«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Vestiges d'un Paris pré-haussmannien

crédits : Parigramme
[15/11/2012]

L’ouvrage « Paris pour mémoire » présente une page presque oubliée de l’histoire de la capitale : celle des destructions haussmanniennes lors du percement de la rue de Rivoli sous le Second Empire. On y trouve un précieux inventaire : celui de tous les relevés d’époque des façades des maisons démolies.

 

Une page d’histoire urbaine qui ressurgit du passé


Pierre Pinon est architecte et historien, professeur à l'Ecole d'Architecture de Paris-Belleville, et a écrit de nombreux ouvrages sur l'histoire de Paris.
Parti des relevés d'architecte Gabriel Davioud dans l'ouvrage de référence "Système de l’architecture urbaine - Le quartier des Halles à Paris" (1977) dirigé par l'historien de l’art André Chastel, Pierre Pinon a eu l'idée de les publier intégralement, pensant que ce serait un témoignage extraordinaire, concret, sur les destructions du Second Empire.
Axe essentiel de Paris, la rue de Rivoli n’a pas toujours été si longue. Sa création fut décidée en 1803 sur l'emplacement notamment des anciennes Ecuries du roi. Les travaux débutèrent en 1811 et la première partie fut achevée en 1835.
Ils reprirent ensuite en 1849 et son percement complet se termina en 1856. Sa partie orientale a ainsi été rajoutée par le baron Haussmann, de l'Hôtel de Ville à Saint-Paul, pour créer un grand axe est-ouest dans le centre de Paris. 

La rue de Rivoli aujourd'hui. ©Sophie Robichon / Mairie de Paris

 

 

Des personnages clefs du changement de Paris

C’est Eugène Deschamps, architecte et conservateur du Plan de Paris, qui a passé la commande de ce relevé en 1851, soit deux ans avant l'arrivée de Haussmann en tant que Préfet de la Seine. Il est devenu, aux dires même de ce dernier, celui qui a dessiné toutes les percées de Paris, à partir de 1852-1853. Le Baron Haussmann appliquera sans détour sa vision d’un « nouveau Paris » avec comme mots d’ordre : rectitude des percements, ordonnance des immeubles et perspective des monuments. Il obtiendra pour cela de l'empereur une loi autorisant l'expropriation par simple décret du pouvoir exécutif.

L’autre personnage clef de cette époque est Gabriel Davioud, un jeune architecte à qui Deschamps a passé la commande. Davioud est par ailleurs l'architecte des théâtres de la place du Châtelet, de la fontaine et de place Saint-Michel. Dans la lettre que lui adresse Deschamps, il précise que « le percement de la rue de Rivoli va faire disparaître près de 250 maisons […] l’administration désire conserver du moins le souvenir desdits quartiers ».

Relevé original ©BHVP/Roger-Viollet

 

 

 

Rues et façades disparues

Lors du percement de la rue de Rivoli et de l'installation des Halles, ce sont essentiellement des immeubles des XVIIe et XVIIIe siècles qui ont disparu, et très peu de maisons médiévales, qui avaient déjà été démolis aux siècles précédents.
Lorsque l’on parcourt cet ouvrage, on découvre un grand nombre de petites rues aux noms évocateurs et qui ont donc été rasées : rue de la Grande-Friperie où avait lieu le commerce des fripes, la très tortueuse rue de la Vieille-Harengerie, rue Jean-de-l’Epine, rue de la Lanterne ou encore la rue de la Tixeranderie, qui était l'une des plus anciennes de Paris.
Les relevés sont d’une très grande précision, et même les devantures des commerces de l’époque sont représentées avec minutie et détails. Ici et là on lit sur une façade « Pour cause de démolition, la Pharmacie sera transférée prochainement rue de la Cossonnerie ».
Les relevés originaux de ces rues et immeubles disparus ont été détruit dans l’incendie de l’Hôtel de Ville en 1871 pendant la Commune. Sont restés les "minutes", croquis au trait, reproduits dans le livre.
Les deux tomes du recueil original sont aujourd’hui  conservé à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

 

 

 

"Paris pour mémoire, le livre noir des destructions haussmanniennes", de Pierre Pinon

Éditions Parigramme , 49 €.

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur le Paris du Seconde Empire >

Le Musée Carnavalet, parcours Paris sous le Second Empire

La Bibliothèque Historique de la Ville de Paris 

Abonnez-vous à la newsletter !

Pour occuper votre temps libre, inscrivez-vous à la newsletter « Que faire à Paris ? » et recevez tous les bons plans culture et loisirs dans la capitale.

>> Je m'inscris

Que faire à Paris

Notre sélection
Les expos du moment

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

Photos

Parcours artistique du tramway