«« retour

Sommaire

Remerciements

Le FMAC à l'école en chiffres

Soutenir l'opération

Documents à télécharger

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Le FMAC à l'école

Edition 2011-2012

Les artistes
Mathieu Mercier

Né en 1970 à Conflans-Sainte-Honorine, vit et travaille à Paris.























La démarche de Mathieu Mercier est nourrie par une réflexion critique sur la société. Il s’est très vite intéressé à l’environnement urbain et aux objets qui l’entourent, à des propositions spatiales comme aux éléments du réel dotés d’une grande valeur d’usage. Son intérêt pour l’objet et ses rapports avec l’architecture et le design est une constante dans son travail. L’artiste s’est fait connaître dans les années 90 par des réalisations inspirées par l’habitat dégagé de son contexte fonctionnel. En revisitant les avant-gardes du XXe siècle et leurs utopies, il multiplie les expérimentations et renouvelle son langage plastique. Les jeux d’oppositions de formes et de matières attestent de ses préoccupations et d’un dialogue avec les références conceptuelles, minimales et cubistes de l’histoire de l’art. Mathieu Mercier a recours à des matériaux industrialisés comme le mélaminé qu’il utilise fréquemment dans la réalisation de ses assemblages. Le mélaminé lui permet d’élaborer des constructions spatiales où la légèreté et la transparence sont privilégiées. “La question du vide, dit-il, est présente depuis assez longtemps dans mon travail. Elle s’est posée alors que je reconstruisais des prototypes de mobiliers, mais sans les finir. Je ne représentais qu’une espèce de squelette. Effectivement, ce vide essaye de penser un manque ou quelque chose qui pourrait être prolongé, pas d’après des modèles préexistants mais réinventés.” Les réalisations de Mathieu Mercier sont à rapprocher des conceptions développées au début du XXe siècle par Piet Mondrian, théoricien du néo-plasticisme et chef de file du mouvement De Stijl. Structure de plexi et de mélaminé (2 cubes) est conçue comme un dessin géométrique agencé dans l’espace. Réalisée avec les moyens du bord, cette sculpture s’apparente à une étagère inachevée qui se déploie inutilement dans l’espace, ménageant des vides entre ses parois.

"Structure de
plexiet demélaminé(2 cubes)", 2000, altuglas et mélaminé, 200 x 70 x 65 cm, acquisition en 2003, collection du Fonds municipale d'art contemporain de la Ville de Paris © Paris, M.Bouillot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise à jour le : 16 juillet 2014
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris