«« retour

Sommaire

Remerciements

Le FMAC à l'école en chiffres

Soutenir l'opération

Documents à télécharger

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=

Le FMAC à l'école

Edition 2011-2012

Les artistes
Kader Attia

Né en 1970 à Dugny. Il vit et travaille à Berlin.







Kader Attia est l’un des artistes français actuellement les plus reconnus, y compris à l’étranger. Il participe aux plus grandes manifestations internationales. Il réalise des installations, vidéos et photographies, dessins et peintures murales pour aborder les questions du déracinement, de l’identité culturelle, des rapports socioéconomiques qui déterminent nos vies. Son travail prend racine dans les rapports complexes qu’entretiennent les cultures orientale et occidentale. Avec Le vide, le plein (diptyque photographique du dôme du rocher, plus ancien monument musulman et du mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie) et Lafragilité du vide (sacs de supermarché en plastique vides qui gardent l’empreinte des produits qu’ils ont contenus), Kader Attia, entame une réflexion sur le vide. Pour lui, le vide est le symbole paradoxal de notre société, où règne la surenchère, la surconsommation, la pollution, la surpopulation…

La Colonne sans fin est composée de mégaphones empilés. Associés aux manifestations et à leurs leaders, ces porte-voix semblent plongés dans un mutisme politique, défaits de leur rôle, sans slogan, pendants ironiques des célébrations de 2008 autour de Mai 68. Leurs formes accumulées donnent l’impression d’avoir été vidées de leur plein. Se faisant face, les mégaphones s’annulent comme pour signifier les luttes intestines entre syndicats et l’inutilité des formes de contestations « classiques ». L’œuvre questionne les moyens d’engagements et de luttes sociales : Faut-il crier dans un mégaphone pour faire entendre sa voix au risque qu’elle soit inaudible parmi les innombrables voix circulant dans notre démocratie moderne saturée de réseaux de communication ? Empruntant le titre des célèbres Colonne sans fin à Constantin Brancusi, Kader Attia reprend le motif mythologique de l’axis mundi, axe qui soutient la voûte céleste et assure la liaison entre le ciel et la terre. Reliant le sol au plafond plutôt que le ciel à la terre, l’oeuvre de Kader Attia semble faire un clin d’œilmalicieux au sculpteur moderniste.

» Agrandir l´image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"La colonne sans fin", 2008, douze mégaphones en colonne, 407 cm (dimensions variables), un mégaphone : 34 x 24 x 24 cm, édition 1/3, acquisition en 2009, collection du Fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris © Adagp - galerie Anne de Villepoix, Paris

 

 

 Voir les travaux de médiation autour de l'oeuvre de Kader Attia 

 

 

 

 

Mise à jour le : 19 novembre 2014
La carte de Paris - nouvelle fenêtre

La carte de Paris