«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Des sanisettes très fréquentées

crédits : Mairie de Paris
[19/11/2013]

Vous ne le saviez peut-être pas : le 19 novembre est la journée mondiale des toilettes. A cette occasion, Paris.fr fait le point sur le dispositif parisien, dont le taux de fréquentation a fortement augmenté ces dernières années et vous fait faire un bond dans le temps grâce à une galerie photo des vespasiennes d'antan...

 

400 sanisettes gratuites

Paris a renouvelé cette année la totalité des 400 sanisettes parisiennes. Elles sont gratuites et ouvertes de 6h à 22h, accessibles à tous (personnes à mobilité réduite, mal voyants …), plus modernes et écologiques (utilisation de l’eau de pluie pour le nettoyage, etc.) et fournissent chacune, à l'extérieur, un point d'eau potable. 67 d'entre elles bénéficient d’horaires étendus, de 6h à 1h du matin, afin de répondre aux demandes de nombreux usagers, notamment dans les  quartiers les plus animés de la ville.

>> La carte des sanisettes parisiennes 

 

Un succès de fréquentation !

Les sanisettes ont enregistré plus de 13 millions d’utilisations en 2012, démontrant ainsi une réelle appropriation par les usagers qui n’étaient que 2,5 millions en 2005.

Les 10 toilettes les plus fréquentées se trouvent pour la plupart dans les quartiers très touristiques:

- 10 rue d'Arcole (4e)
- Rue Saint Antoine face N°127 (4e)
- Boulevard Saint Germain (6e)
- quai Branly / angle de l'allée des Refuzniks (7e)
- Place de l'école militaire angle Avenue Bourdonnais (7e)
- 74-76 Boulevard de Clichy (9e)
- Quai de Branly angle Avenue de Suffren (15e)
- Angle rue Jean Rey et quai Branly (15e)
- Angle Boulevard Barbès et rue Ordener (18e)
- Place Suzanne Valadon (18e)

Le chiffre record a été enregistré au 10 rue d'Arcole avec 7150 entrées en avril 2013. 

Découvrez sur la carte ci-dessous le taux de fréquentation des sanisettes à Paris dans le courant de l'année 2013 (en rouge, les zones où le taux de fréquentation est le plus important, soit les quartiers de Montmartre, Pigalle et la Tour Eiffel).

 

Un peu d'histoire...

Les premiers urinoirs publics pour hommes font leur apparition à Paris en 1834 dans des aires publiques telles que les parcs.
En 1839, le préfet de police autorise l'installation des « colonnes moresques », supports d'affiches à l'extérieur et urinoirs à l'intérieur.

Sous le Second Empire, Jean-Charles Alphand perfectionne l'installation en isolant l'intérieur du regard par un écran et en éclairant l'intérieur avec un bec de gaz. La construction est redessinée par Gabriel Davioud, qui remplace la maçonnerie par une structure en fonte. À la fin des années 1860, les deux rôles (affichage et toilettes publiques) sont dissociés : les « colonnes urinoirs » sont remplacées en 1868 par les colonnes Morris pour l'affichage et par les vespasiennes pour les lieux d'aisances.

Il faut attendre 1981 pour voir l'apparition des premières sanisettes à Paris, dont le droit d'entrée, fixé par le Conseil de Paris, était de 1 Franc. A partir de 2006, elles deviendront gratuites.

 

Les toilettes publiques de 1860 à nos jours

 

Un tiers de l’humanité n’a pas encore accès à des installations sanitaires

Faute d'installations sanitaires 1,1 milliards de personnes dans le monde sont encore réduites à faire leurs besoins dans la nature. Ce problème sanitaire est une des causes principales de propagation des maladies. En réduisant considérablement les cas de choléra, typhoïde, hépatite, infections parasitaires et en prévenant d’autres maladies, l’assainissement sauve des vies.

Quand 90% des eaux usées sont évacuées vers les eaux de surface sans être traitées, les conséquences sont désastreuses pour les milieux aquatiques et la santé humaine. Les toilettes sont aujourd’hui un véritable privilège et un élément fondamental de notre qualité de vie.

 

La propreté c'est aussi le civisme de chacun

Paris, au même titre que de nombreuses capitales européennes, est confrontée à la problématique des épanchements d’urine dans son espace public. Une hausse de ces nuisances étant constatée en période estivale, une action de sensibilisation a été mise en place et des dispositifs d’hygiène amovibles ont été installés durant tout l’été sur plusieurs sites ciblés. Tout épanchement d’urine dans l’espace public est verbalisable, et soumis à une amende de 35€.

Pass Partout : le questionnaire

Sélection
Votre semaine en un clic

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Envoyez-vous en l'air au Stade Charléty !

    >>Toutes les vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter