu convaincre de leur sincérité tant ils sont devenus méfiants après avoir été traqués et caricaturés par les chasseurs d'images des médias.
Et les résultats sont là. Leur talent, leur délicatesse a produit des images-témoignages, dignes, humaines. Rassemblées pour l'exposition, installées pour certaines en grand format dans les rues de Clichy, elles font aussi l'objet d'un livre. On y découvre des images vraies. Loin des clichés faciles, elles montrent que les banlieues si mal connues sont des lieux de vie ; de vies souvent dures, de vies différentes, mais de vies de femmes et d'hommes d'aujourd'hui qui méritent d’autant plus reconnaissance et respect.

L’exposition a d’abord été présentée à l’Espace 93 Victor-Hugo de Clichy-sous-Bois,du 13 octobre au 10 novembre 2006.

Puis, elle a été programmée à l’Hôtel de Ville de Paris du 15 au 28 novembre 2006, où elle a accueilli près de 4000 visiteurs.

Le livre Clichy sans cliché est édité par Robert Delpire / Actes Sud, 144 p., 30 €.
Les expositions et le livre ont été coordonnés par Jérôme Bouvier, Ivre d’images production.

Paris et Clichy-sous-Bois ont signé le 13 octobre 2006 un " protocole de partenariat solidaire ".
C'est le douzième du genre à être paraphé par le Maire de Paris, mais le premier avec une commune non limitrophe de la capitale.

Mise à jour le : 29 juin 2010
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris