«« retour

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Actualités

DansMaRue, une appli pour mettre le doigt sur ce qui ne va pas

crédits : Mairie de Paris
[18/10/2013]

Paris lance DansMaRue, une application mobile et un site internet expérimental qui permettent à chacun de signaler les anomalies constatées dans la rue. De quoi améliorer la qualité de l’espace public et mieux répondre aux attentes des Parisiens.

Avec l'application mobile gratuite DansMaRue, devenez acteur de votre ville en signalant les anomalies telles que malpropreté, graffitis, etc..  DansMaRue est un dispositif de gestion des anomalies constatées sur l’espace public parisien dont l'objectif est d'améliorer la ville et de répondre au mieux aux attentes des Parisiens.

À partir d'aujourd'hui, vous pouvez accéder  :

En fonction du type et de la géolocalisation de l’anomalie, le service le plus proche de celle-ci recevra l’information et pourra programmer l’intervention la plus adaptée.

L'utilisateur pourra également bénéficier d'un suivi, en laissant son adresse mail. Ainsi, il sera informé ultérieurement du traitement de l'anomalie signalée.

 

Signalez les anomalies dans tout ParisLe dispositif couvre tous les arrondissements de Paris. Sur l’espace public qui n'appartient pas à la ville (grands jardins non municipaux, parvis de gares et esplanades privées), le service Dans Ma rue enregistre les anomalies et, en transmet les détails aux gestionnaires concernés en fonction des accords passés.

 

Une expérimentation étendue progressivement

Testée fin 2012 en interne par les personnels des services gestionnaires de l’espace public puis par les Conseillers de quartier en avril 2013, l’expérimentation de l’application est désormais proposée à tous les Parisiens. La Ville attend de ce test des propositions d’améliorations d’évolution.

 

Un dispositif développé en open source pour bénéficier à d'autres territoires

Les applications mobiles ont été développées par des experts reconnus de ce type de dispositif : C4M pour les versions iPhone et Android. Leurs codes sources, ainsi que le code du dispositif de gestion utilisé par les services de la Ville, seront publiés en open source. C’est à dire qu’ils pourront être adaptés et réutilisés librement par d’autres territoires.

 

 

Quelques questions à Jean-Philippe Clément, coordinateur du projet

 

Comment est venue l’idée de créer DansMaRue ?
Jean-Philippe Clément: La source d’inspiration vient bien entendu du projet FixMyStreet de MySociety en Angleterre. Cependant, contrairement à FixMyStreet qui s’intéresse principalement aux modalités de saisies d’une anomalie par un habitant, nous avons souhaité également creuser le dispositif du côté des services gestionnaires afin de rendre la remontée d’anomalie plus exploitable et donc améliorer la qualité de la réponse aux Parisiens.

Combien de temps avez-vous travaillé sur ce dispositif ?
DansMaRue est un très beau projet transverse de la Ville de Paris. Il a été co-piloté par deux personnes, issues l’une du métier de l’espace public et l’autre des technologies numériques. Il a associé tout le savoir-faire des services qui s’occupent de l’espace public et toute l’innovation de la Direction de l’informatique.

Le projet d’expérimentation dure depuis 1 an et demi. Il a débuté par un petit test de concept dans le 13ème arrondissement sur les aspects propretés. Il a ensuite été ouvert uniquement en interne à une vingtaine d’agents sur tout Paris en septembre 2012, puis à plus de 150 conseillers de quartier avec l’aide des mairies d’arrondissement à partir de mars 2013. Nous sommes heureux de pouvoir désormais l’expérimenter avec tous les Parisiens.

 

Concrètement, que se passe-t-il une fois qu’un Parisien signale une anomalie ?
L’application mobile ou le formulaire Internet n’est que la petite face immergée du dispositif. Avec la géolocalisation et la qualification de l’anomalie, celle-ci est directement envoyée au service le plus proche et le plus compétent pour l’analyser et la traiter. Un opérateur local déclenche les actions nécessaires et tient l’utilisateur à l’origine de la remontée au courant du traitement (si celui-ci a bien enregistré son mail en même temps que l’anomalie constatée).

Dans la plupart des cas, l’anomalie est incluse dans les procédures courantes et rapides de maintenance de l’espace public (propreté, réparation de l’éclairage, petite réfection de voirie…). Mais parfois celle-ci nécessite un traitement plus lourd, long et couteux qui doit faire l’objet d’une programmation dans le temps et dans les budgets. L’utilisateur est tenu au courant de cette nécessaire programmation.

 

Ne craignez-vous pas une explosion du nombre de messages ?
Les expériences menées dans diverses villes en France et en Europe n’ont pas conduit à une explosion des messages. De plus l’expérience menée en interne où 300 anomalies ont été enregistrées chaque jour montre que les services peuvent les traiter sans problème.

 

Et si des plaisantins inondaient l’application de messages !
Il n’est pas possible d’empêcher quelqu’un de transmettre des anomalies… Si elles correspondent à de vrais problèmes elles méritent d’être traitées. S’il ne s’agit pas de vrais problèmes un bouton permet de les rejeter… À noter qu’il serait déjà possible d’inonder le 3975 de courriels et que cela ne se fait pas… La saisie et l’envoi d’une anomalie est simple mais prend une quarantaine de secondes. Il faut donc une grande motivation pour y consacrer ses journées…

 

Cela va-t-il faire beaucoup de travail en plus pour les services gestionnaires de l’espace public ?
L’application en ligne va se substituer et compléter les applications déjà en ligne sur Paris.fr (graffiti, éclairage…) et simplifier la tâche des Parisiens qui déjà nous envoyaient des messages pour décrire des anomalies. L’application sur smartphone et iphone est nouvelle mais elle vient en partie en substitution des appels téléphoniques et des courriels reçus par divers canaux. La connexion directe de l’application avec des applications métiers ou des prestataires comme l’enlèvement des encombrants, l’enlèvement des graffitis, la réparation de l’éclairage public et de la signalisation lumineuse et d’autres encore doit faciliter la résolution des anomalies.

Globalement le dispositif permet de centraliser les anomalies pour mieux les prioriser et organiser les traitements.

Puis-je vous informer de la présence de SDF, de prostituées, de vendeur ou rabatteur via DansMaRue?
L’expérimentation et le dispositif ne prévoient absolument pas de pouvoir transmettre ce type d’information aux services gestionnaires de l’espace public. L’expérimentation concerne des anomalies et des dysfonctionnements de l’espace public, pas des événements ou des personnes sur l’espace public.

Mon adresse n’est pas reconnue par votre dispositif
Certaines adresses ne figurent pas dans les bases de données adresses. Pour pallier à cette difficulté, les formulaires DansMaRue et Rendez-vous encombrants permettent de préciser la localisation à partir de l’adresse existante la plus proche dans la base adresse en déplacement le curseur sur la carte.

Et pour la suite ?
Le retour d’expérience concernant cette expérimentation sera bien entendu réalisé. Il n’a pas encore été décidée d’une communication particulière à ce sujet mais il n’est pas impossible que nous publions les résultats (en OpenData) lorsque nous aurons attend une masse critique et intéressante.

 

Sélection
Cinéma en plein air à la Villette

Que faire à Paris ? C'est le site pour trouver activités, idées de sorties et bons plans pour tous les goûts et sans se ruiner.

Vidéos

Suivez @ Paris sur Twitter