«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Open data : Paris ouvre ses données

crédits : zigazou76
[08/02/2012]

La Ville de Paris regorge de documents susceptibles d'être utiles aux associations, journalistes et entreprises. Ces données publiques sont à présent à la disposition de tous sur opendata.paris.fr.  


Informer, c’est bien. Informer et donner ses « documents sources », c’est mieux ! Paris passe à l'open data et met à disposition de tous des millions d’enregistrements issus de ses bases de données : consultez le site opendata.paris.fr 

L’administration parisienne regorge de documents qui sont autant d’outils de travail utiles aux associations, aux journalistes et aux entreprises de la capitale. Faisant le constat « qu’un grand nombre de ces données n’est pas suffisamment porté à la connaissance du plus large public par les moyens modernes de communication », la mairie a décidé de faciliter leur accès, dans une décision du Conseil de Paris du 14 décembre 2010 .

Jusque là, les résultats des élections étaient par exemple communiqués en PDF. Les données brutes fournies en tableur permettront de réaliser facilement des cartes et toutes sortes de visualisations.

 

open data

« A terme, la démarche aboutira à l’émergence de nouveaux services à destination des Parisiens », relate par ailleurs un précédent texte voté par le Conseil de Paris en juin 2010 .

 La libération de ces données pourrait en effet donner lieu à de multiples applications, notamment pour les téléphones portables : géolocalisation du kiosque le plus proche, des boîtes aux lettres, des espaces verts, plan des voiries, etc.

« En théorie, la loi (ordonnance du 6 juin 2005 sur le régime de la réutilisation des données publiques, ndlr) oblige à fournir aux personnes qui le demandent ces données. Nous allons aller au delà : les mettre directement à la disposition du public dans des formats facilement exploitables », résume Jean-Louis Missika, adjoint au maire en charge de l'innovation.

Comment la ville de Paris procède-t-elle ? Il s’agit d’abord d’identifier ces données et notamment les bases les plus pertinentes, grâce à un audit. Des bases de données concernant les espaces verts, les résultats des élections, ou la collecte de déchets sont déjà prêtes à être mises en ligne. «  Nous ne nous interdisons aucun type de données, sauf celles qui touchent à la vie privée », ajoute Jean-Louis Missika.

Ensuite, construire une infrastructure pour les mettre à disposition le plus efficacement possible. Plus précisément, il s’agira d’un site web dédié ainsi que d’un serveur en propre. Le site web devrait être lancé au courant du mois de janvier.

Enfin, attacher une licence aux bases de données en question, en l’occurence la licence Open Database (OdbL),  développée par la fondation Open knowledge et transcrite du droit anglo-saxon en droit français par les services de la ville de Paris. Cette licence spécifiquement adaptée aux bases de données autorise les internautes qui le désirent à les copier, distribuer et utiliser, sur le même modèle que la licence creative commons.

share alike

 

La licence autorise par ailleurs les entreprises qui le souhaitent à reprendre les données pour une utilisation commerciale, tant qu’elles acceptent ensuite de partager leur création dans les même conditions (c’est la clause « share alike », ou « partage à l’identique », comme dans la licence Creative Commons CC-By-sa  utilisée par Wikipedia»). Une entreprise qui ne souhaiterait pas se soumettre à cette condition de partage à l'identique pourra souscrire une licence payante non exclusive. 

 

C’est à la suite d’entretiens avec les acteurs principaux de la communauté du logiciel libre en France, comme Regards citoyens, Creative Commons ou Veni vidi libri, que le choix s’est porté sur cette licence. Un choix qui placera Paris dans le peloton de tête des villes numériques, à l’instar de New York, Vancouver, Londres et San Francisco. Et ce, à l’heure où ailleurs des nations entières libèrent leurs données sur des sites dédiés, comme aux Etats-Unis (data.gov ) ou en Grande-Bretagne (data.gov.uk).

 Discours de Jean-Louis Missika au Conseil de Paris de juin 2010


Discours Jean-Louis Missika (PS) sur l'ouverture des données
envoyé par RegardsCitoyens. - L'actualité du moment en vidéo.

 

 En savoir plus
Voir le texte de la licence open data 
Lire l’exposé des motifs du projet de délibération Open data
Accéder à la page wikipedia Open database
Lire l'exposé des motifs du projet de délibération sur la diffusion par la ville de Paris des données publiques en sa possession  
Accéder au débat du Conseil de paris du mois de juin 
Revoir le vote en séance (pour accéder à la partie qui concerne la délibération , taper "contrôle" et la lettre F, puis entrer le chiffre de la délibération dans le cadre : 2010 DAJ 31)

EN CE MOMENT

  • Open data : Paris ouvre ses données

    La Ville de Paris regorge de documents susceptibles d'être utiles aux associations, journalistes et entreprises. Ces données publiques sont à présent à la disposition de tous sur opendata.paris.fr.  


  • Zoé Valdès, cubaine et parisienne

    Zoé Valdès vient de recevoir la Grande médaille de Vermeil. A cette occasion, nous avons reçu l'auteure. Elle nous parle de son nouveau livre le roman de Yocandra, revient sur ses engagements en faveur des droits de l'Homme et sa vie à Paris, ville qu'elle aime autant que son île natale. Rencontre et émotions partagées.

    >> Entretien sur Paris A l'Air Livre 

  • Chaussures de ville
    Un stage à la Ville en quelques clics

    Afin d’améliorer la lisibilité de l’offre de stages de la ville et répondre plus précisément aux attentes des étudiants, Paris.fr vous propose un nouvel outil pour consulter et répondre à ces offres. Un stage en 2 clics ? C’est possible !


  • Ramassage des poubelles
    Un bac poubelle à réparer? Signalez-le sur Paris.fr

    C'est nouveau! Désormais si votre poubelle a un couvercle cassé ou des roues endommagées il suffit de remplir un formulaire en ligne pour en demander la réparation.