«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

Les perles des archives de la Préfecture

crédits : Préfecture de Police de Paris
[28/10/2013]

Du registre d'écrou de Ravaillac aux auditions de Landru en passant par l'histoire secrète de la guerre d'Algérie, les archives de la Préfecture de Police de Paris sont une mine d'informations sans équivalent. A l'occasion du déménagement de ce fonds de plusieurs milliers de pièces, découvrez quelques trésors de l'histoire criminelle et politique de la capitale.

 

La Préfecture de Police de Paris est une vieille maison. « Nous sommes les héritiers de la Lieutenance Générale de Police de Louis XIV et au-delà, de la Prévôté de Paris créée au XIe siècle, explique Jean-Marc Gentil, chef du Service de la Mémoire et des Affaires Culturelles (le SMAC) de la Préfecture. »


La police au coeur de tout

Un passé de plusieurs siècles qui a permis d’accumuler une énorme masse d’archives, soit six kilomètres de rayonnages qui déménagent actuellement vers le Pré-Saint-Gervais.

L’affaire des poisons, celle du collier de la reine, les blancs des Renseignements Généraux, les registres de la morgue, tout est là. « La police est au cœur de tout » disait Camus. Ces tombereaux de papiers, ces deux millions de photographies constituent donc une masse de témoignages incomparables pour comprendre le dessous de notre histoire.

Quelques perles

Ecrous Ravaillac

 Registre d'écrou de Ravaillac, l'assassin du roi Henri IV.

 

Le poignard de Ravaillac

 Et l'arme du crime, toujours visible au Musée de la Préfecture de Police

 

Recette des poisons

Recette de poison de la Brinvilliers

La cours de Louis XIV fut secouée par une série de scandales impliquant des empoisonnements. Soupçonnée, la marquise de Brinvilliers sera torturée et décapitée en place de Grève.

 

Affaire rue de Ronsin

  

Scène de crime du triple assassinat de l'Impasse Ronsin

En 1908, Mme Steinheil, personnalité du tout Paris et beauté reconnue, est soupçonnée d'avoir assassiné son époux et sa belle-mère. L'affaire ne sera jamais élucidée.

 

Angela Davis à Paris

« Nous conservons également les fonds de l’IGS (la police des polices), ceux de la PJ, des RG, de la Sécurité Publique. Ces documents attirent plus de 3500 chercheurs chaque année, note encore M. Gentil. Il s’agit d’une ressource incomparable pour comprendre l’histoire politique et culturelle française. »

Et même au-delà, puisque tout récemment des chercheurs américains ont obtenu une dérogation pour consulter des archives de  police ayant trait aux agissements des activistes de l’extrême gauche américaine qui avaient trouvé refuge en France durant la guerre du Vietnam. Ainsi, si vous vous intéressez à Angela Davis, c’est aussi à Paris que ça se passe.

 

L´Hotel de Ville incendié

 L'Hôtel de Ville incendié après la Commune de Paris (1871)

 

Des secrets en accès libre, ou presque

La politique de la maison en matière de consultation est claire : « La plus ouverte possible. »

Archives

 

Au point de vue légal, les délais sont bien connus : 50 ans pour les archives administratives, et 75 pour les archives judiciaires. Il faut dire que le matériau est brûlant.

« Le législateur a prévu ce que je qualifierais de "délai de sérénité", précise Jean-Marc Gentil, mais en général, nous accordons toutes les dérogations qui nous sont demandées. Simplement, il faut que les chercheurs, les écrivains, les scénaristes qui viennent nous voir respectent l’anonymat des personnes mises en cause. »

Aujourd’hui, ce trésor déménage pour rejoindre un site mieux adapté, où les archives seront conservées dans de meilleures conditions et où les documents seront moins dispersés. Quant au musée de la Préfecture, il ferme temporairement ses portes à partir du 30 septembre et pour trois mois.

 

 

Les archives de la Préfecture de Police de Paris en pratique

Musée de la Préfecture de Police

 

Les archives étaient conservées jusqu'ici dans le Commissariat du Ve arrondissement, où se trouve également le Musée de la Préfecture de Police.

4 Rue de la Montagne Sainte-Geneviève, 75005 Paris

La salle de consultation des archives de la Préfecture de Police est totalement fermée au public du lundi 16 septembre 2013 au 12 janvier 2014.

Réouverture le 13 janvier 2014

Adresse des futures archives:

SMAC, 25-27, rue Baudin, Le Pré-Saint-Gervais 93310

Le Musée de la Préfecture de Police reste ouvert quant à lui et vous permet de parcourir l’histoire de la police parisienne du XVIIe à nos jours.

>> Les archives de la Préfecture de Police de Paris 

 

Festival brésilien
Ai Que Bom

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

  • Envoyez-vous en l'air au Stade Charléty !

    >>Toutes les vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter